Redevance incitative : un territoire rural mise sur la communication face à face (01)

Publié le
dans

Environnement

Energie

Ain

La communauté de communes Bresse Dombes Sud-Revermont décide en 2010 de mettre en place la redevance incitative pour la gestion des déchets, devenue effective en janvier 2015. Une démarche au long cours qui a suscité l’adhésion grâce à un dialogue direct avec les habitants pendant les années de transition.

Située à une vingtaine de kilomètres de Bourg-en-Bresse, la communauté de communes Bresse Dombes Sud-Revermont (Ain, 6 communes, 6.463 habitants) a décidé en 2010 de mettre en place la tarification incitative pour réduire le tonnage des ordures ménagères, dont les coûts de traitement étaient très élevés. Conseillé par un bureau d’études, l’EPCI a très vite compris que la réussite du projet était conditionnée à des changements de comportements profonds et durables des habitants.

Expérimentation avec Eco-Emballages et ambassadeurs de tri

La communauté de communes a donc misé sur la communication porte-à-porte, appuyée par les outils de communication externe traditionnels de la collectivité : réunions publiques, lettre intercommunale, site internet et presse locale. La communication porte-à-porte était appropriée pour deux raisons, explique, la chargée de mission en charge du projet, Agnès Ray. Nous participions en 2012 et 2013 à l’expérimentation d’Eco-Emballages sur l’extension des consignes de tri des emballages plastiques. Les ambassadeurs ont expliqué les deux grands changements qui allaient intervenir sur la collecte des déchets dans les années à venir. Leur message principal était "trier plus, payer juste", qui continuera à bien accompagner la montée en charge progressive de la redevance incitative. Le passage dans chaque foyer a permis d’apposer la puce électronique sur le bac de collecte.

Amélioration des messages en fonction des types d’habitat et développement de la confiance

Avant le porte-à-porte, un formulaire d’enquête a permis de recueillir les informations préalables pour constituer le fichier (voir document joint). Une équipe de deux personnes à temps plein – un ambassadeur du tri assisté d’un stagiaire – a été constituée. Elle a été complétée quelques heures par semaine par une secrétaire et une personne du bureau d’études prestataire. Animée par l’ambassadeur du tri, l’équipe a co-construit un argumentaire qui s’est affiné au fil des visites. "Le fait de travailler en régie et en équipe réduite a favorisé le retour d’expérience, ajoute la chargée de mission. Les messages ont été améliorés en fonction des types d’habitat : collectif ou individuel, résidences secondaires, personnes âgées, propriétaires ou locataires, commerçants, entreprises, administrations. Grâce à cette approche, nous avons su instaurer la confiance et responsabiliser les citoyens."

Echanger sur les habitudes de consommation

Entre 2012 et 2013, près de 2.900 foyers, entreprises ou administrations ont été visités. Au cours des entretiens, d’une durée de 15 à 20 minutes, l’ambassadeur du tri, en plus d’expliquer le nouveau dispositif et son caractère incitatif, échangeait sur les habitudes de consommation et les gestes de tri. Un flyer comportant un numéro de téléphone et une adresse électronique dédiés était également remis (voir documents joints).

Deux années blanches afin d’impulser les changements de comportement

En 2013 et 2014, des factures fictives ont été envoyées aux habitants, afin qu’ils se familiarisent avec le nouveau système et comprennent comment ils pouvaient agir sur leur future facture. En termes de volumes de déchets enlevés, les résultats se sont fait sentir avant même la mise en place réelle de la tarification incitative : le volume des ordures ménagères est passé de 1.075 tonnes en 2011 à 765 tonnes en 2013. A l’inverse, la collecte des emballages a augmenté de 99 tonnes en 2011 à 171 tonnes en 2014.
"La redevance incitative a été très bien accueillie par les habitants, conclut la chargée de mission, car sa mise en place a été progressive." Elle est effective sur le territoire depuis janvier 2015.

Stéphanie Le Dantec, L’Œil à la Page, pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Communaute de communes Bresse Dombes Sud-Revermont

Nombre d'habitants :

6463

Nombre de communes :

6
237, rue de la Dombes
01160 La Trancliere
ccbdsr@ccbdsr.fr

Jean Luc Emin

Vice-président en charge des déchets

Agnès Ray

Chargée de mission
Haut de page