Orléans lance son Carrefour des parents

Publié le
dans

Loiret

Prévenir les risques de dégradation des situations familiales en libérant la parole : telle pourrait être la devise du Carrefour des parents. En écoutant les adultes, cette structure originale cherche avant tout à les conforter dans leur rôle de parents.

Mardi 27 mai, le centre communal d'action sociale d'Orléans accueille la première réunion du Carrefour des parents. Dans une ambiance conviviale, les parents profitent de cet espace de parole pour évoquer, avec les animateurs présents, les difficultés éducatives auxquelles ils sont parfois confrontés. Echanges, dialogues, partages d'expériences, etc. Au cours des deux heures de réunion, les esprits se libèrent, un climat de confiance s'instaure et toutes les questions liées à la parentalité sont abordées sans crainte d'un jugement ou d'une remise en cause. Un moment encore bien présent dans la mémoire d'Emmanuelle Pretin, psychologue et coordinatrice de cette initiative, car, avant d'en arriver là, le chemin a été long. Un constat dû en partie à la nature même de ce projet initié par la mairie. Le Carrefour des parents utilise un mode d'intervention original s'inscrivant avant tout dans une démarche de prévention : "L'objectif est de proposer aux parents une rencontre avec une équipe d'animateurs et d'intervenants spécialisés afin de leur permettre d'aborder toutes les questions relatives à leur rôle de parents", explique Emmanuelle Pretin. L'autre particularité consiste à rencontrer les parents directement sur les lieux qu'ils fréquentent habituellement avec leurs enfants (crèches, maternités, centres de loisirs, etc.). D'où l'absence volontaire de locaux propres au Carrefour et la nécessité de mettre en place des équipes mobiles d'animateurs.

Une vaste concertation préalable

Depuis la première rencontre du mois de mai, le rythme des réunions s'accélère. "Nous souhaitons symboliquement réaliser 365 interventions par an dans les différents lieux mis à notre disposition", précise Emmanuelle Pretin. Pour parvenir à cet objectif, la Ville peut compter sur la mobilisation des différents partenaires impliqués - à divers titres - dans les actions menées au profit des enfants. Ainsi, aux côtés de la mairie, la CAF, la Ddass et le conseil général du Loiret font partie des financeurs du projet. Par ailleurs, plus d'une cinquantaine d'organismes implantés à Orléans et d'associations intervenant dans la ville participent au dispositif en prêtant des locaux ou en mettant à disposition - moyennant rémunération - du personnel d'animation durant les deux heures trente de réunion.
Pour assurer le succès de cette initiative, la Ville a organisé en amont une vaste concertation avec tous les acteurs concernés. A cette occasion, l'ensemble du projet a fait l'objet d'une présentation, puis, dans un second temps, chacun d'eux a eu la possibilité d'apporter sa contribution à la définition et au fonctionnement du Carrefour. Cet important travail préalable a notamment permis l'élaboration d'une charte précisant le rôle des animateurs et leurs devoirs envers les familles. Ce document s'inspire également des objectifs fixés dans le cadre de la mise en place des réseaux d'écoute, d'appui et d'accompagnement des parents (REAAP), créés par les pouvoirs publics en 1999.

Valoriser le rôle des parents

La concertation engagée a aussi permis la définition d'un protocole d'intervention qui précise l'organisation et le déroulement des rencontres. Celles-ci sont toujours animées par une équipe pluridisciplinaire de trois ou quatre personnes (travailleur social, médecin, psychologue puéricultrice, éducateur, enseignant, etc.) comprenant un parent-référent membre d'une association. Le plus souvent, les rencontres ne portent pas sur un thème précis. Les participants sont libres d'aborder le sujet qui les préoccupe : la question de l'autorité et ses limites, la séparation mère/enfant, la monoparentalité, l'alimentation, etc. Le choix est plutôt vaste.
L'approche retenue dans le déroulement des rencontres répond à plusieurs objectifs : "Il s'agit de valoriser le rôle des parents et de permettre la restauration du lien parent/enfant quand celui-ci semble menacé. Les animateurs ne sont pas là pour juger ou culpabiliser. Ils ne doivent pas non plus se positionner comme les détenteurs d'un savoir et d'un modèle unique de parentalité, au risque d'instaurer une relation d'autorité. Il leur faut, au contraire, respecter les principes simples d'écoute, de convivialité afin d'instaurer une relation de confiance. Enfin, en fonction des situations, ils doivent être capables d'orienter les parents vers d'autres dispositifs." Pour parvenir à ces résultats, les intervenants peuvent bénéficier d'une formation préalable sur la conduite de réunion de groupe et les techniques d'animation.

Pascal Clouet / PCA pour Localtis

"Aller vers les parents"

Directeur du centre communal d'action sociale d'Orléans, Jean-Michel Fricheteau suit avec attention l'évolution du Carrefour des parents.

Quelles sont les attentes de la Ville à l'égard du Carrefour des parents ?

