Vaucluse

Luberon : le Parc naturel régional aide les communes à réduire leurs factures énergétiques

Environnement

Energie

Depuis 2009, les élus du Luberon ont mis en place un conseil en énergie partagé, qui aide les communes adhérentes à ce service à optimiser la consommation d’énergie des bâtiments publics. Après un an d’expérience, le bilan est positif.

En 2008, une étude menée par le Parc naturel régional du Luberon auprès des élus du territoire et financée par la région PACA, avait suggéré aux communes que des techniciens énergéticiens pourraient diminuer sensiblement la consommation et le coût en énergie des bâtiments publics. "Ce sont donc les élus du territoire eux-mêmes qui se sont tournés vers le Parc naturel régional pour lui demander de les aider à mettre en place un conseil en énergie partagée, maintenant connu sous le nom de SEDEL (services énergétiques durables en Luberon)", explique Matthieu Camps, chargé de mission au Parc (77 communes, 170.000 habitants, dans les départements du Vaucluse et des Alpes-de-Haute-Provence). Ce service s’adresse notamment aux communes de moins de 10.000 habitants, soit 73 communes qui représentent 90.000 habitants au total.

Une équipe avec deux énergéticiens


À la suite d’un travail de mobilisation des communes du Parc, qui a vu l’adhésion de trente d’entre elles, deux techniciens ont été embauchés au printemps 2009 pour leur apporter des conseils techniques. Équipés d’un logiciel, ces énergéticiens collectent les factures d’énergie des communes SEDEL, les analysent, visualisent les informations recueillies sous forme de graphiques et en présentent le bilan aux élus. Ensuite, ils visitent les bâtiments, réalisent l’inventaire des appareils thermiques et électriques. Puis, munis de ces éléments, ils dressent le diagnostic, et font une série de propositions à chaque commune : négociations avec les fournisseurs, amélioration de l’utilisation des appareils existants (programmation, régulation), rénovation des équipements de chauffage, etc. Les priorités sont déterminées avec chaque maire.

Un service qui est amené à évoluer


Le travail des énergéticiens est facturé aux communes adhérentes selon le nombre d’habitants. Les financements de l’Ademe et du conseil régional étant dégressifs, le contrat passé avec les communes stipule qu’il leur en coûtera un euro par habitant au cours des deux premières années (2009 et 2010), puis 1,50 euros. Le premier bilan effectué après un an de fonctionnement montre que les économies proposées sont plus de deux fois supérieures à la cotisation versée. Il révèle également que 50% des économies réalisables sont liées à des améliorations dans la programmation du chauffage.

En 2010, le SEDEL en est à sa phase expérimentale. À l’issue des quatre années d’action prévues dans la convention, le service devrait être appelé à se développer et à évoluer dans son mode de gestion, par exemple en confiant celle-ci aux intercommunalités qui prendraient alors une compétence "maîtrise de l’énergie", ou par le biais d’une Agence locale de l’énergie. À suivre…

Jean-Luc Varin pour la rubrique Expériences du site Mairie-conseils

Contact(s)

Parc naturel régional du Luberon

60, place Jean Jaurès
84400 Apt
04 90 04 42 00
accueil@parcduluberon.fr
Nombre d'habitants : 176500
Nombre de communes : 77
Nom de la commune la plus peuplée : Manosque (22666 hab.)

Matthieu Camps

Chargé du suivi du SEDEL
matthieu.camps@parcduluberon.fr

Rénovation thermique des bâtiments publics

Une priorité du Grand Plan d’Investissement pour favoriser les économies d’énergie, réduire les émissions de CO2 et encourager le développement des énergies propres.

Haut de page