Deux-Sèvres

Caroline Megglé pour Localtis

Territoires zéro chômeur : un documentaire TV le 17 mars sur l'entreprise à but d'emploi de Mauléon

Economie sociale et innovation

Un "territoire zéro chômeur de longue durée" à la télévision : ce sera ce dimanche 17 mars à 21h sur M6, avec la diffusion d'un documentaire consacré à l'entreprise à but d'emploi (EBE) de Mauléon, dans les Deux-Sèvres. Déjà auteur de nombreux documentaires dédiés à des enjeux environnementaux et sociaux, la réalisatrice Marie-Monique Robin a suivi pendant trois ans l'aventure de l'un des premiers territoires qui ont cru en l'idée audacieuse d'ATD Quart monde. L'idée : il est possible d'employer tout le monde en CDI, y compris les personnes les plus fragiles et les plus éloignées de l'emploi. Comment ? En partant des compétences de ces personnes et en utilisant les ressources dédiées à la compensation de la perte d'emploi pour créer une structure adaptée et financer les emplois.

En 2015, quand la mobilisation autour du projet démarre à Mauléon, Marie-Monique Robin fait un double pari en commençant à tourner. D'abord, le pari que le projet allait aboutir – et son film aussi, par la même occasion. Ensuite, que ces personnes qui allaient très mal, souvent marquées par des accidents de la vie ou des maladies professionnelles, allaient "se transformer" grâce à la dynamique collective. "Et elles se transforment et retrouvent leur dignité", s'est-elle enthousiasmée, ce 14 mars, au micro de France inter. "Je mange mieux, je dors plus, je suis plus en forme, je ne bois plus", témoigne dans son film un homme qui s'étonnait au départ que la réalisatrice puisse le saluer.

Sous format reportage de 90 minutes et bientôt en documentaire au cinéma, le film retrace ainsi l'évolution de plusieurs personnes. En parallèle, il donne à voir les différentes étapes du projet, la mobilisation des élus et du territoire, le lancement officiel de l'entreprise après le vote de la loi d'expérimentation en février 2016, la diversification des activités – "entretien d’espaces verts, couture, pressing, tri sélectif, animation dans les écoles et les maisons de retraites, transport de personnes, lombriculture, bricolage..." – et les inévitables difficultés – "crise de croissance" avec l'intégration de nouveaux venus –, ainsi que l'insertion de certains salariés dans l'entreprise classique après un temps dans l'EBE.

Haut de page