Localtis

Politiques cyclables : régions, départements et EPCI dans la course

Publié le
par
Anne Lenormand / Localtis
dans

Transport mobilité durable

France

Après les politiques vélo des villes, c'est au tour de celles des régions, des départements et des EPCI d'être passées au crible. Publiés ce 22 octobre, les résultats de l'enquête nationale menée par Vélo & territoires montrent une implication de plus en plus marquée des différents échelons de collectivités.

Tous en selle : à en croire les résultats de l'enquête quinquennale réalisée par Vélo & territoires avec l'aide de l'Ademe sur l'action des collectivités pour le développement du vélo, régions, départements et EPCI sont de plus en plus mobilisés pour la petite reine, en dépit de nombreuses disparités entre territoires. Publiés ce 22 octobre, quelques jours après ceux de l'Observatoire des mobilités actives du Club des villes territoires cyclables (lire notre article), ils confirment un intérêt généralisé pour ce mode de déplacement. 523 territoires - 14 régions, 92 départements, 374 EPCI à fiscalité propre et 43 "autres" (syndicats mixtes, pôles d'équilibre territoriaux et ruraux, communes, etc.) ont d'ailleurs répondu à l'enquête de Vélo & territoires, soit un taux inédit de participation. 78% des régions, 91% des départements et 30% des EPCI à fiscalité propre sont donc représentés dans l'enquête.

Stratégies vélo régionales

Celle-ci permet d'abord de faire le point sur les stratégies de planification régionales, quatre ans après la réforme qui a fortement impacté le découpage et l'organisation de ces collectivités. 85% des régions déclarent ainsi disposer d'une stratégie vélo (schéma directeur ou plan vélo) qui se décline par ailleurs souvent dans les schémas régionaux d'aménagement, de développement durable et d'égalité des territoires (Sraddet). Pour les départements, l’heure est plutôt à la consolidation des stratégies déjà existantes, note Vélo & territoires. Comme en 2014, 90% d’entre eux disposent d’une politique cyclable. En outre, une grande partie d'entre eux amorcent aujourd’hui leur deuxième ou troisième génération de plan cyclable. De leur côté, les EPCI montrent un intérêt manifeste pour le vélo, même s'ils sont globalement peu dotés en stratégies de planification : 56% des 374 intercommunalités interrogées affirment avoir adopté un schéma directeur vélo ou équivalent mais ce chiffre tombe à 40% pour les EPCI de moins de 20.000 habitants.

Hausse des effectifs dédiés au vélo

Par ailleurs, les équipes vélo sont en augmentation dans les collectivités ayant répondu à l'enquête. Les régions ont vu leurs effectifs dans ce domaine augmenter de 77% par rapport à 2014 pour atteindre 1,7 équivalent temps plein (ETP) en moyenne par région. "Un chiffre qui reflète plus la fusion des régions qu’une réelle augmentation des effectifs", tempère toutefois Vélo & Territoires. Côté départements, les moyens humains dédiés au vélo sont en nette progression. À périmètre constant, les ETP vélo ont triplé depuis treize ans avec 2,7 ETP en moyenne en 2019, contre 1,7 en 2014 et 0,8 en 2006. Au total, 219,5 ETP sont consacrés aujourd’hui par les départements uniquement au vélo. Dans les EPCI, les effectifs vélo s’élèvent en moyenne à 0,8 ETP par intercommunalité en 2019. Mais cette moyenne ne reflète pas la grande disparité des moyens humains selon les territoires, souligne Vélo & Territoires. Rares sont en effet les intercommunalités de moins de 100.000 habitants à mobiliser un référent vélo à plein temps.

Augmentation des budgets

Enfin, côté budgets, les investissements en faveur du vélo augmentent même si là encore, les écarts peuvent être importants selon les territoires. Au niveau de la région, 4,9 millions d’euros sont dépensés en moyenne pour le vélo, soit environ 0,94 euros par an et par habitant et une augmentation de plus de 25% par rapport à 2014. Même tendance chez les départements, avec une hausse de 37% du budget vélo par habitant qui s'établit à 3,75 euros par habitant en 2019 contre 2,47 euros en 2014. En moyenne, 3 millions d’euros seront dépensés par chaque département pour le vélo en 2019. Les intercommunalités, elles, mobilisent 1,3 million d’euros en moyenne pour le vélo en 2019, soit 9,51 euros par habitant. "Un chiffre à nuancer, puisque les budgets vélo varient fortement selon la taille de l’intercommunalité et sont issus, pour partie, de financeurs supra-territoriaux (départements, régions et État)", relève toutefois Vélo & territoires.

Haut de page