Seine-et-Marne

Territoires périurbain : comment mieux faire cohabiter urbains et agriculteurs (77)

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

Confrontée à des difficultés de cohabitation entre urbains et agriculteurs, la communauté d’agglomération de Marne-et-Gondoire a pris une série de dispositions pour favoriser leur entente. Dès 2013, elles seront intégrées au programme d’actions mis en place dans le cadre du périmètre de protection des espaces agricoles périurbains (PPEANP).

Située dans le secteur de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée, la communauté d’agglomération de Marne-et-Gondoire (16 communes, 56.000 habitants) est un territoire périurbain. Près d’un tiers de son territoire est occupé par 44 exploitations agricoles, tandis qu’une grande part de sa population, originaire de Paris et de sa petite couronne, s’est installée dans de nouveaux immeubles parfois construits en bordure de plaines agricoles. Les bruits générés par l’activité des agriculteurs, parfois tard le soir et tôt le matin week-end compris, ainsi que les odeurs au moment de l’épandage des engrais ou la poussière lors de récoltes sont vécus comme de fortes nuisances par les urbains. De leur côté, les agriculteurs dont les parcelles peuvent être distantes de plus de 20 km de leur ferme sont pénalisés par la multiplication des sens giratoires, chicanes et ralentisseurs qui entravent la circulation de leurs engins.

Les élus se mobilisent pour faciliter la cohabitation entre urbains et agriculteurs

"Notre territoire a une double identité agricole et urbaine et nous avons dû prendre des dispositions pour faciliter la cohabitation et la compréhension réciproque", résume Patrick Maillard, vice-président de la communauté d’agglomération en charge de l’agriculture. Toute une série d’actions ont été lancées pour faire prendre conscience aux urbains des avantages de vivre en citadins dans des espaces naturels ouverts et parallèlement leur faire mieux comprendre les contraintes auxquelles sont assujettis les agriculteurs.

Une charte graphique et un logo pour signaler la vente directe dans les fermes

De plus, pour orienter plus facilement les automobilistes vers les fermes qui pratiquent la vente directe, et créer un esprit "marque" en lien avec le territoire, la communauté a élaboré une charte graphique et un logo "Fermes de Marne-et-Gondoire". Les panneaux "Vente directe" conçus selon ce modèle renforcent ainsi l’identification des produits au territoire. Ils ont été installés en concertation avec les communes et l’agence routière du territoire du conseil général. Par ailleurs, des journées de découverte pour les familles et les scolaires sont organisées dans des fermes, offrant aux agriculteurs l’occasion d’expliquer leur métier et ses contraintes. Pour embellir le paysage, dix hectares de jachères fleuries sont ensemencés par les agriculteurs aux frais de la collectivité.

Faciliter les accès et la circulation agricole : des barrières et un guide d’aménagement

La communauté d’agglomération a installé une quinzaine de panneaux de signalisation “Partageons la route”. Autre initiative : entre 2006 et 2012, 77 barrières ont été posées pour protéger les accès sur les 75 kilomètres de chemins ruraux régulièrement entretenus et empruntés par les agriculteurs. En cas de dépôts sauvage, la communauté d’agglomération intervient dans les plus brefs délais. "Nous avons aussi élaboré un guide des aménagements urbains et des circulations agricoles destiné aux agents techniques des communes afin que les travaux de voirie intègrent aussi bien les contraintes de circulation des agriculteurs que celles aux automobilistes, précise Magali Berton, chargée de mission agriculture." Ce guide réalisé en coopération avec la chambre d’agriculture est régulièrement présenté lors des réunions PLU, mais ces préconisations facultatives sont surtout prises en compte par les communes rurales du territoire.

Des actions intégrées dans le futur PPEANP

L’ensemble de ces dispositions, notamment celles du guide précité, seront incluses dans le programme d’actions du périmètre de protection des espaces agricoles périurbains (PPEANP) périmètre qui garantit la vocation naturelle et agricole de ces espaces dans les documents locaux d’urbanisme. Son entrée en vigueur prévue en 2013 permettra de sécuriser le foncier et particulièrement les baux des parcelles agricoles. "Cette mesure est indispensable pour donner de la visibilité aux exploitants et leur permettre de procéder aux investissements nécessaires à la poursuite de leur activité", souligne la chargée de mission.

Transformer avec pédagogie les simples préconisations en règlements

Ces actions étaient nécessaires pour ouvrir le monde agricole aux urbains. "Il faut être pugnace et passer outre les réactions amusées ou ironiques pour transformer avec pédagogie les simples préconisations en règlements que chacun devra prendre en considération, souligne Patrick Maillard. Il nous reste encore beaucoup de travail à faire vis à vis de la population, mais aussi des services de l’Etat et du département pour faire aboutir ce vaste chantier."

Victor Rainaldi pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

 

Contact(s)

Communauté d'agglomération Marne et Gondoire

1, rue de l'Etang
77600 Bussy Saint-Martin
01 60 35 43 50
01 60 35 43 63
Nombre d'habitants : 56000
Nombre de communes : 16
Nom de la commune la plus peuplée : Lagny-sur-Marne (20228 hab.)

Patrick Maillard

Vice-président en charge de l'agriculture
mairiedejossigny@wanadoo.fr

Magali Berton

Chargé de mission agriculture
magali.Berton@marneetgondoire.fr
Haut de page