Rennes : 32 mois pour faire son plan local d'urbanisme

Publié le
dans

Ille-et-Vilaine

Commencé en octobre 2001, le PLU de Rennes a été adopté en mai 2004 après 32 mois d'un travail de concertation, de consultations, de débats pour se conformer à la loi SRU et remplacer l'ancien POS. Les élus rennais sont les premiers pour une ville de cette taille à avoir adopté leur PLU.

Le projet urbain de Rennes de 1991 puis le plan d'occupation des sols (POS) de 1998 ont préfiguré la démarche de projet que préconise la loi SRU. "Nous nous sommes toujours inscrits dans cette démarche", précise Hubert Chardonnet, l'actuel adjoint au maire, en charge de l'urbanisme. Conscients de leur rôle de ville centre dans un pays très actif et attractif, les élus rennais conçoivent leur projet comme s'inscrivant dans une planification urbaine plus vaste, celle de la communauté d'agglomération et, au-delà, du pays de Rennes. Les activités économiques, les transports, l'habitat, les équipements collectifs ne peuvent être vus par le seul prisme de la ville centre, ils doivent aussi prendre en compte les aspirations et les réalités des communes suburbaines qui travaillent en étroite collaboration avec Rennes au sein de la communauté d'agglomération. A l'heure du bilan de la réalisation du PLU, les élus rennais et les services d'urbanisme qui l'ont mis en musique reconnaissent bien volontiers que les nouvelles orientations législatives n'ont pas forcément facilité les choses.

Le service "études urbaines" a joué le rôle d'ensemblier

Comment, par exemple, concevoir et réaliser le PADD (projet d'aménagement et de développement durable) quand on travaille déjà sur un projet urbain et que le PADD risque d'avoir pour conséquence de figer une situation ? Toutefois, élus et services techniques se sont conformés au déroulé classique de la procédure prescrite par le Code de l'urbanisme. "C'est vrai qu'on l'a vu au début comme une contrainte, reconnaît Hubert Chardonnet, mais en même temps cette démarche nous a obligés à remettre tout à plat." Et sans doute à clarifier les idées.
Une équipe de cinq personnes a été constituée pour l'occasion. Sous la conduite d'Eric Tocquer, responsable des études urbaines, elle comprenait quatre chargés d'études (réglementation, opérations d'aménagement, pièces écrites du PLU et cartographie) et bénéficiait de l'appui technique du pôle dessin de la ville. "Nous avons joué le rôle de maître d'ouvrage et de maître d'oeuvre", explique Eric Tocquer, travaillant en régie et faisant intervenir des prestataires extérieurs. "Notre rôle était alors celui d'ensemblier pour guider les prestataires et réaliser les synthèses. Nous avons pu prendre cette option parce que nos services connaissent parfaitement le terrain." L'équipe technique rendait compte régulièrement au groupe de travail "urbanisme, aménagement et logement", composé d'une quinzaine d'élus, adjoints et conseillers municipaux et de tous les partenaires publics, qui validait les options envisagées.

La concertation, élément majeur de la démarche

Habituée à consulter et à débattre, la ville de Rennes n'a pas fait l'économie de la phase de concertation. L'élaboration du PADD puis du PLU a dû se faire en cohérence avec les autres documents liés au développement de la ville qui étaient des contraintes, mais aussi des indicateurs témoignant d'une réflexion et d'engagements antérieurs ou en cours.
Dès le lancement de la démarche et jusqu'en mai 2004, les principales étapes du PLU - projet, approbation, arrêt - auront été également des rendez-vous avec la population au centre d'information sur l'urbanisme (CIU). Le CIU a attiré quelque 10.500 personnes autour des quatre expositions successives : qu'est-ce qu'un PLU, le PADD, le contenu du PLU, l'enquête publique. L'autre élément central et essentiel de la concertation aura été l'élaboration du CD-rom interactif. "En réalité, explique Eric Tocquer, il y a eu quatre CD-rom successifs au fur et à mesure du déroulement des étapes de la procédure. C'est quelque chose qui a très bien fonctionné. Cet outil a permis de donner plus de lisibilité aux documents d'urbanisme, à la fois dans les réunions d'élus ou pour la consultation des publics spécialisés : conseils de quartier, rencontre avec les architectes, les notaires, les curés de paroisse, les commerçants. C'est l'aspect pédagogique du support qui a permis de parler de l'échelle globale de la ville, des politiques publiques et d'organiser le débat de manière constructive."


Jean-Luc Poussier / Innovapresse Rennes pour Localtis

 

 

"Les débats sur le PLU ont permis aux élus de dire leur conception de la ville"


 

Hubert Chardonnet est le troisième adjoint à l'urbanisme d'Edmond Hervé, maire de Rennes depuis 1977. En charge de cette délégation depuis 2001, c'est à lui qu'est revenue la charge de préparer le nouveau PLU.

Quels ont été les moments forts de ce projet de PLU ?

C'est, sans contestation possible, les débats en conseil municipal. C'est évident, bien sûr, pour l'adoption du PLU le 17 mai 2004, mais c'est surtout le premier débat, en juillet 2002, qui a permis aux élus de dire quelle était leur conception de la ville. C'était avant tout un débat d'orientation politique où majorité et opposition ont pu développer leurs points de vue, et ce fut un débat de fond qui a permis de clarifier les positions et de donner les grandes orientations qui allaient guider tout notre travail.

Le grand public s'est-il intéressé au projet ?

On a reçu 10.500 personnes aux expositions et rencontres organisées au centre d'information sur l'urbanisme installé en centre-ville, 650 personnes aux réunions publiques et 1.200 ont consulté le dossier d'enquête publique. Pour être franc, ce sont surtout les "acteurs" de la ville que sont les professionnels, ainsi que les comités de quartier, qui ont été les plus actifs et les plus efficaces pour les allers-retours que nous avons eu dans l'élaboration du projet.

Les différents outils utilisés (expos, documents, conférences) sont-ils pertinents ?

Le plus précieux aura été le CD-rom interactif réalisé dès le début du projet. C'est un outil remarquable qui a été indispensable pour les présentations en conseil municipal. Dans toutes nos réunions avec les acteurs de la ville, il a permis d'ouvrir le débat, de l'alimenter et d'illustrer notre propos. Il faut un peu de culture urbaine pour le lire mais il nous est très demandé par les autres villes françaises. Il est maintenant accessible sur internet.
 


 

La déclinaison des principes du PADD dans le plan local d'urbanisme


 

L'un des enjeux forts de Rennes pour 2010 est sa capacité d'accueillir de nouveaux habitants. Ces constructions devront s'accompagner des infrastructures correspondantes et prendre en compte les nouveaux besoins liés aux évolutions sociales, comme la décohabitation.

Le PADD est basé sur deux principes fondateurs

"Rennes ville solidaire" avec les notions d'accueil des nouveaux habitants, de mixité sociale, d'équité dans le traitement des quartiers et de mixité des fonctions. Une ville solidaire est une ville où chacun - jeunes, personnes âgées et handicapées, enfants et adultes - doit trouver sa place et sentir qu'il appartient à une même communauté.
"Rennes ville durable" avec le refus du gaspillage de l'espace, la priorité accordée aux modes de transport économes en énergie et non polluants et le respect de l'environnement. Pas question pour Rennes de céder à l'étalement urbain fortement consommateur d'espace.

Le PADD, nouvel espace d'échanges des politiques urbaines

Reposant sur les bases d'une ville solidaire et durable, le PADD rennais se décline en sept orientations thématiques : fonction métropole, habitat et mixité sociale, développement économique et commercial, déplacements urbains, équipements de quartier, environnement et espaces verts, et renouvellement urbain. Avec la volonté de faire un PADD "fort" plutôt qu'un petit livret de quatre pages beaucoup plus généraliste, qui aurait eu une traduction susceptible d'interprétations diverses en termes d'aménagement urbain, Rennes à confirmé ses choix d'une politique urbaine s'inscrivant dans une démarche de projet urbain volontariste, posant des principes clairs de solidarité à l'égard de ses populations.

Une traduction concrète dans le PLU

Le PLU fixe les objectifs à atteindre. Il doit par exemple permettre la construction de 1.200 logements supplémentaires par an à Rennes, et 1.800 dans le reste de la communauté d'agglomération, avec un objectif pour l'ensemble du pays de Rennes de 40.000 logements supplémentaires et 60.000 nouveaux habitants à l'horizon 2010. Chacun des quartiers fait l'objet d'une évaluation des logements sociaux actuellement construits et des efforts à faire pour atteindre un taux minimum de 25% de logements sociaux par quartier.

Et une organisation spatiale de la ville

Chacun des sept thèmes identifiés dans le PADD fait l'objet de cartes qui définissent dans le détail quelle sera la traduction concrète des grandes orientations prises : les pôles de quartier, l'organisation des transports collectifs avec notamment le tracé de la seconde ligne de métro, les secteurs d'urbanisation future, de grands équipements et les principaux sites de développement, les lieux de projets d'aménagement, les secteurs naturels, la structuration paysagère.
 

Centre d'Information sur l'urbanisme de la ville de Rennes

14, rue le bastard - Hotel de ville
35031 Rennes cedex

Hubert Chardonnet

Adjoint à l'urbanisme

Philippe Faysse

Directeur de l'aménagement et de l'urbanisme

Rennes Métropole

Nombre d'habitants :

438865
4 avenue Henri Fréville
35031 Rennes

Eric Tocquer

Responsable de études urbaines
Haut de page