Aude

Sylvain Baudet & Dijella Bagoudou

Organic'Vallée, un laboratoire grandeur nature dédié à l'économie circulaire de la matière organique

Cohésion des territoires

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Organic’Vallée désigne un collectif situé au cœur du Lauragais à une quarantaine de kilomètres au sud de Toulouse. Il s’est fixé pour objectif de concrétiser une démarche d’économie circulaire de proximité, sociale et solidaire, appliquée aux cycles de matières organiques et de développer une grappe d’agro-activités en s’appuyant sur les ressorts de la complémentarité (échanges de flux de matières et d’énergie, mutualisations de fonctions entre les différentes activités, etc.). S’étendant sur 55 hectares près de Toulouse, cette zone d’agro-activité veut être un modèle d’économie circulaire. 

Une structure née d’une volonté collective, initiée par un acteur économique central

Organic’Vallée est née de l’ambition commune d’acteurs du territoire de créer un écosystème territorial vertueux de l’économie circulaire agricole ; une volonté portée initialement par un acteur économique, l’entreprise Cler verts et son dirigeant Jean-Luc Da Lozzo, à l’impulsion de cette dynamique.
Le collectif se structure autour de valeurs partagées avec l’idée de construire un "territoire d’expérimentation" autour de la notion d’économie circulaire de la matière. Il s’agit alors de constituer "un cluster, un écosystème où chacun des membres puisse s’enrichir mutuellement" dira M. Da Lozzo.
En 2014 le collectif acquiert une propriété de 55 hectares.
En 2015 la Scic Organic’Vallée est créée. Cette société regroupe des collectivités, des agriculteurs , et d’autres acteurs économiques. La SCIC devrait s’ouvrir ultérieurement aux habitants et citoyens.
En 2015, Organic’Vallée est lauréate de l’Appel à Projet portant sur les Pôles Territoriaux de Coopération économique (PTCE). Sur un territoire donné, ce groupement met en œuvre une stratégie commune et durable de coopération au service de projets économiques innovants pour le développement local.

En 2003, Jean-Luc Da Lozzo quitte un poste de Directeur du service déchets dans une collectivité locale, met fin à sa carrière dans le secteur public et co-fonde avec Gérard Lanta, l’entreprise Cler Verts dont il est aujourd’hui le Président. Cler Verts est une PME familiale spécialisée dans la collecte et la valorisation des déchets organiques de l’Agriculture, de l’industrie et des collectivités, qui développe depuis 2003 des services innovants pour valoriser localement les bio-déchets des collectivités, des entreprises et des particuliers.

Une gouvernance à deux niveaux opérationnels

Aujourd’hui, Organic’Vallée est à la fois la dénomination du Pôle Territorial de Coopération Économique et de la SCIC qui porte le projet.
En amont de la création du PTCE, le collectif en émergence a opté pour la forme coopérative afin de porter une véritable ambition économique pour le territoire, la SCIC constituant à la fois un moteur et l’organe opérationnel de la dynamique engagée. Elle comprend aujourd’hui une petite dizaine de membres et devrait pouvoir s’ouvrir et s’agrandir après stabilisation de son modèle économique. La SCIC loue le terrain de 50 ha. Une levée de fond devrait en permettre son acquisition. Elle compte à ce jour un salarié qui travaille au développement de la zone.

Le PTCE regroupe une quarantaine de structures et fait travailler ainsi de manière décloisonnée "des gens qui n’étaient pas habitués à travailler ensemble". La gouvernance du PTCE comprend des instances décisionnelles : le comité de pilotage qui se réunit 2 à 3 fois par an et des instances opérationnelles comme les groupes de travail thématiques. Le PTCE s’est en effet engagé dans la mise en place de 18 actions réparties dans 6 grands axes :
1- Axe 1 : Développer les circuits courts alimentaires et l’agriculture biologique
2- Axe 2 : Valorisation locale de la biomasse
3- Axe 3 : Agro-écologie, objectif luzerne…
4- Axe 4 : Accompagnement de démarche de lutte contre le gaspillage alimentaire
5- Axe 5 : Soutien au développement économique local
6- Axe 6 : Formation et diffusion des concepts mis en œuvre

Le PTCE cherche à nourrir le projet, à l’ancrer au territoire en visant notamment une meilleure acceptation sociale et territoriale de la dynamique mise en œuvre. Le modèle de portage choisi, celui de la SCIC, permet également de créer un modèle de gouvernance facilitateur pour les projets. A titre d’exemple, le PETR Pays Lauragais, membre du PTCE Organic’Vallée travaille sur l’articulation entre la stratégie portée par Organic’Vallée et les documents de planification territoriale comme le Plan Climat énergie territorial ou le SRADDET. Outre la planification territoriale, le PETR Pays Lauragais permet également d’enrichir la réflexion sur le lien rural-urbain de par son implication dans l’Interscot Toulousain au sein duquel le lien rural- urbain est régulièrement questionné.


Des bénéfices économiques attendus de cette dynamique d’économie circulaire agricole urbain rural

Organic’Vallée met en œuvre des complémentarités fonctionnelles et au-delà de la solidarité, le lien urbain-rural s’affirme au travers d’un intérêt partagé et, de ce que M. Da Lozzo appelle "une collaboration lucrative".
Les liens de complémentarité urbain-rural sont matérialisés par plusieurs flux d’échanges : les aires urbaines génèrent des déchets organiques traités par compostage et méthanisation en zone rurale, les sous-produits de valorisation des filières compostage et méthanisation permettent de stimuler une agriculture qualitative dont les produits sont principalement consommés en milieu urbain.

Une dynamique boule de neige

La réussite du PTCE est associée à la capacité de son initiateur à fédérer les énergies locales. "J’ai fait le tour des partenaires potentiels, 99 % ont dit oui, d’autres sont rentrés après dans la dynamique" explique M. Da lozzo, aujourd’hui représentant légal de la SCIC Organic’Vallée. Organic’Vallée est un lieu d’échange et d’expérimentation, un lieu qui met en œuvre des actions concrètes et qui accueille de nouvelles activités. L’écosystème territorial permet de valoriser les déchets verts et de bois non traités par compostage. Les déchets végétaux et de pain sont valorisés dans l’alimentation de Porc Gascon. Les autres bio-déchets agricoles, industriels et des collectivités sont valorisés par méthanisation. L’énergie électrique de la méthanisation, équivalant à la consommation de 3500 foyers soit environ 20 % de tous les foyers du canton, est réinjectée dans le réseau. Le compost et les digestats de méthanisation retournent à la terre et valorisent les produits agricoles et d’élevage.
A partir de cette dynamique, de nombreuses autres activités peuvent venir s’agréger dans une logique de complémentarité circulaire, au grè des besoins des acteurs économiques locaux : une légumerie pour ancrer la valeur ajoutée du maraîchage, une meunerie pour bénéficier de la chaleur fatale thermique de l’unité de méthanisation, un producteur de champignons bénéficiant de la chaleur fatale mais permettant également de valoriser le déchet marc de café en substrat de production.
A terme, un prévisionnel de 80 emplois et un développement d’activité de 5 à 6 millions d’euros par an sur le périmètre d’Organic’Vallée est attendu.
 

Haut de page