Côtes-d'Armor

Quatre EPCI du Trégor s'associent pour structurer une filière bois en Scic (22)

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Depuis 2008, Beg Ar C'hra Communauté (8 communes, 8.200 habitants) a soutenu le développement d’une filière bois énergie en Trégor, en mobilisant des partenaires pour l’amener vers une structuration en société coopérative d’intérêt collectif (Scic) en janvier 2013.

Impulsée par des élus locaux et des agriculteurs, l’association Trégor Bois Energie organise depuis 2004 des chantiers collectifs de broyage de bois issu de la gestion du bocage et a créé une plateforme de stockage, en partenariat avec le syndicat de voirie de Plestin-Plouaret. La production alimente des chaudières à bois plaquettes pour une dizaine d’agriculteurs et des équipements communaux. Mais le modèle économique n’est pas durable et les bénévoles s’essoufflent. En 2008, Beg Ar C’hra Communauté se dote de la compétence bois énergie pour prendre en main la structuration de la filière. Disposant de peu de moyens, elle confie à une stagiaire une mission d’animation et de développement pendant un an. "Dès 2009, ma mission comportait la rédaction des statuts d’une Scic, témoigne Lucie Collin, aujourd’hui directrice de la Scic Bocagenèse, mais c’était prématuré."

Mutualisation de l’animation avec quatre autres EPCI en 2010

Une étape de consolidation est nécessaire. Beg Ar C’hra Communauté propose alors à quatre collectivités voisines (Lannion Trégor Agglomération, les communautés de communes de Centre-Trégor, Pays de Belle-Isle-en-Terre, Callac-Argoat) de mutualiser l’animation de la filière. Le stage est transformé en poste de chargée de mission au sein de Beg Ar C’hra Communauté, avec un volet opérationnel (coordination et suivi des chantiers de broyage) et un volet développement débutant par la réalisation d’une étude de faisabilité. Les cinq collectivités mutualisent en partie le financement du poste puis obtiennent des financements complémentaires européens (Leader) et régionaux pour les années 2010, 2011 et 2012.

2010 à 2012 : étude de faisabilité, mobilisation des partenaires, choix de la forme juridique

En 2010, l’étude de faisabilité confirme le potentiel de valorisation économique du bois issu de l’entretien durable du bocage, et l’intérêt des territoires pour la mise en œuvre de ce projet (lire encadré). En 2011, les partenaires sont mobilisés et un comité de pilotage est ouvert aux acteurs de terrain - entreprises de broyage, d’élagage, de transport, agriculteurs) - ainsi qu’aux partenaires financiers et techniques - conseil général, bassins versants, Association régionale bois énergie. Parallèlement, démarre l’étude comparative des statuts juridiques qui confirme l’intérêt de la SCIC. Deux statuts associant des sociétaires privés et publics ont été étudiés : la société coopérative d’intérêt collectif (Scic) et la société d’économie mixte (Sem). "Dans la Sem, les collectivités restent majoritaires, alors que les agriculteurs sont une partie prenante essentielle du projet. De plus, la Sem n’aurait pu s’approvisionner en matière première que par le biais d’appels d’offres, et ne répondait donc pas aux objectifs de garantir des débouchés aux agriculteurs locaux", souligne la directrice de la Scic. Les membres du comité de pilotage construisent ensemble le modèle économique, les statuts de l’entreprise et une charte de qualité destinée à assurer un fonctionnement durable de l'activité selon des objectifs partagés (cf. documents joints).

Janvier 2013 : création de la Scic associant cinq collèges

La Scic Bocagenèse est créée en janvier 2013, en associant cinq collèges d’acteurs : salariés coopérateurs à 10% des votes, producteurs et fournisseurs de bois à 25%, prestataires de services privés à 25%, collectivités publiques à 30%, partenaires solidaires et clients privés à 10%. De 1.500 tonnes de bois sec en 2012, la Scic table sur une production de 5.000 tonnes d’ici 2017, pour un chiffre d’affaires de 525.000 euros.
"Le fait de mutualiser l’étude entre collectivités et d’associer en amont le maximum de parties prenantes ont été les facteurs de réussite. Les membres du comité de pilotage ont contribué à faire accepter le projet localement. Le temps de maturation a été plus long que prévu, mais il n’y a pas eu de points de blocage", conclut Lucie Collin.

Sophie Daguin, L’Œil à la Page, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info.
 

Filière bois énergie : quels enjeux pour le territoire ?
La production et l'utilisation de bois plaquettes, qui redonne une valeur économique à l’entretien des haies, répond à plusieurs enjeux pour un territoire. La filière contribue au développement d'une agriculture multifonctionnelle et de l’emploi local en milieu rural. Le maintien des haies est bénéfique pour la protection de la ressource en eau, de la biodiversité et des paysages. Le développement d'une énergie renouvelable locale permet d’économiser des énergies fossiles et de réduire des émissions de gaz à effet de serre. Enfin, la filière fédère des acteurs locaux (agriculteurs, collectivités, particuliers, paysagistes, architectes…) autour d’un projet d’intérêt collectif qui dynamise le territoire.

Contact(s)

Beg Ar C'hra Communauté

Maison du développement, rue Louis-Prigent
22420 Plouaret
02 96 38 33 33
Nombre d'habitants : 8200
Nombre de communes : 8
Nom de la commune la plus peuplée : Plouaret (2300 hab.)

Christian Le Fustec

vice-président et président de Bocagenèse
mairie.plouaret@wanadoo.fr

Scic Bocagenèse

Maison du développement, Rue Louis Prigent
22420 Plouaret
02 96 38 35 24

Lucie Collin

Directrice
lucie@bocagenese.fr
Haut de page