Paris 2024 : une "olympiade culturelle" pour un "décloisonnement" entre sport et art

Le coup d'envoi de l'"olympiade culturelle" a été donné ce 27 juin par les ministres des Sports et de la Culture. Le processus de sélection des projets artistiques s'appuie pour une bonne part sur les collectivités labellisées Terres de Jeux.

Les Jeux olympiques et paralympiques de Paris lancent leur "olympiade culturelle", des projets qui mêlent arts et sport dans plusieurs villes de France jusqu'à l'été 2024. "L'idée est que l'expérience sportive soit augmentée par l'expérience culturelle", résume Dominique Hervieu, directrice artistique chargée de la culture à Paris 2024, ex-directrice de la Maison de la Danse et directrice de la biennale de la danse de Lyon. "C'est une programmation artistique et culturelle multidisciplinaire, toutes les disciplines - peinture, BD, photographie, théâtre, performance, danse.... - sont convoquées y compris la mode, la gastronomie...", a-t-elle expliqué, et ce sur tout le territoire.

Le coup d'envoi a été donné ce lundi 27 juin depuis le siège du comité d'organisation des JO (Cojo) à Saint-Denis, en présence de la ministre de la Culture, Rima Abdul Malak, et de la ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra. L'organisation d'une telle olympiade culturelle fait partie du cahier des charges des JO, une olympiade étant la période de quatre ans entre deux JO. Son lancement a été retardé par la pandémie.

"Ce doit être l'occasion d'un grand décloisonnement", a plaidé lundi Dominique Hervieu devant un parterre de responsables du monde de la culture. "On incite à sortir des théâtres, cinémas, musées pour se confronter à de nouveaux publics, jouer dans la rue, l'espace public, des parcs....A faire de l'art dans le patrimoine sportif ou les lieux sportifs."

L'initiative s'appuie sur les collectivités locales qui sont labellisées "Terre de Jeux" tandis que le ministère de la Culture actionnera les Drac. Pour un porteur de projet, il existe en fait deux voies. D'une part, l'"appel à participation", où il y a effectivement intermédiation d'une collectivité locale : le projet doit d'abord être proposé à une collectivité labellisée Terre de Jeux puis, s'il est retenu par la collectivité, être soumis en ligne pour obtention du label "Olympiade culturelle". Et il y a, d'autre part, les appels à projets, au pluriel. Il s'agit cette fois de répondre à l'une des propositions thématiques (il faut répondre à une "orientation précise") qui ont été ou vont être lancées par le ministère de la Culture, la ville de Paris, une région, un organisme culturel conventionné, une collectivité hôte ou Paris 2024 lui-même…

Certains projets sont déjà en gestation. En région Centre-Val de Loire par exemple a été développé "un projet de spectacle d'Emmanuelle Huet avec l'Orchestre symphonique du Loiret et la compagnie de danse urbaine de Simon Dimouro avec l'intervention de skateboarders". A la Philarmonie de Paris, c'est un orchestre symphonique composé d'enfants éloignés du monde de la musique, auxquels un instrument a été donné, qui prendra naissance. Un projet similaire est en réflexion avec des enfants sur la danse. En Seine-Saint-Denis, le collectif de théâtres "Beauté du geste" travaille sur une parade populaire et festive.

 

Pour aller plus loin

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle