Vienne

Christophe Trehet

Signalisation des sentiers du Pays loudunais en bois local et durable (86)

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Le robinier occupe un quart des bois et forêts du Pays loudunais. Résistant en conditions extérieures, son bois est idéal pour le mobilier extérieur des sites touristiques. La communauté de communes en a fait l’axe d’une filière de valorisation locale.

Sur les 140 hectares de bois détenus par la collectivité, et géré par l’Office national de la forêt, près d’un quart est occupé par du robinier (vulgairement nommé acacia). Plutôt que de combattre cette espèce considérée comme envahissante, la communauté expérimente depuis 2002 l’utilisation du bois de robinier pour son propre usage extérieur, en faisant réaliser le mobilier un premier temps par des prestataires.
Depuis 2015, l’atelier technique de la communauté de communes du Pays loudunais (CCPL) (45 communes, 25.033 habitants) peut compter sur une compétence supplémentaire. Un menuisier étoffe désormais l’équipe et s’attelle quotidiennement à la fabrication du mobilier et des panneaux de signalétique destinés, entre autres, aux sentiers de randonnée du territoire intercommunal.

Les élus montrent l’exemple pour valoriser une ressource locale

Fabriqués avec du bois de robinier issu de la forêt dont la communauté de communes est propriétaire, ces objets sont nés de la volonté des élus intercommunaux de valoriser une ressource locale qui offrent de multiples avantages en termes environnemental. "Nous avons créé notre propre filière. Celle-ci est très courte, on ne peut pas faire mieux en termes de crédit carbone !", s’enthousiasme le vice-président de la communauté de communes, Bruno Lefebvre, en charge du patrimoine, des espace verts, de l’environnement et de l’habitat. Depuis l’arbre sur pied jusqu’au panneau au bord d’un sentier, le bois utilisé ne parcourt que quelques dizaines de kilomètres.

Du piquet aux équipements des sentiers : dix ans de recul

Les qualités environnementales de la filière portée par la communauté de communes ne s’arrêtent pas là : le bois de robinier est en effet naturellement imputrescible (classé 4), ce qui explique qu’il est utilisé de longue date pour la fabrication des piquets agricoles. Il ne nécessite donc aucun traitement chimique pour sa conservation en conditions extérieures, à condition d’accepter qu’il se grise avec le temps. "Nous avons aujourd’hui plus de dix ans de recul sur les premiers aménagements réalisés en bois de robinier dans nos sentiers : ceux-ci ont une très bonne tenue dans le temps. Ils sont encore en parfait état, alors qu’il est d’usage de changer le mobilier extérieur des sites naturels tous les sept à dix ans...", se félicite l’animateur patrimoine et environnement à la CCPL Vincent Aguillon.

Cinq agents traitent 200 m3 de bois scié chaque année

La filière robinier de la communauté fait intervenir une équipe de cinq postes équivalents temps plein, en comptant le menuisier. "Ce dernier imagine les équipements, qui vont du simple panneau à la cabane en passant par le banc de lecture, pour les sentiers et autres sites touristiques tels que des emplacements de dolmen ou encore un conservatoire de variétés locales de vignes. Le menuisier fabrique à l’atelier et l’équipe chargée de l’entretien des espaces verts installe les aménagements", explique le vice-président. 200 m3 de bois scié de robinier sont ainsi valorisés chaque année, notamment bordant plus de 300 km de chemins de randonnée du territoire intercommunal.

Expérimentation avec les acteurs du bois et promotion auprès des habitants

Le robinier, originaire d’Amérique du Nord et introduit au XVIIe siècle en France, est considéré comme envahissant, car il est capable de conquérir rapidement les milieux qu’il investit de façon pionnière. En partenariat avec l’Institut du développement forestier, le centre régional de la propriété forestière et l’ONF, la communauté de communes gère des placettes expérimentales de conduite forestière.
"Nous essayons de composer avec cette espèce en l’utilisant pour ce qu’elle offre comme avantages, avance l’animateur. Au-delà de la signalétique extérieure, nous faisons la promotion auprès des habitants du robinier en tant que bois d’œuvre ou pour le chauffage. En trente cinq ans, avec une gestion simple, vous obtenez des fûts de diamètre suffisant." 

Contact(s)

Communauté de communes du Pays loudunais

Rue de la Fontaine d'Adam
86200 Loudun
05 49 22 36 26
Nombre d'habitants : 24436
Nombre de communes : 45
Nom de la commune la plus peuplée : Loudun (6740 hab.)

Bruno Lefebvre

Vice-président chargé : Patrimoine, espaces verts, environnement et habitat
lefebvre.bruno3@wanadoo.fr

Vincent Aguillon

Animateur patrimoine et environnement
vincent.aguillon@pays-loudunais.fr
Haut de page