Localtis

Education - Lutte contre le décrochage scolaire : du mieux ?

"L'objectif fixé par François Hollande, diviser le nombre des décrocheurs par deux, est atteignable", a déclaré le 1er décembre Najat Vallaud-Belkacem. La ministre de l'Education nationale fait état d'une diminution de 20% du nombre des jeunes sortis sans aucun diplôme autre que le brevet des collèges. Le nombre serait passé de 136.000 en 2010 à 110.000 l'an dernier et le nombre des 18-24 ans qui n'ont pas de diplôme et ne sont pas en formation serait passé 620.000 à 494.000.
Il est toutefois difficile de dater précisément ces données, fondées sur les enquêtes "emploi" de l'Insee et sur le recensement, pour lequel les derniers chiffres, année 2012, sont un agrégat de données recueillies entre 2010 et 2014. Pour la ministre, qui évoque d'autres chiffres, non encore stabilisés, et donc non publiés, la tendance à la baisse se confirme. Elle rappelle qu'en 1980, 40% des jeunes sortaient du système scolaire sans diplôme, qu'en 2000, ils étaient encore 13%, chiffre qui avait ensuite peu évolué avant de repartir à la baisse pour se situer à 10,5%.

Les jeunes sans diplôme sont inégalement répartis sur le territoire

Mais ceci n'est qu'une moyenne. Car sans surprise "les départements où la part des jeunes sans diplôme est élevée sont souvent ceux connaissant un fort taux de chômage et où le niveau de vie des ménages y résidant est faible", montre la Depp (direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance, ministère de l'Education nationale) dans une note d'information justement intitulée "Les jeunes sans diplôme sont inégalement répartis sur le territoire". La part des jeunes décrocheurs est ainsi supérieure à 14% dans les académies d'Amiens, de Corse et dans les DOM. Les académies où la part des jeunes sans diplôme est la plus faible sont Paris (4,9%) et Rennes (7%) et plus généralement celles regroupées sur le front Ouest de la France et dans la moitié Sud à l'exception du pourtour méditerranéen.
"A l'intérieur même des académies, la situation peut être très contrastée d'un département à l'autre", précise bien la Depp, avec une part de sans-diplôme variant parfois du simple au double. L'académie de Dijon connaît l'écart maximal, avec 7,4 points : 7,7% en Côte-d'Or (un des dix départements dans lesquels la part de sans-diplôme est la plus basse) ; 15,1% dans l'Yonne (qui fait partie du groupe des dix départements ayant la part la plus élevée). Dans l'académie de Bordeaux, l'écart entre les Pyrénées-Atlantiques et la Dordogne est de l'ordre de 6 points. La Depp note que, sur cinq ans, "la dispersion entre les départements a légèrement diminué".

22 conventions régionales "décrochage" signées

Cinq leviers auraient concouru, selon le ministère, à ces bons résultats. Parmi eux figure "le partenariat renforcé à tous les niveaux (national, régional, local) pour favoriser la collaboration entre les institutions, les collectivités, les associations et les entreprises" (*). Le partenariat avec les régions, formalisé dans un protocole national signé en juillet 2015 (voir notre article ci-contre du 30 juillet), a fait des petits. Vingt-deux régions ont signé des conventions "décrochage" ou sont en passe de le faire, selon le ministère.
Quatre cents plateformes de suivi et d'appui aux jeunes décrocheurs (PSAD) sont aujourd'hui opérationnelles pour repérer les jeunes décrocheurs et leur proposer une solution. Les PSAD sont composés des établissements scolaires, des centres d'information et d'orientation (CIO), des missions locales, des écoles de la deuxième chance (E2C), des établissements agricoles, des Epide (établissements publics d'insertion de la Défense), des Greta, des CFA et des collectivités territoriales. Cette année, 26.000 jeunes étant passés par là sont retournés en formation initiale et "pour 2016, la démarche partenariale est bien engagée avec le ministère de la Défense, le monde de l'entreprise ainsi que les associations dans le cadre du service civique aménagé". 120 jeunes bénéficient actuellement du service civique aménagé qui est "en cours de développement", rappelle le ministère.
"Nous poursuivrons notre engagement aux côtés d'autres ministères et partenaires à des actions dont la mise en oeuvre est coordonnée par les régions. Ainsi, nos structures de retour à l'école (micro-lycées, lycées nouvelle chance...) se développent en complémentarité des E2C, des Epide, du service militaire volontaire et des actions menées par les entreprises qui, en contrepartie d'obtention de marchés publics, accueillent des décrocheurs", s'est-il engagé.

Valérie Liquet avec ToutEduc

(*) Les quatre autres leviers seraient : la mobilisation des équipes éducatives dans les établissements ; le développement du lien avec les familles, notamment les plus modestes ; la mise en œuvre du droit au retour en formation ; la création de nouveaux dispositifs d'accueil des décrocheurs sur tout le territoire national.
 

 

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Haut de page