France

Indre

Nord

Anne Lenormand avec AFP pour Localtis

Sécheresse : des restrictions d'usage de l'eau dans une dizaine de départements

Environnement

Des mesures de restriction de l'usage de l'eau ont été prises dans une dizaine de départements en cette fin avril, en raison d'une faible pluviométrie et de risques de sécheresse.

En raison de la faible pluviométrie et des risques de sécheresse qui en découlent, les préfets d'une dizaine de départements ont déjà instauré des mesures de restriction des usages de l'eau en cette fin avril. Dans l'Indre, un arrêté qui entre en vigueur ce 27 avril limite l'usage de l'eau dans une dizaine de communes correspondant à une "situation de crise" sur le bassin versant de deux affluents de l'Indre. Dans ce département, sont notamment interdits l'arrosage des terrains de sport, pelouses, espaces verts, massifs floraux, golfs, ainsi que le remplissage des piscines privées ou le lavage des véhicules, sauf dans les stations équipées d'un récupérateur d'eau. L'arrosage des jardins potagers familiaux est également interdit de 8h00 à 20h00. Concernant l'irrigation, le prélèvement des eaux superficielles est interdit, et l'irrigation agricole par forage est limitée à certaines heures. "Depuis juin 2018, l'Indre connaît un épisode de sécheresse qui perdure. Ainsi depuis un an, il est constaté un déficit de plus de 35 % de la pluviométrie dans notre département", indique la préfecture dans un communiqué. "Ce constat, qui intervient dans le cadre d'une évolution plus globale du climat qui tend vers une augmentation moyenne des températures, se traduit actuellement par un niveau très bas des cours d'eau et des nappes phréatiques pour la saison", ajoute-t-elle, précisant que "les premiers seuils de crise sont d'ores et déjà atteints, ce qui est très préoccupant si tôt en amont de la période estivale".

Déficits pluviométriques depuis 2017 dans le Nord

Le département du Nord a lui aussi été  placé le 9 avril en "alerte sécheresse", avec des mesures de restriction de l'utilisation de l'eau pour les particuliers, professionnels et collectivités, valables jusqu'au 30 juin. Seule une petite partie du territoire, autour du delta de l’Aa, n'est pas concernée et seulement placée en "vigilance". L'arrêté de la préfecture du Nord interdit notamment l'arrosage des pelouses et des jardins de 9h à 19h, le remplissage des étangs ou piscines privées ou le lavage des voitures en dehors des centres spécialisés qui recyclent l’eau. "Pour les industriels, l’objectif est de tendre vers une réduction de consommation d’eau de l’ordre de 10 %" et, "pour les agriculteurs, l’arrêté vise des économies d’eau en interdisant l’irrigation entre 11h et 17h", a précisé la préfecture dans un communiqué. "Le Nord connaît depuis 2017 des déficits pluviométriques importants" et, alors que l'hiver permet normalement la "recharge des nappes phréatiques", il a présenté cette année "un déficit pluviométrique de 20% par rapport à la normale", explique ce communiqué.
Le Puy-de-Dôme est également depuis le 12 avril en situation de vigilance sécheresse, le niveau des nappes étant "relativement bas en raison d'un faible taux de recharge à l'automne" et les débits des principaux cours d'eau ayant été inférieurs à la moyenne mensuelle en mars. "Certaines communes du département connaissent dès à présent des difficultés d'alimentation en eau potable, notamment celles alimentées par des sources", selon la préfecture.
La Creuse a, elle, été placée en "zone d'alerte" le 19 avril, invoquant "une sécheresse exceptionnelle et inédite à cette période de l'année", avec "des débits des cours d'eau qui atteignent des niveaux comparables à ceux habituellement rencontrés en juillet et août". En Charente-Maritime, deux bassins ont également été placés en "alerte de printemps".
Le département du Rhône et la métropole de Lyon ont aussi été placés en situation de vigilance ou d'alerte sécheresse, de même que l'Isère.

Baisse ininterrompue de la nappe phréatique depuis 2015 dans la Dombes 

Dans l'Ain, déjà en vigilance sécheresse depuis le 15 mars, la préfecture a annoncé ce 26 avril que la Dombes, pays agricole aux multiples étangs, avait été placée en alerte, en raison de la baisse ininterrompue du niveau de la nappe phréatique constatée depuis 2015. Faute de pluies suffisantes, "de nombreux cours d'eau enregistrent des débits historiquement bas pour cette période de l'année et la tendance baissière des niveaux des nappes d'eau souterraines n'a pu s'inverser", expliquent les services de l'Etat dans un communiqué. Le lavage des voitures et le remplissage des piscines est donc interdit dans la Dombes jusqu'à nouvel ordre. L'arrosage des potagers et des espaces verts n'est pour sa part permis que pendant la nuit. Des restrictions sont aussi apportées au prélèvement d'eaux souterraines à usage agricole. Cette sécheresse risque de poser de gros problèmes aux nombreuses piscicultures qui élèvent des poissons d'eau douce - des carpes notamment - dans les étangs peu profonds de la région. La préfecture précise toutefois que les pisciculteurs professionnels peuvent bénéficier de dérogations pour réalimenter en eau leurs bassins.

Haut de page