Sur le territoire de Redon, l'open data se construit avec les communes (35)

Publié le
par
Olivier Devillers
dans

Ille-et-Vilaine

Redon Agglomération a choisi d’associer étroitement ses 31 communes membres à sa démarche open data. Si chaque commune décide du rythme d’ouverture, l’usage de normes et règles homogènes garantit des données de qualité et favorise leur réutilisation.

Jeune intercommunalité de 65.700 habitants et 31 communes - réparties sur trois départements, Redon Agglomération a engagé en 2017 une action d’ouverture de ses données. Ce projet fait partie de l’expérimentation "Open Data locale" lancée par l’Etat en 2017 (voir encadré). La démarche, menée à moyens constants, a bénéficié du soutien technique du syndicat mixte en charge du développement des réseaux et usages numériques, Mégalis Bretagne.

Embarquer les 31 communes

"Au sein de notre territoire, seules trois collectivités de plus de 3.500 habitants étaient concernées par l’obligation légale d’ouverture des données publiques. Pourtant, dès le départ, nous avons souhaité embarquer l’ensemble des communes dans notre projet, chacune devant pouvoir avancer à son rythme propre et selon ses moyens, mais avec des standards partagés", relate le vice-président en charge du numérique de Redon Agglomération, Gilles Bertrand.

Chaque commune désigne un pilote pour suivre le dossier

Pour marquer leur engagement, chaque commune a été invitée à soumettre une délibération à son conseil municipal. Mi-avril 2018, plus de la moitié des communes du territoire avaient délibéré. Cette procédure n’est pas nécessaire juridiquement, mais elle ancre l’open data dans un projet partagé par les élus. Elle permet aussi de désigner un pilote pour suivre le dossier, élu ou technicien, et de définir la licence d’utilisation des données. C’est du reste la "licence ouverte" d’Etalab  qui a été choisie majoritairement car elle soumet la réutilisation des données à la mention de la source, mais laisse toute latitude aux réutilisateurs.

Des données normalisées pour le bénéfice de tous

Ces principes acquis, il restait à déterminer les priorités d’ouverture. "Nous avons décidé de traiter en premier lieu les données du socle commun pour lesquelles Open Data France a élaboré des spécifications techniques", explique la directrice des systèmes d’information de l’agglomération, Gaelle Chrisment. Car le principal enjeu de l’open data est d’ouvrir des données normalisées pour qu’elles puissent être réutilisées massivement, à une échelle nationale comme locale. Cette normalisation bénéficie en premier lieu aux 32 entités (communauté d’agglomération incluse) qui ont chacune un système d’information différent. "De fait, l’open data fluidifie les échanges de données entre entités et améliore le service rendu", assure notre interlocutrice qui cite l’exemple des données budgétaires et de l’agenda évènementiel en cours.

Données budgétaires plus aisément comparables

Le travail de normalisation des données budgétaires a généré des données homogènes – et donc comparables - pour l’ensemble des communes. Le travail commun s’arrête en revanche à la normalisation des données : l’agglomération ayant décidé de ne pas se doter de portail open data. Pour le moment, la plupart des communes ont opté pour une publication de leurs données sur le portail gratuit data.gouv.fr. Agenda évènementiel redistribué à l’échelle du Pays de Redon - en projet.

Cette meilleure fluidité des données entre structures du territoire est également concrétisée par l’ouverture de l’agenda évènementiel, en cours de finalisation. Avec l’aide de l’office de tourisme, un système de saisie des événements a été mis à disposition des communes, la base générée étant publiée en open data. Les informations sont ainsi harmonisées et sont "redistribuées" aux communes qui pourront afficher sur leur site internet un agenda à jour en permanence, sans intervention de leur part grâce à l’icône interactive dite "widget" - fournie par l’office de tourisme.

Quatre jeux de données supplémentaires en 2018

L’un des prochains jeux de données ouvert sera la localisation des bâtiments publics. Redon Agglomération travaille également avec Megalis Bretagne, qui pilote la plateforme de dématérialisation bretonne, pour ouvrir délibérations, données de la commande publique et flux financiers. Des choix alignés sur les préconisations d’Open Data France qui garantissent une "ouverture durable" des données.

Open data locale , méthodologie à la disposition des communes
L’association Open Data France a été missionnée par le gouvernement pour concevoir une méthodologie d’accompagnement des communes soumises par la loi "République numérique" à l’obligation d’ouverture de leurs données. En 2017, neuf territoires ont été désignés pour le projet open data locale dont la Bretagne. Objectifs : coproduire une méthode d’ouverture des données, des fiches pratiques explicatives et définir un "socle commun de données". Plusieurs jeux de données – subventions aux associations, agenda culturel, budget, délibération…- ont été définis avec un standard de description des données qui favoriseront les réutilisations. Tous ces documents et supports sont accessibles gratuitement en ligne.

Redon Agglomération

Nombre d'habitants :

65700

Nombre de communes :

31
3 rue Charles Sillard, CS 40264
35605 Redon Cedex
contact@redon-agglomeration.bzh

Gilles Bertrand

Vice-Président délégué à l'Aménagement de l'espace, Mobilités, Aménagement et usages numériques

Gaelle Chrisment

Directrice des systèmes d'information
Haut de page