Anne Lenormand

Plan Vélo : les associations de collectivités satisfaites

"La France se dote enfin d'une stratégie nationale pour le vélo !", a réagi le Club des villes et territoires cyclables ce 14 septembre, après la présentation à Angers du plan Vélo du gouvernement. "C'est un tournant majeur, a déclaré son président, Pierre Serne, conseiller régional d'Ile-de-France. Même si la dotation du fonds vélo est en retrait par rapport aux besoins des collectivités et aux préconisations du Conseil d'orientation des infrastructures, c'est un changement d'ère important pour le vélo." "Pour la première fois depuis 15 ans, l'Etat inscrit des financements en faveur du vélo et des modes actifs en face des objectifs qu'il a fixés", souligne le Club. Néanmoins, avec 350 millions d'euros sur 7 ans, soit 50 millions par an, "on est en retrait (…) des besoins des collectivités pour accélérer la réalisation d'itinéraires cyclables et de stationnement vélo", besoins estimés à 200 millions d'euros par an pour la résorption des coupures urbaines et le rétablissement des coupures piétonnes et cyclistes dans les territoires, la réalisation de réseaux express vélo et de liaisons inter-agglomérations, le rabattement à vélo vers des modes de transports collectifs, le stationnement vélo dans les équipements publics, les gares et dans le cadre des opérations de rénovation urbaine et la poursuite du schéma national véloroutes et voies vertes, détaille-t-il.

"Axes cyclables structurants dans les territoires"

Vélo & Territoires, autre réseau de collectivités chargé de coordonner le réseau national cyclable, a pour sa part salué "le caractère inédit" du plan Vélo qui constitue "une avancée incontestable vers une politique nationale vélo digne de ce nom", selon les mots de sa présidente, Chrystelle Beurrier, vice-présidente du conseil départemental de la Haute-Savoie. "Côté collectivités, ce plan Vélo est une bonne nouvelle, a-t-elle estimé dans un communiqué. Il affirme qu'elles ne sont pas seules à investir dans cette politique publique rentable et que le vélo n'est pas qu'une affaire de grandes agglomérations mais bien des collectivités de toutes tailles, urbaines, périurbaines ou rurales." "Le fonds national pour les mobilités actives doit accélérer et amplifier la création d'axes cyclables structurants dans les territoires", a-t-elle ajouté et Vélo & Territoires entend se positionner comme "facilitateur et prescripteur dans la mise en œuvre concrète de ce plan Vélo (…)". Chrystelle Beurrier plaide notamment pour que l'utilisation de ce fonds cible "les opérations les plus efficaces sur le Schéma national vélo" dont les travaux d'actualisation doivent débuter fin 2018.
De son côté, le président de l'Agence de financement des infrastructures de France (Afitf), Christophe Béchu - également maire d'Angers - a salué un plan "qui s'inscrit dans la durée et dont la dimension est sans précédent". Il a assuré que l'Afitf "se tient à la disposition du ministère des Transports pour apporter son concours financier à ce 'plan Vélo', selon des modalités qui pourront être étudiées dès le prochain conseil d’administration de l’Agence, prévu le 24 octobre."

Haut de page