Valérie Liquet

Projets Anru 2 : où en est-on un mois après l'instauration des nouvelles règles du jeu ?

Politique de la ville

Logement

Toujours trois conventions Anru signées, sept projets validés par le comité d'engagement dont un, celui de Valenciennes Métropole, qui vient de faire l'objet d'une déclaration d'engagement. Tel est le bilan des projets de renouvellement urbain d'intérêt national, un mois après que le comité d'administration de l'Anru a voté de nouvelles règles du jeu opérationnelles et financières visant à accélérer les opérations.

"Le gratin se sépare des nouilles." C'est cette métaphore gastronomique signée Jean-Louis Borloo que la presse nationale aura retenu et plusieurs politiques abondamment commenté. Pourtant, ce 27 juin à Valenciennes, s'est déroulé un évènement autrement plus décisif pour les quartiers Anru de l'agglomération. Valenciennes Métropole a en effet signé, avec l'Agence nationale pour la rénovation urbaine, la déclaration d’engagement de sa convention "NPNRU" (nouveau programme national de renouvellement urbain, dit "Anru 2").
Cette déclaration d'engagement constitue le sésame pour démarrer les travaux, sans attendre la signature finale du texte juridique de la convention, conformément à la nouvelle règle adoptée le 25 mai dernier par le conseil d'administration de l'agence (voir notre article ci-dessous du 30 mai 2018). Le texte prévoit des concours financiers maximum de l’Anru (subventions et prêts) à hauteur de 86,7 millions d'euros, soit un effet levier permettant de lever auprès des autres partenaires* un montant total d'investissement de 356 millions d'euros, dont 10,66 millions d'euros venant de la région Hauts-de-France.

700 démolitions-reconstructions avec un rééquilibrage à l'échelle de l'agglomération

Quatre quartiers de l'agglomération sont concernés : un quartier d’intérêt national, le quartier Chasse Royale - La Sentinelle à Valenciennes ; trois quartiers d'intérêt régional, Chanteclerc Le Coq à Condé-sur-l'Escaut, La Briquette à Marly et Bleuse Borne - Faubourg de Lille à Anzin et Valenciennes.
Le programme urbain prévoit la démolition de plus de 700 logements locatifs sociaux reconstitués au 1 pour 1, dans une démarche de "rééquilibrage à l’échelle de l’agglomération". Il prévoit également la démolition de 40 logements d’habitat ancien dégradé, la réhabilitation de 520 logements locatifs sociaux et la production d’une offre "en diversification résidentielle" estimée à plus de 330 logements dans le temps du NPNRU.

Six autres projets validés dans les tuyaux

"De nombreux autres projets sont validés ou en cours de validation et suivront très prochainement", a annoncé à cette occasion Olivier Klein, président de l'Anru. En l'occurrence, depuis l'adoption des nouvelles "règles du jeu" de l'agence, son comité d'engagement a également validé les projets des quartiers des agglomérations de Meaux (200 millions d'investissements, tous financeurs confondus), de Boulogne-sur-Mer (215 millions d'euros d’investissements), d’Evry (136 millions d'euros d’investissements), de Perpignan (194 millions d'euros d’investissements), de Villeurbanne (93 millions d'euros d’investissements) et de Clichy-sous-Bois, la ville d'Olivier Klein, (320 millions d'euros d’investissements).
Les déclarations d'engagement seront signées localement "dès les prochaines semaines". Peut-être prendront-elles alors l'intitulé plus vendeur de "Cœur de quartier" ? Ce sera quoi qu'il en soit la dernière étape avant les signatures des conventions pluriannuelles de renouvellement urbain proprement dites, qui constituent la traduction juridique et technique du projet.

Toujours trois conventions signées, mais des circonstances atténuantes

Pour l'heure, et depuis novembre dernier, il n'y a toujours que trois conventions signées concernant des projets Anru d'intérêt national : celles de Rennes (pour les quartiers Le Blosne, Maurepas et le quartier d'intérêt régional de Villejean), de Pau (quartier Saragosse) et de Poitiers (Les Couronneries, voir notre article du 27 novembre 2017).
C'est peu. Sauf à considérer que même si le gouvernement avait très tôt promis que les subventions Anru seraient doublées, passant de 5 à 10 milliards d'euros (voir notre article du 6 juillet 2017), les participations d'Action logement et de l'Union sociale pour l'habitat (USH) ont longtemps fait l'objet de négociation. S'étaient ajoutées de nombreuses critiques concernant le fonctionnement bureaucratique de l'institution, dans le sillage du rapport Borloo qui en proposait une réforme radicale. Les déclarations du président de la République le 22 mai à l'Elysée auraient rassuré tout le monde : "on garde l'Anru !", avait-il lancé, "maintenant au boulot", avait-il insinué. Trois jours après, le conseil d'administration de l'Anru modifiait ses règles pour accélérer le rythme

45 projets de priorité régionale validés

L'Anru nous indique que son comité national d’engagement examinera, "d’ici à la mi-juillet", les projets des agglomérations d’Angers, d’Avignon, d’Evreux , de Grenoble, de Valence et de Romainville (Est ensemble).
Il a d'ores et déjà validé, le 11 juin dernier, 45 projets de priorité régionale** ayant sollicité un complément de financement à la suite des décisions du conseil d’administration du 25 mai. Ils bénéficieront d’un total de concours financiers de l’Anru de 580 millions d’euros.
De quoi avoir des choses à annoncer "à la mi-juillet", ainsi que le président de la République l'a promis. On parle du mardi 10 juillet, pas très loin avant la Conférence nationale des territoires...

* Département du Nord, bailleurs sociaux, Action logement, Caisse des Dépôts, Anah.

** La Rochelle, Cherbourg-Octeville, Le Havre, Soissons, Thionville, Saint-Dizier, Châlons-en-Champagne, Saint-Brieuc, Saint-Malo, Dijon, Nevers, Belfort, Besançon, Limoges, Aurillac, Lyon, Chambéry, Bonneville, Valenciennes, Condé-sur-l'Escaut, Téteghem, Outreau, Pamiers, Lourdes, Castres, Albi, Sète, Agde, Lunel, Vierzon, Châteauroux, Mainvilliers, Aix en Provence, Noisiel-Champs sur Marne, Moissy Cramayel, Savigny le temple, Chanteloup-les-Vignes, Vigneux-sur-Seine, Montgeron, Etampes, Argenteuil-Bezons, Saumur, Laval, Le Mans, Saint-Nazaire.

Logement social : accompagner la recomposition du secteur

De meilleures perspectives de développement sur votre territoire

Haut de page