Pyrénées-Orientales

A Perpignan, les animaux aussi font partie de la communauté

Environnement

Energie

La communauté d'agglomération Perpignan Méditerranée et la Société protectrice des animaux (SPA) se sont alliées pour ouvrir, en avril 2006, un centre animalier de protection (CAP). Situé au niveau de l'espace animalier à Perpignan, le CAP intègre un refuge, un dispensaire, deux salles d'opération, des parcs de détente et un espace pédagogique. Cet équipement couronne le dispositif de protection des animaux progressivement mis en place depuis 1999.

Le département des Pyrénées-Orientales présente le taux le plus élevé d'abandons et de prolifération d'animaux par rapport au nombre d'habitants. Partant de ce constat, Perpignan Méditerranée a proposé une approche globale avec la réalisation d'un espace animalier, lieu d'accueil d'un ensemble d'activités et de services ciblés sur l'animal. La problématique animale a été entérinée par un élu qui a en charge cette délégation, Pierre Roig.
Ainsi, dès 1999, l'agglomération passe une délégation de service public (DSP) avec Chenil Service pour la construction et la gestion d'une fourrière intercommunale, aux côtés du centre d'éducation canine déjà existant. "Tout en répondant à nos obligations, nous voulions respecter le bien-être animal et casser l'image habituelle de 'mouroir' des fourrières pour en faire une activité reconnue pour sa qualité", explique Frédéric Gonano, technicien en charge du développement durable au sein du service environnement de Perpignan Méditerranée. C'est pourquoi, dans le même temps, pour limiter au maximum les euthanasies, un partenariat a été conclu entre l'Agglo, la fourrière, la direction des services vétérinaires (DSV) et les associations disposant d'un refuge animalier, chargés de faire adopter les animaux recueillis. En 2000, tous signent une première "charte animale" présentant les principes éthiques à respecter, définissant le rôle de chacun et précisant les modalités de l'engagement financier de l'agglomération. En 2003, les mêmes souscrivent à une deuxième charte, renouvelée, couvrant la période 2003-2012. C'est le maillage de toutes les associations partenaires et le travail en confiance avec la fourrière qui animent et rendent le dispositif efficace.

 

Des chiens, des moutons, des cochons...

"La première charte prévoyait la construction d'un refuge communautaire : la SPA a proposé de créer une structure innovante", précise Frédéric Gonano. Au final, la collectivité a mis à disposition des terrains sur l'espace animalier et accordé à l'association une subvention annuelle supplémentaire de 48.000 euros. La SPA perçoit également 22 euros par animal placé, jusqu'à hauteur de 11.000 euros, comme d'autres refuges. En contrepartie, l'association a pris en charge la construction et assure la gestion de la structure. Ce refuge peut accueillir, en plus  des chiens et chats, des oiseaux domestiques, des chevaux, des moutons, des cochons... "Mais c'est avec le dispensaire que la collaboration entre la communauté et la SPA prend tout son sens. Par la stérilisation, notamment des chats, les vétérinaires limitent la prolifération des animaux errants", ajoute Pierre Roig. Sous condition de ressources, le dispensaire peut aussi prendre en charge gratuitement les animaux de particuliers. Enfin, un espace pédagogique permet de réaliser des actions de sensibilisation : accueil du "club jeunes SPA", animations dans la ville à l'occasion de journées thématiques, enquêtes sur le maltraitance...

 

Libres chats de Perpignan

Le dispositif affiche de bons résultats. " En 2007, l'euthanasie représente 10% 'seulement' des chiens passant par la fourrière. En 2000, le pourcentage s'élevait à 28% !", se réjouit Frédéric Gonano. Mais des progrès restent à accomplir sur les chats errants, avec des difficultés spécifiques. Une réflexion est engagée sur un dispositif permettant d'éviter l'euthanasie des félins errants en leur accordant le statut de "chat libre". Il leur permettrait d'occuper l'espace public après avoir été stérilisé et tatoué. Une association se chargerait alors de les nourrir sur place, à l'image des célèbres chats du Forum, à Rome.
En attendant cette nouvelle étape, l'efficacité de l'espace animalier a été reconnue au niveau national, lors du récent Grenelle de la protection animale. En outre, à l'occasion du Salon de la protection animale et de l'environnement (Spae), Perpignan Méditerranée a également reçu le prix des "collectivités méritantes en matière de protection animale".

 

Elisa Dupont / PCA, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Contact(s)

Communauté d'Agglomération Perpignan Méditerranée

11 Boulevard Saint-Assiscle -BP 20641
66006 Perpignan Cedex
04 68 08 60 00
04 68 08 60 01
accueil.pmca@perpignan-mediterranee.org
Nombre d'habitants : 283170
Nombre de communes : 36

Frédéric Gonano

Technicien en charge du Développement Durable
f.gonano@perpignan-mediterranee.org
Haut de page