Essonne

Montgeron (91) invente le complexe de glisse multifonctionnel

Montgeron, dans l'Essonne, a fait le pari de concentrer sur un même site un plateau d'évolution, un skate-park , une piste de roller et un départ de randonnée en forêt. Une avancée supplémentaire, et inédite, dans la multifonctionnalité d'un équipement sportif.
Services sports et jeunesse - Montgeron

"A l'origine de la demande, il y a eu quelques jeunes... Ils avaient adressé un courrier au maire en demandant un skate-park", raconte Marie-Christine Gabory, responsable de l'animation sportive à la ville de Montgeron (22.157 habitants). Et lorsque le choix s'est porté sur la construction d'un complexe de glisse multifonctionnel, la commune les a d'emblée contactés, pour les associer à la démarche. Il faut dire que la ville ne partait pas de zéro en matière de glisse. Elle dispose d'une piste de bicross, d'un club attenant, dont les sportifs évoluent au niveau international. Montgeron a même accueilli les Championnats de France en 2001, et organise deux fois par an une randonnée roller.
Le projet de complexe a été conçu pour que l'équipement puisse être utilisé par tous les usagers du site, particulièrement les collégiens et les membres du club de bicross. Ainsi, la piste de 200 m permet l'organisation de compétitions officielles, mais sert également d'équipement de proximité pour les élèves du collège voisin, qui viennent y pratiquer l'athlétisme. D'ailleurs, un sautoir a été aménagé pour eux. Les modules du skate-park permettent pour leur part une pratique mixte incluant le BMX, déjà présent au club pour le bicross. Au milieu de la piste se trouve un plateau d'évolution et, tout proche, un vestiaire est destiné aux randonneurs qui arpentent la forêt de Sénart. Au total, le coût du complexe inauguré le 3 avril dernier est de 337.283 euros TTC.

L'implantation du site, l'autre clé de la réussite

"Si la multifonctionnalité de l'équipement est un gage de réussite en terme d'appropriation par les différents acteurs et de mixité sociale, le choix du site a lui aussi fait l'objet d'une attention particulière", souligne Christine Goussard, directrice du service des sports de la ville. Un certain nombre d'éléments et de contraintes ont pesé dans le choix définitif :
- un espace suffisamment important pour permettre l'implantation de ce combiné piste, skate-park et aire de street hockey, plateau d'évolution (avec tracé de basket). Superficie : 4.500 m2 ;
- l'accessibilité par les moyens de transport et les pistes cyclables ;
- l'intégration à un complexe sportif (terrain de football, de rugby, piste de bicross, gymnase permettant la pratique de la gymnastique, du volley, des arts martiaux et de l'escrime) ;
- un accès libre mais surveillé, avec présence d'un gardien sur le site ;
- des facilités de stationnement (parking de 300 places) ;
- un site éloigné des lieux d'habitation tout en étant un lieu de passage important (le long de la N6 Paris-Melun, accès direct en forêt de Sénart pour la pratique de la randonnée roller, concentration de disciplines sportives, proximité d'un collège) ;
- un lieu pouvant accueillir une mixité des disciplines de glisse (randonnée, skate et vitesse) ;
- un site déjà identifié par les jeunes avec l'existence de la piste de bicross.

Un seul complexe pour toutes les pratiques

Le complexe comprend une piste de 200 m, un skate-park, une aire multisport et un vestiaire pour le départ en randonnée.
Les caractéristiques de la piste sont celles prévues pour une homologation par la Fédération française de roller-skating, afin de pouvoir organiser des compétitions fédérales.
L'implantation du skate-park ainsi que le choix des modules ont été déterminés en concertation avec des jeunes de la ville, qui pratiquent librement ou en club l'une des trois disciplines de glisse, roller, BMX ou skate. Les critères déterminants pour le choix des modules ont été :
- une utilisation mixte skate/roller/BMX ;
- une utilisation sous tout type de climat (chaud, froid, humide) ;
- un espace polyvalent permettant une pratique adaptée aussi bien aux débutants qu'aux initiés.
Les modules retenus sont une table pyramidale, deux quaters (tremplins relevés), un lanceur.
Quant à l'aire multisport (ou plateau d'évolution intégré), elle est équipée de panneaux de basket, de buts de football et handball, et de cages de hockey. Elle permet aux jeunes de pratiquer l'ensemble des disciplines de glisse, y compris le roller hockey. La structure disposera de cages de hockey fixes. Cet espace répond également à une pratique plus traditionnelle (collège, familles) pour le basket, le football, le handball.

Patrick Bayeux pour Localtis

"Notre équipement permet de répondre à toute forme de pratique de glisse"

Christine Goussard est conseillère des activités physiques et sportives, et directrice du service des sports de Montgeron.

Votre projet a été primé aux Trophées de l'innovation lors du 6e Forum sport et collectivités territoriales, à Grenoble. Selon vous, en quoi votre complexe est-il différent des autres ?

Les complexes existants ne sont pas multifonctionnels et multisectoriels. De plus, l'innovation est d'avoir pris en compte la spécificité de la demande sociale et de la ville. Traditionnellement, les villes construisent des skate-parks pour répondre à un besoin de pratique agressive, qui représente 10% de la pratique. Notre équipement permet non seulement de répondre à toute forme de pratique de glisse, des débutants aux confirmés, mais également aux besoins du collège ainsi qu'aux pratiques de nature et notamment à la randonnée.

Ne craignez-vous pas des conflits d'usage ?

Il existe des protections qui permettent de séparer les différentes aires de jeux. Mais nous pensons également que les différents utilisateurs ne seront pas présents en même temps. Par ailleurs, la ville a recruté un éducateur diplômé d'Etat en roller qui interviendra sur le site. Enfin, quatre jeunes ont monté une association et participeront à l'animation de l'équipement. Ces différents intervenants permettront de limiter, le cas échéant, les conflits d'usage.

Qu'avez-vous prévu en matière d'animation ?

L'idée générale est de travailler en transversalité avec le service jeunesse. Par ailleurs, les scolaires iront pratiquer du roller. Nous avons acheté des rollers à taille extensible (de 30 à 39) que nous stockons dans le vestiaire sur le site. Des stages sont programmés pendant les vacances.

Des critères de sécurité et de confort

La recherche d'un confort optimal a été systématiquement privilégiée, sans pour autant négliger les règles de sécurité.

Pour la réalisation de la piste, les principaux critères retenus ont été :
- la pratique en toute sécurité pour un apprentissage évolutif, que ce soit en direction des jeunes enfants ou d'adultes débutants (roller ou disciplines associées / bicyclette, patinette) ;
- un revêtement permettant une glisse idéale : enrobé bitumeux - granulométrie fine 0,6mm ;
- la possibilité de pouvoir s'entraîner dans des conditions parfaites et de réaliser des performances ;
- la possibilité d'une pratique en famille sur la piste ou l'aire de street hockey, dans un environnement convivial.

Le revêtement retenu pour le skate présente :
- une grande résistance aux intempéries, aux chocs violents dus à la pratique, ainsi qu'au vandalisme ;
- des qualités de robustesse, d'isolation phonique importante, une bonne adhérence et une absorption aux chocs et aux vibrations pour les pratiquants. 

Montgeron : le sport en quelques chiffres

Nombre d'habitants : 22.157
Associations sportives : 30
Licenciés : 4.674
Nombre de licenciés sportifs ramené au nombre d'habitant : 21%
Budget de fonctionnement : 5,4% du budget de fonctionnement total
Budget d'investissement : 1,3% du budget d'investissement total

Roller mode d'emploi

Ce que l'on désigne par le terme générique roller recouvre trois formes de pratiques, qui ne nécessitent pas le même type d'équipement.

Le fitness caractérise surtout une pratique déambulatoire de loisir, ou à finalité utilitaire.
La rampe, discipline plutôt technique, consiste à enchaîner des figures à partir d'équipements spécifiques conçus pour la glisse, qu'il s'agisse de rampes en fibres de verre, en béton ou encore de modules en bois mobiles ou fixes.
Le street et l'agressif, disciplines acrobatiques, consistent à utiliser l'espace public urbain dans toute sa diversité, et en particulier l'ensemble du mobilier urbain (poubelles, rampes d'escaliers, murs, bancs...).
Les deux dernières pratiques sont plutôt le fait de populations pré-adolescentes, adolescentes et post-adolescentes.

Haut de page