Sète mise sur les phéromones pour lutter contre les chenilles processionnaires (34)

Publié le
par
Luc Blanchard
dans

Environnement

Hérault

De nombreuses régions françaises doivent lutter contre la chenille processionnaire aux poils extrêmement urticants. Les traitements chimiques ayant montré leurs limites, d'autres méthodes sont expérimentées. À Sète, les pièges à phéromones donnent de bons résultats.

Jusqu'en 2009 la ville de Sète, dans l'Hérault, pulvérisait un insecticide sur 115 hectares de forêts. Elle contenait ainsi la prolifération des chenilles processionnaires, qui se nourrissent des aiguilles de pin et provoquent des allergies qui peuvent être sérieuses. Le principal inconvénient de cette méthode est qu'elle décime les larves de tous les papillons et nuit gravement à la biodiversité.

Mésanges et éco-pièges, les méthodes alternatives

Le prédateur naturel de la chenille processionnaire est la mésange. Un couple de mésanges consomme jusqu'à 500 insectes par jour. De nombreuses communes installent donc des nichoirs de façon à favoriser l'implantation des oiseaux dans les zones infestées par les chenilles. À Sète, la forêt domaniale couvre 25 hectares et offre un habitat naturel pour les mésanges. Pourtant, cela ne suffit pas.
Lorsque les cocons sont constitués, il est possible de les retirer manuellement et de les brûler, c'est l'échenillage. Un procédé réservé aux professionnels, qui nécessite des moyens lourds, tels que des nacelles pour se porter à la hauteur des cocons.
L'Office national des forêts (ONF) préconise, pour sa part, l'utilisation d'éco-pièges. Les arbres colonisés par les chenilles sont équipés d'une collerette qui canalise les insectes et les piège dans des sacs en plastique. La méthode est efficace, mais lorsqu'elles sont capturées les chenilles ont déjà ravagé les arbres. Pour le directeur du service Jardins et paysages de la ville de Sète, Laurent Lafont, il est préférable d'agir plus en amont : "En détruisant les papillons mâles on prend le problème à la racine, c'est plus efficace que de traiter les conséquences."

Pièges à phéromones

Le piège à phéromones diffuse sur plusieurs dizaines de mètres l'odeur du papillon femelle. Il attire ainsi les papillons mâles qui tombent dans un récipient d'une trentaine de centimètres, y meurent et s'y décomposent. La cartouche de phéromones a une durée de vie de six mois et doit donc être renouvelée à chaque saison ; la période de reproduction est comprise entre mai et octobre.
La ville de Sète a testé cette méthode dès 2016 en fournissant gratuitement un piège aux habitants de la commune qui en font la demande, charge à eux de renouveler la cartouche de phéromones les années suivantes. Le service Jardins et paysages accompagne les habitants en les aidants à installer le piège et en les renseignant sur les endroits où ils peuvent renouveler les cartouches, qui sont vendus 15 euros pièce. En quatre saisons, cent cinquante pièges ont ainsi été achetés et distribués pour un montant total de 4.000 €. Les Sétois, d'abord sceptiques, ont constaté l'efficacité du dispositif et le plébiscitent.

Pulvérisations maintenues dans les lieux sensibles

La ville de Sète n'a pourtant pas complètement abandonné le traitement phytopharmaceutique. En centre-ville et aux abords des écoles elle continue à traiter les pins par pulvérisation. Le maire prend chaque année un arrêté qui l'autorise. En effet, les pièges à phéromones n'étant efficaces qu'à 80 %, cela garantit qu'il n'y ait pas d’infestation, mais n'empêche pas que des problèmes ponctuels puissent survenir. Pour s'en prémunir, 600 arbres implantés dans des endroits sensibles sont traités chaque année. "On est loin des 115 hectares traités autrefois, explique Laurent Lafont, 600 arbres cela représente à peine plus d'un hectare, à l'échelle de la ville ce n'est pas grand-chose."
Cette pratique raisonnée permet à la ville de Sète de substantielles économies, elle qui dépensait chaque année 15.000 € pour un traitement massif par voie aérienne ne dépense plus que 3.000 €. Plus important encore, les Sétois ont vu les papillons réapparaître, la biodiversité s'est renforcée à la satisfaction générale.

Commune de Sète

Nombre d'habitants :

43609
Hôtel de Ville – Boite Postale 373
34206 Sète cedex

François Commeinhes

Maire

Laurent Lafont

Directeur du service jardins et paysages
Haut de page