Résidence Alizari, un concentré d’innovations pour Malaunay (76)

Publié le
par
Lucile Vilboux
dans

Habitat

Seine-Maritime

La ville normande de Malaunay et Habitat 76 ont inauguré en 2017 une résidence sociale à énergie positive dotée d’équipements et de services partagés. Fruit d’une réflexion étroite entre le bailleur social et la ville, la résidence offre à ses 31 locataires une qualité de vie que tous plébiscitent.

La ville de Malaunay (6.017 habitants) en Seine-Maritime mène depuis des années une démarche de transition énergétique. Grâce à un partenariat étroit établi avec le bailleur social Habitat 76 (office public de l’habitat de Seine-Maritime), une résidence sociale très particulière a été inaugurée en février 2017 :  Alizari (cf. encadré 1). Composée de 31 logements à énergie positive, elle propose à ses habitants un ensemble de services communs et partagés avec la résidence pour personnes âgées (résidence autonomie) des Tilleuls située juste à côté.

Convention entre la ville et le bailleur social

La résidence autonomie a fait, dans le même temps, l’objet de travaux de réhabilitation : mise aux normes électrique, amélioration de la performance thermique, création de terrasses individuelles... La parcelle et les deux bâtiments appartiennent au bailleur social qui a effectué l’ensemble des travaux, mais plusieurs conventions ont été signées avec la ville, pour la gestion et l’animation (via le CCAS, établissement public administratif) d’une partie des lieux.

Aménagements économes

Labellisée Passiv’Haus - "Promotelec RT 2012 -20 %" - E3C2 dans le cadre de la préfiguration de la réglementation 2020 [label E+C-), la résidence Alizari produit deux fois plus d’énergie qu’elle n’en consomme grâce à la présence de panneaux photovoltaïques, d’un système de chauffage par ventilation double flux, d’une chaudière à granulés (dont le surplus chauffe l’eau de la résidence autonomie), d’une orientation optimisée et d’une isolation thermique renforcée. L’eau de pluie est également récupérée.

Espaces extérieurs partagés…

Entre Alizari et la résidence autonomie, un espace collectif de bricolage a été aménagé, de même qu’un lieu de rangement pour le matériel de jardinage et de vélos, un cheminement piétons/vélos, un verger, treize potagers et un compostage partagé, un boulodrome, un parking et un espace de pique-nique mutualisés.

… mais aussi une buanderie et une chambre d’amis

Dans la résidence Alizari, sont partagées une buanderie (dotée d’un espace lecture) avec des lave-linge et des sèche-linge, ainsi qu’une chambre d’amis. Dans la résidence autonomie, un local résidentiel de rencontre est ouvert aux habitants des deux résidences et du quartier. Une voiture électrique acquise par le CCAS va leur être très prochainement mise à disposition.

Réflexion commune entre le bailleur et la ville

Pour concevoir le projet Alizari, le bailleur social et la ville ont répondu ensemble à un programme Plan, urbanisme, construction, architecture (Puca) "Vers des bâtiments à énergie positive (2012-2016)", dispositif du ministère de la Transition écologique et solidaire. "Ce projet est l’aboutissement d’une réflexion commune menée très en amont, en lien étroit avec les architectes, les entreprises et l’assistant à maîtrise d’ouvrage", explique la directrice de l’environnement et des moyens techniques à la ville, Isabelle Moulin.

Objectifs : sobriété et convivialité

Plusieurs objectifs ont animé les initiateurs du projet : réduire la facture des occupants, favoriser le lien social et intergénérationnel, vivre autrement en renforçant la qualité de vie et la convivialité et accueillir de nouvelles populations.

Partenaires financiers

Le coût de la construction de la résidence Alizari s’est élevé à 5.560.000 € TTC, cofinancé par l’État, la Caisse des Dépôts, la métropole de Rouen, l’Ademe, la Caisse d’épargne, Logiliance, Habitat 76, l’agence de l’eau Seine Normandie et la mairie (dans le cadre de l’appel à projets Puca). La voiture a été acquise par le CCAS pour 6.000 euros.