Tout d'abord, ce dispositif répond à la volonté municipale de conduire des actions préventives, pour intervenir en amont et essayer d'éviter le risque d'une dégradation trop importante des situations. C'est cette logique que la Ville a également retenue en développant de façon importante la présence des agents de prévention et de médiation dans les quartiers. Ensuite, l'élaboration d'un projet comme celui du Carrefour correspond aussi à la préoccupation de la municipalité d'associer les différents partenaires concernés par un même sujet. Dans ce domaine, le Carrefour est d'ores et déjà une réussite. Au-delà des quatre partenaires représentés au sein du comité de pilotage - commune, Ddass, conseil général et CAF -, plus d'une cinquantaine d'associations et d'institutions participent activement au fonctionnement du projet. Enfin, notre volonté est d'offrir ce service à l'ensemble des habitants, sans cibler les interventions uniquement sur les personnes en difficulté sociale.

Quels sont les moyens affectés au fonctionnement du Carrefour ?

En plus de la mairie, la CAF, la Ddass et le conseil général du Loiret participent au financement de cette action qui s'inscrit dans le cadre des réseaux d'écoute, d'appui et d'accompagnement des parents. Une coordinatrice et une secrétaire ont été embauchées à mi-temps au mois de février, une fois que le lancement du projet a été confirmé. Leur travail est indispensable, compte tenu du rythme que nous envisageons d'atteindre. A raison d'une rencontre par jour, je vous laisse imaginer le nombre d'appels à passer pour rechercher les lieux susceptibles de nous accueillir et nous assurer de la présence de trois ou quatre animateurs par réunion, sans compter les coups de fil et les rencontres destinés à la présentation de cette activité auprès de ceux qui ne nous connaissent pas encore.

Le dispositif va-t-il évoluer ?

Le Carrefour des parents n'a pas vocation à se substituer aux différentes actions ou initiatives déjà menées. Il s'agit véritablement d'un service complémentaire, accessible aux familles qui le souhaitent. Ce n'est pas une thérapie ni un dispositif institutionnel avec prise en charge immédiate à la clé. Une caractéristique essentielle du Carrefour des parents réside dans sa souplesse. Pour réussir dans notre démarche de prévention et de sensibilisation, nous avons choisi d'aller vers les parents plutôt que de les faire venir dans un lieu unique, forcément marqué socialement et par sa localisation. Dans ces conditions, c'est à nous de nous adapter aux lieux et aux horaires. Même chose sur le contenu et le déroulement des réunions. Après quelques mois de fonctionnement, on s'est aperçu à plusieurs reprises que les parents, mais aussi les institutions qui nous accueillent, étaient parfois demandeurs de rencontres sur des thèmes précis. Encore une fois, à nous de nous adapter.

La parentalité en réseau

Depuis 1999, année de leur création, les réseaux d'écoute, d'appui et d'accompagnement des parents (REAAP) constituent un outil original de soutien à la parentalité.

Comme le laisse supposer le premier terme de ce sigle, le fonctionnement des REAAP repose sur une approche partenariale, réunissant les différentes catégories de professionnels impliquées dans les actions menées au profit de la famille et de l'enfance. En pratique, les réseaux associent les partenaires (Ddass, communes, conseils généraux, CAF, associations, etc.) qui proposent des actions sur un territoire donné. Dans chaque département, un comité d'animation regroupant les services de l'Etat, la CAF et des élus est chargé de soutenir les initiatives locales et d'harmoniser les pratiques. Les interventions menées dans le cadre de ces réseaux s'adressent à toutes les familles sans distinction, et couvrent de nombreux domaines : prévention, coparentalité et place du père au sein du foyer, articulation entre vie familiale et activité professionnelle, accueil de la petite enfance, appui aux familles les plus fragiles, soutien aux parents d'adolescents et de préadolescents, aide aux parents en conflit ou en voie de séparation, amélioration des relations entre les familles et l'école, etc. La nature des projets est également variable. Il peut s'agir de l'ouverture d'un lieu de médiation parents/enfants, de la mise en place d'un groupe de parole ou encore de la création d'un espace de rencontres entre parents et professionnels, comme le propose la mairie d'Orléans. Afin d'harmoniser les pratiques, les actions menées dans le cadre d'un réseau doivent respecter plusieurs principes, regroupés dans une charte arrêtée par le ministère des Affaires sociales. Ce document s'inspire notamment des principes généraux figurant dans les différents textes relatifs aux droits des enfants et de la famille (Convention internationale des droits de l'enfant, Déclaration universelle des droits de l'homme, etc.). Le respect de ce cadre réglementaire conditionne le versement de subventions de l'Etat.

Aller plus loin sur le web :
 
La présentation du Carrefour des parents sur le site de la mairie d'Orléans.
http://www.ville-orleans.fr/html/vielocale008.htm
 
Le site de la cellule nationale d'appui technique pour les réseaux d'écoute, d'appui et d'accompagnement des parents.
http://www.familles.org

Haut de page