Habitat - Logement : ce qui change avec la loi Alur

Garantie universelle des loyers, encadrement des loyers, attribution de HLM, habitat indigne, prévention des expulsions, mesures concernant les bailleurs sociaux... Les collectivités sont concernées par nombre de nouveaux dispositifs du volet logement de la loi du 24 mars 2014 pour l'accès au logement et un urbanisme rénové (Alur).

La loi n°2014-366 du 24 mars 2014 pour l'accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) a été publiée au Journal officiel du mercredi 26 mars 2014. Le texte avait été validé le 20 mars par le Conseil constitutionnel après avoir été voté au Parlement le 20 février. Zoom sur les principales mesures intéressant les collectivités territoriales.

Les relations propriétaires-locataires au cœur de la loi

Le projet de loi Alur commence en effet par un volumineux titre Ier consacré à l'amélioration des relations entre propriétaires et locataires dans le parc privé. A travers les nombreuses mesures figurant dans ce titre (état des lieux, préavis, frais d'agence, dépôt de garantie, ventes à la découpe, marchands de listes...), l'équilibre du texte penche nettement en faveur des locataires. Ces dispositions n'ont pas d'impact direct sur les collectivités ou les bailleurs sociaux.
Dans le même esprit, Alur réforme en profondeur le régime des copropriétés, instaure un dispositif - complexe - de prévention et de traitement des copropriétés dégradées (avec en particulier l'instauration d'un fonds de prévoyance pour financer les futurs travaux) et renforce l'encadrement, la formation et la déontologie des professions immobilières.

La GUL, un dispositif rogné au fil des débats

La création de la garantie universelle des loyers (GUL) est l'une des innovations majeures du texte. Elle vise à généraliser des dispositifs existants, mais qui n'ont jamais vraiment réussi à décoller. La GUL est aussi, avec l'élaboration des plans locaux d'urbanisme à l'échelon intercommunal, la disposition d'Alur qui a provoqué les plus vives polémiques. Le texte est d'ailleurs ressorti du Parlement dans une version nettement différente de celle du texte initial.
Ainsi - après d'interminables débats sémantiques - la GUL reste universelle dans son principe, mais pas vraiment dans ses modalités pratiques. Les propriétaires pourront en effet choisir entre la GUL, le système actuel de la caution du locataire ou un système privé d'assurance. Le caractère universel a toutefois été partiellement rétabli par un amendement prévoyant que la GUL sera la solution par défaut, sauf si le propriétaire choisit expressément une autre solution dans le bail.
Pour sa part, la GUL sera gratuite et fonctionnera sous gestion publique, par le biais d'un organisme à créer. Son financement, qui devait au départ être assuré par une taxe sur les loyers acquittée par les propriétaires et les locataires, sera finalement à la charge de l'Etat et devrait représenter un coût annuel supérieur à 400 millions d'euros. La GUL nouvelle formule couvrira les propriétaires bailleurs du parc privé contre les loyers impayés, pour une durée maximale de 18 mois. Sa mise en œuvre est prévue pour le 1er janvier 2016.

Des loyers très encadrés

L'encadrement des loyers - autre élément clé de la loi - a également été source de polémiques, mais l'évolution du texte a contribué à atténuer quelque peu les tensions. L'encadrement des loyers s'appliquera uniquement dans les zones tendues. Sur ces territoires, les préfets pourront déterminer - en s'appuyant sur des observatoires locaux - un loyer médian de référence. Les propriétaires bailleurs ne pourront pas fixer de loyer supérieur au loyer médian de référence majoré de 20%. A l'inverse, ils pourront demander une hausse si le loyer qu'ils pratiquent est inférieur de 30% au loyer médian de référence.
Le Conseil constitutionnel a censuré le "complément de loyer exceptionnel", disposition votée par les parlementaires qui aurait permis au bailleur d'aller au-delà du loyer de référence majoré pour les logements présentant des caractéristiques "exceptionnelles" de localisation ou de confort. Dès lors, quel que soit le contexte, les loyers pratiqués dans les territoires concernés devront donc s'inscrire strictement dans la fourchette comprise entre le loyer de référence minoré de 30% et le loyer de référence majoré de 20%. Ce qui risque bien de compliquer l'application de la loi et de conforter les critiques sur un encadrement des loyers qui profiterait surtout aux ménages aisés.
Il est difficile d'anticiper les effets de ces dispositions sur le niveau effectif des loyers, mais Cécile Duflot a néanmoins indiqué que 25% des loyers pourraient baisser en Ile-de-France. La ministre du Logement a également affirmé que les premiers observatoires des loyers seront opérationnels dès l'automne et que le dispositif d'encadrement pourrait commencer à s'appliquer avant la fin de cette année.

