Localtis, un média Banque des territoires

Précarité énergétique : 3,5 millions de ménages concernés et une situation qui devrait s'aggraver 

Au moins 3,5 millions de ménages connaissent des difficultés à payer leurs factures d'énergie en France, selon l'analyse 2020 de l'Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE) publiée ce 14 janvier. Et la situation pourrait s'aggraver sous l'effet de la crise sanitaire et sociale, prévient ce rapport.

En 2019, la précarité énergétique a affecté 3,5 millions de ménages, soit 11,9% des foyers et 30% des plus pauvres, selon le bilan annuel de l'Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE) publié ce 14 janvier. L'ONPE, qui fait cette évaluation depuis 2011 et la loi Grenelle 2, combine plusieurs éléments dont le "taux d'effort énergétique" (la part des dépenses d'énergie dans le revenu du ménage, la précarité étant actée quand ce poste atteint 8%) et le ressenti du froid.
Le résultat 2019 est un peu meilleur que celui de 2018 (12,1%) du fait de températures hivernales plutôt douces, "mais cela ne préjuge pas de la situation des plus pauvres", prévient l'observatoire.

Moins de bénéficiaires des "boucliers sociaux"

La baisse de la consommation d'énergie par habitation liée à l'amélioration des équipements de chauffage et performances de certains logements, se ressent. Mais la hausse du prix de l'énergie – compensée pour partie par un déploiement massif des chèques énergie envoyés à 5,7 millions de ménages - et la stagnation du pouvoir d'achat laissent entrevoir des années difficiles, notent ces experts. Ce d'autant que "certains boucliers sociaux tels les fonds solidarité logement (FSL) ou les aides directes des associations caritatives visent de moins en moins de bénéficiaires en raison d’une baisse des contributions des financeurs (fournisseurs, CAF et conseils départementaux) et de recentrages vers des publics prioritaires", souligne dans la préface du rapport Arnaud Leroy, président de l'ONPE et de l'Ademe.

14% des Français ont souffert du froid pendant l'hiver 2019

L'augmentation du nombre de ménages ayant souffert du froid l'hiver dernier, en particulier les 18-34 ans, est jugé particulièrement inquiétant. Selon les chiffres du Médiateur de l'énergie, 14% des Français ont déclaré avoir été dans ce cas, pendant au moins 24 heures au cours de l'hiver 2019. Pour 4 ménages sur 10, c’est à cause d’une mauvaise isolation thermique de leur logement. Citant le baromètre Info-Energie 2020 du Médiateur national de l'énergie, l'ONPE note aussi que le nombre de ménages rencontrant des difficultés de paiement de l'énergie a aussi augmenté, passant de 10% en 2013 à 18% en 2020, avec une hausse des interventions pour coupures. En 2019, 671.546 ménages ont vu l'intervention d'un fournisseur d'énergie pour cause d'impayés (+ 17% par rapport à 2018).

Effets des mesures de confinement

Il faut "trouver des modes d'intervention plus adaptés à ces situations afin d'amortir cette crise économique et sanitaire qui fragilise d'abord les populations les plus précaires et risque de les faire basculer dans des situations de grande pauvreté", a appelé Arnaud Leroy. Pour 2020, les mesures de confinement ont eu des conséquences encore plus importantes pour les foyers en précarité énergétique, ajoute le bilan. La suspension de paiement des factures durant une trêve hivernale rallongée "laisse craindre une explosion des impayés et demandes d'aides aux services sociaux". Quant au confinement, il a favorisé la cohabitation contrainte dans des logements inconfortables, tandis que les travaux d'amélioration des logements étaient freinés.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format