A Roubaix, les quartiers disposent d'un budget propre

Publié le
dans

Commande publique

Nord

Depuis plus de trente ans, Roubaix expérimente différents dispositifs de démocratie participative. Ainsi, grâce au Fonds de participation des habitants, géré sans intermédiaire, les Roubaisiens fleurissent leurs quartiers, organisent des rencontres festives, des bals...

Porté par le conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, le Fonds de participation des habitants (FPH) a été expérimenté dès 1984 dans le Valenciennois. Il y a vingt ans, Roubaix l'adoptait à son tour. D'abord dans les quatre grands secteurs relevant du dispositif "politique de la ville", puis, en 2006, dans toute la ville. Ce fonds est doté d'un budget de 200.000 euros, pris en charge à 70% par la région et pour les 30% restants par la ville de Roubaix.

 

Citoyens et associatifs disposent de 1.000 euros par action

Jusqu'à ces derniers mois, le Fonds de participation des habitants proposait deux formules distinctes. La première, plafonnée à 750 euros, concernait les citoyens, non constitués en association, qui souhaitaient organiser des moments de convivialité dans leur quartier. La seconde, destinée aux associations, permettait d'engager des actions avec un budget de 2.300 euros, pouvant être porté à 4.500 euros s'il s'agissait de formations ou d'expertises (dispositif dérogatoire par rapport à la norme régionale) . C'est ainsi, par exemple, qu'ont été rémunérés les architectes qui ont aidé les associations à formaliser des contre-projets d'aménagements urbains.
Fin 2008, le conseil régional a souhaité que cette singularité roubaisienne (allocations de 2.300 et 4.500 euros) ne soit pas reconduite, équité régionale oblige, et a décidé de faire évoluer les règles du jeu. Dorénavant, citoyens et associatifs disposent du même budget d'un montant maximal de 1.000 euros par action. Une autre instance participative, les conseils de quartier, prend en charge le volet "expertise associative". Pour ce volet, Bertrand Sauvage, directeur du projet de cohésion sociale, compte bien sur un cofinancement régional : "Un dossier de financement a été déposé et nous attendons une réponse au début du printemps, 30.000 euros ont été budgétés en 2009. Cela permettra aux associations de mener au moins six actions à l'échelle de la ville car le montant maximal par action est de 5.000 euros." Il est difficile de prévoir le nombre de réalisations que permettra cette nouvelle architecture mais une chose est sûre, le FPH se recentre sur sa mission de base : favoriser l'initiative des habitants.

 

70% de la somme demandée est versé dans les trois jours

La spécificité du FPH roubaisien est d'être porté par la Maison des associations, une structure gestionnaire indépendante. La région et la ville financent le dispositif mais n'interviennent pas dans l'allocation des fonds aux porteurs de projets. La décision est prise dans chacun des cinq quartiers par des comités d'attribution élus pour trois ans. Ils sont composés d'une dizaine de personnes, pour l'essentiel d'anciens porteurs de projets. Les comités se réunissent toutes les trois semaines et étudient les dossiers qui doivent avoir été déposés une semaine à l'avance. Les porteurs de projets sont invités à venir exposer leurs propositions et, si le comité est d'accord, 70% de la somme demandée leur est versé dans les trois jours. Le paiement du solde intervenant au moment du bilan. Fabrice Belin, maire-adjoint en charge de la démocratie participative, se félicite de l'existence de cet ensemble de dispositifs coordonnés : "Lorsque les gens commencent à participer, on ne peut plus leur dire 'c'est comme ça et pas autrement'. Il faut discuter, expliquer, aboutir à des compromis. C'est un autre rapport à l'institution qui s'élabore et, même si cela ne règle pas tous les problèmes, c'est une très bonne chose." Des problèmes, bien sûr, il y en a, en particulier le risque que les associatifs considèrent le FPH comme un guichet, une source de financement comme une autre. C'est une des principales raisons qui a amené le conseil régional Nord-Pas-de-Calais à exclure la formation et l'expertise du dispositif. L'objectif du FPH, comme l'explique Fabrice Belin, est d'amener de plus en plus d'habitants à s'investir dans la vie de leur quartier : "Cela commence souvent par l'organisation d'un repas ou d'un bal. Les habitants réalisent ainsi que leur parole a du poids, qu'ils peuvent influer sur l'utilisation des fonds publics. Par la suite, certains d'entre eux s'investiront dans le comité d'attribution de leur quartier et, de proche en proche, dans la vie de leur commune. Une fois la dynamique lancée tout devient possible."

 

Luc Blanchard, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Ville de Roubaix

Nombre d'habitants :

97600
29 Grand'Rue
59100 Roubaix

Bertrand Sauvage

Directeur du projet de cohésion sociale
Haut de page