Attribution des HLM : simplification plutôt que transparence

L'introduction d'une plus grande transparence et d'une harmonisation dans les pratiques d'attribution des logements sociaux était également un axe fort dans les intentions qui ont présidé à la rédaction du projet de loi. Mais, face aux réticences des élus et des bailleurs sociaux, Cécile Duflot a dû revoir ses ambitions à la baisse.
Dans sa version finale, Alur se contente de deux mesures principales. D'une part, la généralisation et l'informatisation partagée du dossier unique de demande, qui étaient déjà bien engagées. Elles se traduiront par la mise en place d'un système national d'enregistrement, qui sera géré par un GIP à créer. D'autre part, un renforcement du droit à l'information des demandeurs d'un logement social, notamment sur l'avancement du dossier. Les modalités de sélection des demandes - par exemple sur le modèle des "scorings" anglo-saxons - sont en revanche renvoyées à des réflexions ultérieures.

La dimension sociale du logement

La dimension sociale du texte n'est cependant pas oubliée, avec plusieurs mesures en ce sens. Alur renforce ainsi - de façon drastique - les sanctions à l'encontre des "marchands de sommeil". Le texte renforce aussi les moyens de pression des pouvoirs publics à l'encontre des propriétaires de logements indécents qui refuseraient d'exécuter les travaux prescrits. Pour accroître l'efficacité de la lutte contre l'habitat indigne, Alur transfère aux présidents d'intercommunalités détenant une compétence en matière de logement, les prérogatives de police spéciale détenues jusqu'alors par les maires.
En matière de maintien dans le logement, Alur améliore le dispositif de prévention des expulsions, avec en particulier un renforcement du rôle des commissions départementales de coordination des actions de prévention des expulsions locatives (Ccapex), qui doivent à la fois favoriser les signalements précoces et renforcer les synergies entre les différents acteurs concernés. De même, dans le cas où un recours a été introduit au titre du Dalo (droit au logement opposable), le délai avant la mise en œuvre d'une expulsion est porté d'un an à trois ans. La trêve hivernale des expulsions est par ailleurs allongée de quinze jours, puisqu'elle ira désormais du 1er novembre au 31 mars.
Enfin, une autre disposition prévoit qu'une partie du produit du supplément de loyer de solidarité peut être affectée au financement de remises sur les loyers des ménages du parc social en grande difficulté. Une autre façon de prévenir les expulsions...

Beaucoup de petites mesures pour les bailleurs sociaux

Si Alur n'apporte pas de grande réforme dans le secteur du logement social, le texte n'en comporte pas moins de nombreuses "petites" mesures concernant les bailleurs sociaux, à grands coups d'amendements souvent soufflés par l'USH ou la FNSCHLM.
Les principales de ces mesures concernent, par exemple, la création de l'Agence nationale de contrôle de logement social (Ancols), qui sera mise en place le 1er janvier 2015 par fusion de la Miilos et de l'Anpeec.
De son côté, la Caisse de garantie du logement locatif social (CGLLS) voit son statut et ses missions évoluer, avec en particulier la modification de l'assiette de sa cotisation, la création d'un fonds de soutien à l'innovation ou encore la mise en place d'un financement de l'Agence nationale pour l'information sur le logement (Anil).
Les OPH devront par ailleurs être rattachés aux EPCI compétents en matière d'habitat, dans un délai maximal de quatre après l'adhésion à l'EPCI de leur commune de rattachement.
Les organismes HLM voient également leurs compétences étendues. Ils pourront notamment être actionnaires de sociétés d'habitat participatif ou leur apporter des prestations de service, donner en location des logements conventionnés pour des places d'hébergement d'urgence ou d'hébergement relais, réaliser des opérations de ventes d'immeubles à rénover, pratiquer la Vefa inversée (dès lors qu'ils respectent leurs obligations de production), revendre des logements dans le cadre de la garantie de rachat proposée en accession sociale sécurisée...

Jean-Noël Escudié / PCA

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle