Lycée professionnel : la Cour des comptes préconise de mettre fin au "cloisonnement"

La réussite des réformes de la voie professionnelle "suppose de prendre des mesures propres à lutter contre le cloisonnement avec le lycée d'enseignement général et technologique (LEGT)", estime la Cour des comptes dans un référé rendu public le 12 mars 2020.

"Les réformes successives engagées depuis 1985, et notamment celle de 2009 visant à rénover la voie professionnelle et à la rendre plus attractive […] n’ont pas atteint leurs buts", estime la Cour des comptes dans un référé daté du 10 janvier 2020 et mis en ligne le 12 mars.
Dans ce document adressé au ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, le premier président de la Cour des comptes de l'époque, Didier Migaud, relève ainsi que les effectifs "ont diminué de manière continue et accentuée depuis 2010", que "le public scolarisé est resté en difficulté scolaire" et qu’il "est davantage issu de milieu défavorisé, voire très défavorisé".
La Cour des comptes émet plusieurs recommandations pour assurer la réussite du "plan de transformation de la voie professionnelle" annoncé en 2018. Cette réforme est en effet "susceptible de répondre aux difficultés persistantes" que connaît la voie professionnelle, estime l’institution.

Réduire la carte des formations

Une évolution de la carte des formations et des établissements est “indispensable”, estime la Cour dans sa première recommandation. Il existe aujourd’hui 187 spécialités de CAP et 101 spécialités de bac pro, 52 spécialités de brevet d’études professionnelles (BEP), 58 spécialités du brevet professionnel 5, etc. “Un tel degré de spécialisation ne facilite pas la lisibilité des choix d’orientation à la fin de la troisième pour des publics plus jeunes et [qui] peut aller à l’encontre de la future adaptabilité des salariés à des parcours professionnels diversifiés", juge Didier Migaud. Selon le référé, certaines formations aux débouchés faibles continueraient d’afficher des capacités d’accueil élevées en "raison de l’existence des personnels enseignants". Le président de la Cour des comptes recommande alors de "fixer un seuil minimal d’ouverture ou de maintien des structures dans la voie professionnelle et mettre en place des outils d’aide à la décision". 

Regrouper les établissements de moins de 500 élèves

Dans une deuxième recommandation, la Cour estime nécessaire d’établir une programmation pluriannuelle de la carte des formations. Le président de la Cour des comptes considère aussi qu’il faut "regrouper les établissements de moins de 500 élèves". Pour rappel, Jean-Michel Blanquer a annoncé un "enrichissement" de la carte nationale des formations de la voie professionnelle pour 2021. 
La troisième recommandation incite à fusionner les corps des professeurs de lycée professionnel et des certifiés en confirmant la bivalence des enseignants des disciplines générales et en l’étendant au collège. La Cour propose également de fusionner les corps d’inspection du second degré [les inspecteurs de l’éducation nationale de l’enseignement technique et/ou de l’enseignement général (IEN-ET EG) et les inspecteurs d’académie - inspecteurs pédagogiques régionaux (IA-IPR)] dans une quatrième recommandation. La cinquième propose "d’annualiser le temps de travail des enseignants en précisant le temps d’enseignement, le temps de présence dans l’établissement consacré au travail en équipe et à l’accompagnement des élèves d’une part, de recherche d’entreprises et de suivi des élèves durant les périodes de formation en milieu professionnel par les enseignants des disciplines professionnelles d’autre part, ainsi que le temps de formation continue obligatoire". La dernière recommandation est de "promouvoir et étendre progressivement le modèle d’un lycée général inclusif offrant les différentes voies de formation". Pour l'heure, le ministère de l’Éducation nationale n’a pas répondu à ce référé.

 

Téléchargements

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle