Localtis

Taux de scolarisation : la France plutôt bien placée dans l'OCDE

Publié le
par
Jean-Damien Lesay pour Localtis
dans

Jeunesse, éducation et formation

Alors que la scolarisation en France est devenue obligatoire dès l'âge de 3 ans à la rentrée 2019, l'imposant rapport de l'OCDE intitulé "Regards sur l'éducation 2019", publié le 10 septembre 2019, permet d'intéressantes comparaisons internationales sur le sujet.

Ainsi, si la scolarité obligatoire débute généralement avec l'enseignement primaire à l'âge de 6 ans dans la quasi-totalité des 37 pays de l'OCDE, le taux de scolarisation à 4 et 5 ans était supérieur à 90% en 2017. Quant à la scolarisation dès 3 ans - par ailleurs en augmentation de 7% depuis 2010 -, elle était déjà généralisée (c'est-à-dire correspondant à un taux de scolarisation supérieur à 90% pour un groupe d'âge) dans un tiers des pays environ. L'âge de scolarisation est même abaissé à 2 ans dans deux pays : la Norvège et l'Islande. Seule la Colombie offre une notable exception, avec une scolarisation généralisée à l'âge de 9 ans seulement. 
Globalement, dans les pays de l'OCDE, la scolarité obligatoire couvre l'enseignement primaire et le premier cycle de l'enseignement secondaire. La scolarisation y est généralisée pendant 14 années en moyenne, entre les âges de 4 et 17 ans. La France se situe au dessus de cette moyenne, avec une durée de scolarisation de 15 années et une période de scolarisation généralisée allant de 3 à 17 ans.

La filière pro contre le chômage

En ce qui concerne plus spécifiquement le deuxième cycle de l'enseignement secondaire, en moyenne 42% des élèves sont scolarisés en filière professionnelle dans les pays de l'OCDE. Le rapport note à ce propos que "les pays où la filière professionnelle et les formations sous contrat d'apprentissage sont bien établies ont mieux réussi à contenir le chômage des jeunes".
Dans plus d'un quart des pays membres ou partenaires de l'OCDE cependant, les jeunes non scolarisés représentent encore plus de 10% de la tranche d'âge officielle du deuxième cycle de l'enseignement secondaire. La France fait ici figure de bonne élève avec un taux de non-scolarisation de cette population de 5%.

La France en retard chez les 20-24 ans

Dans son analyse des effectifs scolarisés, l'OCDE s'attarde enfin longuement sur les jeunes présents dans l'enseignement dit "tertiaire", c'est-à-dire proposant "des activités d'apprentissage dans des domaines spécialisés", s'appuyant "sur les acquis de l'enseignement secondaire" et visant à "inculquer des connaissances très spécialisées d'une grande complexité".
Ici, le rapport note que "la filière choisie dans le deuxième cycle de l'enseignement secondaire tend à influer sur les taux de scolarisation dans l'enseignement tertiaire". Ainsi, "les pays où le taux de scolarisation des 15-19 ans est plus élevé en filière générale qu'en filière professionnelle dans le deuxième cycle de l'enseignement secondaire affichent en général des taux de scolarisation plus élevés dans l'enseignement tertiaire". Sur la scolaristion des 20-24 ans, la France se montre en retard, avec un taux de 37% pour l'ensemble de cette population, contre 42% en moyenne dans les pays de l'OCDE. 
Nous reviendrons dans nos prochaines éditions sur d'autres aspects de ce rapport de l'OCDE.

Haut de page