RGPD : qu'est-ce que le registre des traitements ?

Infrastructures numériques, données

Constat

Depuis l’entrée en vigueur du RGPD, les déclarations et les demandes d’autorisation auprès de la Cnil ne sont plus nécessaires. Toutefois, en cas de contrôle, un organisme doit nécessairement documenter sa mise en conformité avec la réglementation par la création de process internes, et notamment par la production d’un registre des traitements répertoriant tous les traitements de données à caractère personnel effectués en interne.

Réponse

Selon l’article 30 du RGPD, la première mission du DPO, ou du responsable des traitements, est la création d’un registre des traitements des données, par le biais d’un inventaire des traitements des données internes. Pour le cas des données externalisées, l’inventaire s’effectue auprès de l’éditeur du logiciel ou du sous-traitant.
Le RGPD impose uniquement que le registre se présente sous une forme écrite. Le format du registre est libre et peut être constitué au format papier ou électronique. Généralement, un tableau Excel, dont un modèle est disponible sur le site internet de la Cnil, formalise le registre des traitements. Le cabinet, ou l’entreprise, avec qui est sous-traité le traitement des informations peut également proposer ses propres outils.

Le registre du responsable de traitement doit recenser l’ensemble des traitements mis en œuvre par votre organisme. En pratique, une fiche de registre doit donc être établie pour chacune de ces activités. Ce registre doit comporter le nom et les coordonnées de l’organisme responsable des traitements et du délégué à la protection des données. De plus, pour chaque activité de traitement, la fiche de registre doit comporter au moins les éléments suivants :
- le cas échéant, le nom et les coordonnées du responsable conjoint du traitement mis en œuvre ;
- les finalités du traitement, l’objectif en vue duquel les données ont été collectées ;
- les catégories de personnes concernées (administrés, agents, etc.) ;
- les catégories de données personnelles (exemples : identité, situation familiale, économique ou financière, données bancaires, données de connexion, données de localisation, etc.) ;
- les catégories de destinataires auxquels les données à caractère personnel ont été ou seront communiquées, y compris les sous-traitants ;
- les transferts de données à caractère personnel vers un pays tiers ou à une organisation internationale et, dans certains cas très particuliers, les garanties prévues pour ces transferts ;
- les délais prévus pour l'effacement des différentes catégories de données, c’est-à-dire la durée de conservation, ou à défaut les critères permettant de la déterminer ;
- dans la mesure du possible, une description générale des mesures de sécurité techniques et organisationnelles mises en œuvre.
 

Références : Règlement (UE) 2016/679 du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016 (RGPD).

Le service de renseignements juridiques et financiers

Un service gratuit destiné aux communes de moins de 10 000 habitants, aux communes nouvelles et aux intercommunalités.

0970 808 809

Du lundi au vendredi de 9h à 19h (prix d'un appel local)

Haut de page