Localtis

Logement - Malgré l'urgence, l'UE peine à agir pour les SDF

Publié le
par
Marie Herbet / EurActiv.fr
dans

Europe et international

Une poignée d'eurodéputés veut que l'Union s'attaque à un phénomène auquel nul Etat membre n'échappe, et surtout pas la France. Le pari est loin d'être gagné mais des initiatives émergent.

2010 était l'Année européenne de lutte contre l'exclusion. A cette occasion, l'Union européenne a décidé qu'à l'horizon 2015, la question des sans-abri devrait être réglée. Avant de diminuer la pauvreté de 25% d'ici 2020.
Inlassablement, l'UE égraine ses objectifs. Mais ils ne suffisent pas à édifier une action politique à la hauteur de la misère des sans-logis. Selon la Fédération européenne qui œuvre pour les sans-abri (Feantsa), "le nombre de personnes en famille hébergées par le 115 de Paris a augmenté de près de 400% entre 1999 et 2009. Parallèlement, la durée annuelle moyenne de séjour est passée de 18 à 130 jours". Et, à en croire l'association Caritas, 3 millions d'Européens seraient sans abri.
Un chiffre à prendre avec des pincettes puisque la notion de sans-abri est entendue différemment selon les pays : le Royaume-Uni a adopté une définition légale dès 1977 et a même étendu le statut de sans-domicile aux femmes victimes de violences conjugales. La France a au contraire opté pour une approche statistique essentiellement axée sur l'absence de logement ou son caractère inadéquat.

Bilan décourageant

Très médiatisé dans l'Hexagone, le phénomène des sans-abri peine à trouver une réponse efficace à Bruxelles. Cinq ans après les premières actions menées par le Parlement européen, le bilan a de quoi décourager. L'Union européenne ne se donne pas les moyens de ses ambitions. Pis, elle tergiverse encore sur les mots.
"Politiquement, c'est engageant de se mettre d'accord sur les chiffres et la définition des sans-abri. Faut-il inclure les locataires qui sont en danger d'expulsion ? Une fois la décision prise, on va vous demander de caler votre politique sociale sur cette définition", explique François Cariou, chargé des affaires européennes à la Fédération des associations pour la promotion et l'insertion par le logement.

Modèle finlandais 

Il est alors plus rassurant, et aussi moins contraignant, de s'en remettre aux "bonnes pratiques". Désormais, la France dit s'inspirer du modèle finlandais qui, depuis une vingtaine d'années, mise sur le relogement pérenne de la personne avant d'assurer son suivi médical, psychologique, sa réinsertion professionnelle, etc.
Ce virage vers le "logement d'abord" s'est traduit par une baisse de 16% du financement des hébergements d'urgence par l'Etat. Une situation assumée par le gouvernement français.
Selon le ministre du Logement, la priorité est de renforcer l'adéquation entre l'offre et la demande de d'hébergements temporaires. Un système d'information amélioré visant à faciliter le travail du Samu social pour identifier les foyers ou chambres d'hôtel disponibles, a été mis en place. Selon Benoist Apparu, augmenter le nombre d'hébergements d'urgence n'est donc pas nécessaire.

Faire sauter les verrous politiques

"Faux", rétorque Christophe Robert, délégué général adjoint de la Fondation Abbé-Pierre. "Il manque 13.000 places d'hébergement d'urgence en Ile-de-France, et le gouvernement n'a toujours pas pris les orientations politiques pour développer l'offre de logement à prix accessible. Un des étages de la fusée du 'logement d'abord' ne fonctionne pas", dénonce-t-il.
Le 13 septembre, Christophe Robert sera à Strasbourg aux côtés d'eurodéputés décidés à faire sauter les verrous juridiques et politiques qui empêchent l'Europe d'aborder le logement autrement que par le contrôle des aides d'Etat ou l'ouverture à la concurrence du livret A.
Lors de la prochaine séance plénière, les eurodéputés Karima Delli (Europe Ecologie) et Pervenche Berès (S&D) comptent ressusciter une feuille de route élaborée en 2010. A l'époque, des travaux présentés lors d'une conférence européenne avaient posé les jalons d'une politique commune pour les sans-domicile : une typologie assez large de l'exclusion liée au logement, un financement via les fonds structurels européens, l'arrêt du recours à l'hébergement d'urgence comme réponse principale à la privation de logement, etc.

Impact de l'immigration ?

Les deux élues souhaitent aussi connaître l’impact de l’immigration sur le profil des sans-logis. Un sujet très actuel, selon François Cariou : "Le phénomène du 'sans-abrisme' se nourrit en partie du sort fait aux migrants. Comme on crée des sans-papiers, on crée des sans-abri", décline-t-il. La prochaine plénière promet d'être animée puisque banderoles et posters devraient s'inviter dans les rangs de l'hémicycle.
Autant de pistes qui resteront lettre morte si la Commission ne met pas de propositions sur la table. Or, le risque d'en rester aux belles promesses est bel et bien présent : "L'avantage si la Commission décide de lancer un financement, c'est qu'elle donnera l'impression de s'attaquer à un problème visible. Mais il s'agira plus d'une action pilote que d'un véritable fonds et il ne faut vraiment pas s'attendre à autre chose que du saupoudrage", prédit sombrement Claire Roumet, secrétaire générale du Comité européen de l'habitat social.

Haut de page