Les Préalpes d'Azur agissent pour conserver leur ciel étoilé exceptionnel (06)

En 2019, le territoire Alpes Azur Mercantour a été labellisé « Réserve internationale de ciel étoilé » (RICE). Ce label récompense une qualité de ciel exceptionnelle et la mobilisation des élus pour la préserver. Entre rénovation de l'éclairage public, sensibilisation scolaire et événements nocturnes grand public, le Parc naturel régional des Préalpes d'Azur, allié à la communauté de communes Alpes d'Azur, au Parc national du Mercantour ainsi qu’au département des Alpes-Maritimes, soutient « l'extinction des feux » pour mieux préserver la biodiversité.

Au cœur de la réserve internationale de ciel étoilé « Alpes Azur Mercantour », au nord de Nice, on peut découvrir jusqu'à 3.000 étoiles lors des nuits sans lune ! Pas étonnant que le territoire soit un Haut-Lieu historique d'astronomie, avec 6 observatoires installés sur les 2.300 km2. Seul celui de Calern reste aujourd'hui un centre de recherche professionnel. Les chauves-souris apprécient cette nuit de grande qualité - 25 espèces ont été repérées sur le territoire – , que l'éclairage nocturne dégrade. En 20 ans, la quantité de lumière émise la nuit a presque doublé en France (+94 %), essentiellement du fait de l'éclairage public.

La pollution lumineuse, un impact majeur sur la biodiversité

« La lumière artificielle, quelle qu'elle soit, a un fort impact sur la biodiversité, indique Bénédicte Elboudali, chargée de mission Énergie au Parc naturel régional des Préalpes d'Azur et animatrice de la RICE, car toutes les espèces, animales et végétales, sont calées sur l’alternance du rythme jour-nuit, y compris l'homme. » Chaque nuit, un point d'éclairage peut générer la mort de 150 insectes. Mais ce n’est pas tout : les arbres trop éclairés peuvent aussi perdre plus tôt leurs feuilles, les espèces animales nocturnes voient leur territoire de chasse restreint et les oiseaux migrateurs perdent leurs repères.

Une entrée dans le thème par la réduction de la consommation d'énergie

« En 2014, quand nous avons commencé à travailler le sujet, nous sommes d'abord entrés par la porte des économies d’énergie, dans le cadre du programme Territoire à énergie positive pour la croissance verte [TEPCV] », poursuit la chargée de mission. Le Parc a alors commencé à accompagner techniquement et financièrement des communes volontaires pour rénover leur éclairage public. Objectif : n'éclairer qu'en quantité nécessaire et seulement quand il y a besoin. Cela passe par des éclairages tournés vers le sol, une baisse de l'intensité des lampes, un changement pour des couleurs plus chaudes et orangées et des coupures de l'éclairage public en deuxième partie de nuit.

Les labels comme outils d'animation

Dès le départ, le Parc des Préalpes d’Azur a mobilisé deux labels comme outil d'animation : « Le label-cadre Réserve internationale de ciel étoilé (RICE) était en ligne de mire et sur le terrain, nous avons travaillé à partir de celui de Villes et villages étoilés, proposé par l'Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturne (ANPCEN) », souligne Bénédicte Elboudali. Un label exigeant, qui permet une progression dans le temps de 1 à 5 étoiles (comme pour le label des villes fleuries) - et a aidé à lancer la dynamique sur le territoire. Dès 2016, 5 communes ont été labellisées. Elles sont aujourd'hui 19, dont 13 dans le Parc naturel régional.

La candidature au label RICE : une mobilisation collective, des objectifs à moyen terme

De 2017 à 2019, la candidature au label RICE a accéléré la prise de conscience. « Nous avons d'abord mesuré la qualité du ciel nocturne durant un an et demi », indique la chargée de mission. Couplées avec des cartes satellites, ces mesures ont permis de définir les 3 « zones cœur » de la réserve, les plus contraintes, et des zones tampon autour. Un diagnostic exhaustif de l'éclairage public a ensuite permis de renseigner 21.530 points d'éclairage public. Cet état des lieux était couplé à un plan de gestion. : que ce soit pour l’éclairage des rues, des équipements, l'éclairage privé extérieur ou les enseignes commerçantes, chacun a désormais son référentiel. Accordé fin 2019, le label RICE engage désormais les communes du territoire Alpes Azur Mercantour à rénover la moitié de ses éclairages publics d'ici 2025. Un premier palier ambitieux !

Des « nocturnes du parc » pour mobiliser sur le terrain

Pour mobiliser les communes, le Parc organise les nocturnes du Parc. « Chaque année, nous proposons 3 ou 4 dates ouvertes à tous : élus, habitants et associations. Avec une conférence, un apéritif convivial, un spectacle puis une balade nocturne commentée. C'est idéal d’approcher la pollution lumineuse par une expérience concrète ! » Et l'expérience crée souvent le déclic, bien plus efficacement qu'une réunion. Pourtant, certains élus doivent parfois dépasser des a priori : diminuer l'éclairage public ne joue pas sur la sécurité routière ou piétonne, ni sur les vols ou dégradations. « Pour certains maires, éteindre l'éclairage public, c'est aussi faire disparaître leur village dans la nuit. On soutient donc en parallèle le travail d'un artiste qui photographie les villages de nuit : il nous montre qu'il faut simplement acclimater notre regard à la pénombre. »

Sensibiliser les scolaires et développer « l'astro-tourisme »

En 2018, le Parc des Préalpes d’Azur a animé un programme de sensibilisation auprès des collégiens et édité un livret pédagogique sur la pollution lumineuse. L'action s'est poursuivie en 2019-20 et 2020-21 avec 11 classes de maternelle et primaire. « Nous avons également formé des accompagnateurs de pleine nature, ainsi que des guides de montagne, sur les enjeux de la pollution lumineuse ». Sur le plan de la biodiversité nocturne, une étude complémentaire a été menée sur les chauves-souris. Prochain objectif à venir : développer l'astro-tourisme. « Nous préparons déjà des pistes de financement avec une candidature au nouveau programme Espace valléen, qui sert à développer l'écotourisme local ».

Éléments financiers

La « politique de ciel étoilé » est portée par 4 structures : le Parc des Préalpes d'Azur, la communauté de communes Alpes d'Azur, le Parc national du Mercantour et le département des Alpes-Maritimes, soit 74 communes et 55.000 habitants. La candidature au label RICE a coûté environ 100.000 euros, auto-financés par convention entre les porteurs de projet, avec mise à disposition de personnel en place. La rénovation des éclairages publics est financée par des aides du département des Alpes-Maritimes (30 à 50 %), parfois bonifiées dans le cadre de programmes spécifiques à chaque territoire (pour le Parc des Préalpes d'Azur : TEPCV puis plan de relance biodiversité). Pour ce qui concerne les ressources humaines, le Parc naturel régional affecte un mi-temps à cette politique, la communauté de communes Alpes d'Azur a recruté un temps complet.

Parc naturel régional des Préalpes d'Azur

1 avenue François Goby
06460 Saint-Vallier-de-Thiey
contact@pnr-prealpesdazur.fr

Eric Mèle

Président

Bénédicte Elboudali

Chargée de mission Énergie – Animatrice de la Réserve internationale de ciel étoilé