Gardien mais aussi animateur

Plusieurs conventions lient la ville et Habitat 76 dans le but de faire vivre le lieu et de l’ouvrir aux Malaunaysiens. Le bailleur, qui gère et entretient la résidence Alizari, salarie un gardien à plein temps qui habite sur place. "Il joue un rôle important dans l’animation et l’entretien des services partagés, la sensibilisation à leur bonne utilisation et au respect de règles de vie", explique la directrice générale adjointe d’Habitat 76, Charlette Gallouet. "L’an dernier, avec l’aide de résidents très impliqués, il a organisé une "soupe party" avec les légumes des jardins, un barbecue, un marché de Noël et il anime des ateliers de bricolage et de jardinage."

Lieu vivant et ouvert

Le local résidentiel de rencontre est géré par la ville grâce à une convention signée avec le bailleur social. La chambre d’amis est louée à Habitat 76 également par la ville. Parallèlement, la résidence autonomie est exploitée par la ville, par l’intermédiaire d’une convention d’exploitation signée avec Habitat 76. Le CCAS, très présent sur la résidence autonomie, et la direction communication de la ville animent aussi des initiatives comme la création d’une Amap et bientôt d’une association d’usagers.

Former les habitants à la spécificité de leur logement

"Nous devons aussi continuer de former les résidents d’Alizari à l’utilisation de leur logement qui va au-delà des normes habituelles de développement durable, témoigne le maire Guillaume Coutey. Par exemple, il n’est pas nécessaire de les aérer grâce à la ventilation double-flux." 

100 % de satisfaction !

Une récente enquête menée par Habitat 76 a révélé que 100 % des résidents d’Alizari (75 % d’entre eux ont moins de 60 ans) étaient satisfaits. Les charges de chauffage s’élèvent à 15 euros par mois pour un appartement de trois pièces, quand elles peuvent être de plus du double dans d’autres résidences. "Très en amont, nous avions constitué un groupe de réflexion avec une petite dizaine de futurs résidents potentiels. Cela a été très utile pour recueillir leurs attentes", poursuit la directrice générale adjointe d’Habitat 76. 

Changer les pratiques

"Il reste néanmoins du chemin à parcourir pour changer les pratiques. Les lave-linge sont utilisés de façon encore trop aléatoire (voir encadré) et le local vélo sert à 45% d’entre eux. Les objets connectés de la résidence - comme les volets ou le suivi de la consommation d’énergie -, sont encore assez peu utilisés. Mais pour nous, ce site est un concentré d’innovations écologiques, technologiques et sociales qu’il faut accompagner pour ensuite les adapter dans d’autres résidences."

 

Alizari, le nom d’une plante

L'alizari est une plante appelée aussi garance, qui a beaucoup été utilisée pour sa racine rouge, dans les teintureries et les cotonneries qui fondent l’histoire industrielle du territoire de Malaunay. Pour la résidence, elle symbolise notamment l’intergénération.

Gestion des lave et sèche-linge par une société privée

La buanderie est propriété d’Habitat 76 qui assure l’entretien et la bonne utilisation. Les lave-linge et sèche-linge de la laverie appartiennent à une société privée. Les résidents règlent trois euros pour chaque utilisation, lessive comprise. Pour l’instant, le prestataire ne gagne pas d’argent sur ce service, mais comme pour Habitat 76, il teste lui aussi de nouvelles pratiques dans ce type de résidence.

Commune de Malaunay

Nombre d'habitants :

6017
Place de la Laïcité
76770 Malaunay

Guillaume Coutey

Maire

Isabelle Moulin

Directrice de l’environnement et des moyens techniques

Habitat 76

17 rue de Malherbe,
76040 ROUEN Cedex 1
communication@habitat76.fr

Charlette Gallouet

Directrice générale adjointe
Haut de page