Sports - Mieux structurer les associations à travers l'emploi sportif, une priorité pour les départements

"Sport et départements, c'est une histoire qui reste à écrire." Le mot est d'Yves Ackermann, président du conseil général du Territoire de Belfort et président de la commission culture, sports et monde associatif de l'Assemblée des départements de France (ADF). Quelques lignes de cette histoire ont été rédigées mardi 6 décembre avec l'audition par les membres de cette commission de Richard Monnereau, chef de cabinet de David Douillet, venu exposer les grandes lignes du programme du nouveau ministre des Sports.
L'exposé portait sur deux points particuliers. Tout d'abord la gouvernance du sport à travers la Conférence nationale du sport dans laquelle les départements devraient disposer de deux sièges, tout comme les régions, les communes et intercommunalités disposant pour leur part de trois sièges. Le deuxième point portait sur le développement des territoires, avec la présentation du schéma de cohérence territoriale des équipements sportifs (lire notre article du 15 novembre 2011 ci-contre). "Il nous intéressait de savoir comment on pouvait envisager la coordination de ce schéma avec les préconisations de Jean-Jacques de Peretti sur les schémas d'organisation des compétences et de mutualisation", commente Yves Ackermann (lire notre article du 13 septembre 2011 ci-contre).

"L'Etat doit avoir un rôle structurant"

Mais l'essentiel était ailleurs. "Pour les départements, la question primordiale, mais qui n'est pas abordée, est celle des financements." Richard Monnereau a indiqué qu'il souhaitait continuer à aider les structures sportives, après s'être posé la question de savoir s'il convenait de mettre fin à des interventions consistant à du saupoudrage. Et la décision a été prise de continuer à servir 27.000 associations via le Centre national pour le développement du sport (CNDS), précise Yves Ackermann. Le président de la commission culture, sports et monde associatif de l'ADF fait allusion au seuil minimum de 750 euros de subvention aux associations locales versés par le CNDS, un seuil qu'il a, à un moment, été question de remonter à 1.000 euros. Or pour Yves Ackermann, l'Etat doit avoir "un rôle structurant et rester dans une vision stratégique" avec le financement des grands équipements et d'équipements structurants dans les départements.
Cette action structurante de l'Etat paraît d'autant plus importante aux yeux d'Yves Ackermann que le problème des départements aujourd'hui est leur situation financière. "On estime que la moitié des départements n'arriveront pas à boucler leur budget 2013, explique-t-il. Certains conseils généraux envisagent de faire des coupes franches, de baisser de manière assez drastique les aides aux associations sportives ou culturelles, voire de supprimer des pans entiers de ces politiques." Reste à savoir quel pourrait être l'impact de telles mesures sachant que le sport représentait en 2009 1,6% des dépenses des départements.  

L'emploi sportif, une priorité

En matière de sport, les moyens en général et les moyens aux associations en particulier doivent, selon Yves Ackermann, être consacrés à la formation et au volet éducatif. Et le président du conseil général du Territoire de Belfort de pointer l'exemple de son département : "Nous avions beaucoup de jeunes sans emploi après un Bac+4 ou Bac+5 en Staps [sciences et techniques des activités physiques et sportives, NDLR]. Nous avons créé une vingtaine de postes d'éducateurs avec le comité départemental olympique et sportif. Nous avons donc des éducateurs formés et compétents qui prennent en charge des clubs et jouent véritablement un rôle éducatif au niveau de la jeunesse. C'est dans ces programmes-là que l'Etat devrait venir nous soutenir. Cela permet de donner des emplois et de mieux former les enfants." Yves Ackermann plaide pour que l'Etat distribue moins de contrats aidés et mette des moyens dans des emplois sportifs "mieux payés et pérennes qui pourraient avoir un rôle structurant et éducatif dans des associations qui en ont bien besoin".
Pour autant, le représentant de l'ADF n'oublie pas les équipements. Pour lui, "le rôle des départements est un rôle d'équilibre des territoires. Il faut faire en sorte qu'il y ait des équipements sportifs disponibles pour tout le monde à des distances raisonnables". Mais l'équilibre des équipements sportifs sur le territoire doit tenir compte d'une autre réalité : la capacité des associations à les animer. "Il ne faut pas créer des équipements dans des zones où il n'y aura personne pour s'en occuper. Car derrière, le problème du dynamisme de la vie associative et de la structuration des associations est tout aussi important", plaide Yves Ackermann... Où l'on revient à la problématique des moyens humains et financiers octroyés aux associations. Si l'histoire entre sport et départements reste à écrire, on sait désormais ce que l'ADF souhaiterait y lire.

Jean Damien Lesay

L'ADF va animer les villes-étapes du Tour de France
Partenaire du Tour de France (lire notre article du 11 juillet 2011 ci-contre), l'Assemblée des départements de France envisage en 2012 de démarrer des animations sur les villes-étapes. "J'aimerais que l'on puisse mêler sport et culture et développer des spectacles sur les lieux d'arrivée, qu'il y ait un mélange des genres entre le sport et la culture", explique Yves Ackermann. Une expérience sera menée sur quelques étapes de la prochain Grande Boucle avec l'objectif de faire grandir le dispositif par la suite si les choses se passent bien.

 

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle