Tous spectateurs et acteurs dans la communauté de communes des Amognes

Publié le
dans

Tourisme, culture, loisirs

Nièvre

Transformer les habitants de seize communes rurales en spectateurs puis en acteurs, programmer des spectacles de qualité tout au long de l'année dans chaque village, développer un projet autour de la voix pour petits et grands : c'est le pari réussi de la commission solidarité et culture de la communauté de communes des Amognes dans le Nivernais.

A quelques kilomètres à l'est de Nevers (58), la communauté de communes des Amognes est composée de seize communes rurales (5.200 habitants). A sa création en 1999, constat est fait de la carence d'activités culturelles et de la présence de nombreuses personnes en difficulté sociale. "Dans ce contexte, la proposition de créer une commission solidarité et culture a recueilli un peu de scepticisme, mais pas de désaccord, du conseil communautaire", souligne en souriant Thérèse Haug, maire de Fertrève, devenue responsable de ladite commission.
Dès 2001, lors de la première phase d'action, la commission s'attache à diffuser au moins un spectacle par an dans chaque village. L'objectif est d'intégrer la culture dans le quotidien de la vie locale. Tous les habitants sont concernés. Les spectacles sont gratuits jusqu'à dix-huit ans ; au-delà, les entrées sont fixées à cinq euros, quel que soit le spectacle. Pour les communes ne disposant ni de salle des fêtes, ni d'église, la communauté s'est doté d'un petit chapiteau pour y présenter les spectacles.

Des animations toute l'année

La règle est de  programmer un large éventail de spectacles : toutes les musiques, classique, jazz, variétés, musique folklorique et morvandelle...Théâtre sous toutes ses formes, jusqu'au mime, et  arts plastiques au travers d'expositions. Une large place est laissée aux artistes nivernais, mais des spectacles de dimension nationale et internationale sont également présentés. L'idée est d'assurer des animations toute l'année et pas uniquement l'été pour les touristes. Et cela fonctionne ! Dans ce territoire rural, dès la première année, près de mille cinq cents spectateurs assistent aux douze spectacles. En 2007, le programme propose vingt-sept spectacles et animations culturelles et plus de quatre mille spectateurs et acteurs sont dénombrés. "Acteurs", car la commission culture est passée à la seconde phase de sa politique culturelle. Il ne s'agit plus seulement de diffuser, car cela cantonne les habitants dans un rôle "passif" de spectateurs, mais également de les encourager à pratiquer pour qu'eux-mêmes deviennent acteurs. Ainsi, un théâtre amateur animé par Thérèse Haug  voit  le jour, donnant naissance à une troupe locale de dix acteurs, de vingt-cinq à soixante-dix ans. La troupe se réunit une fois par semaine et joue son spectacle une fois par an dans les villages du territoire,  "ou plus loin si on l'invite", précise le maire de Fertrève.

Des répercussions bien au-delà du chant

Parallèlement au travail théâtral, se met en place un projet "voix". Après la création de deux chorales, un coeur d'adultes mis en place par la communauté de communes et un coeur d'adolescents au collège mis en place par les enseignants, l'objectif est de toucher tous les enfants de primaire. À la rentrée scolaire 2006-2007, il est proposé aux enseignants des quatre groupes scolaires des Amognes, de faire intervenir un spécialiste de la voix dans les classes. Deux écoles acceptent, et le résultat de leur travail est présenté à la fête de l'école. Les progrès des enfants sont visibles et les adultes admiratifs ! Quant aux enseignants, ils estiment que cette activité a eu des répercussions sur les enfants, sur le placement de la voix, la justesse des sons, le niveau d'écoute entre eux.... Pour l'année scolaire 2007-2008, les quatre écoles ont adhéré au projet. Le poste de maître de chœur, responsable des chorales et des animations scolaires, qui ne représente pas un plein temps, est financé en partenariat avec l'établissement public de coopération culturel (EPCC) mis en place par le conseil général de la Nièvre. Celui-ci recense les besoins des collectivités et embauche des professionnels en conséquence. Le conseil général les recrute en temps plein et leur emploi du temps se répartit de commune en commune, sur l'ensemble du département. Cela permet de créer de vrais emplois et d'éviter l'émiettement des missions des professionnels. L'EPCC finance ainsi le poste de maître de chœur d'Amognes à hauteur de 47% et la communauté de communes apporte le complément de 53%. Cela représente un budget de 8.500 euros pour l'année scolaire 2007-2008, une somme importante compte tenu de la taille de la communauté. Mais le projet est porté par une volonté politique qui s'appuie sur le fait que le chant est une activité culturelle qui touche toutes les générations.

Rencontres magiques avec un instrument, un art, un texte

Le programme culturel annuel est imprimé et diffusé dans toutes les boîtes aux lettres de la communauté et fait l'objet de publicités dans le journal régional. Avant les représentations, des relances sont effectuées (distribution dans les boîtes aux lettres du village où se déroule le spectacle).
Pour lancer ce type d'activité en milieu rural, la constitution d'une commission culture la plus étoffée possible est indispensable, pas seulement composée d'élus, afin que tous ses membres deviennent des relais sur l'ensemble du territoire. Les membres de la commission devront partager la charge de travail. En l'occurrence, la faiblesse de l'initiative est de ne reposer que sur le bénévolat. Mais les retombées positives l'emportent largement sur les difficultés : la proposition de concerts et de spectacles de qualité dans l'ensemble des communes a contribué à renforcer le sentiment d'appartenance à un même territoire. Non seulement des personnes se sont rendues à un spectacle pour la première fois de leur vie, mais elles se sont également déplacées dans des villages voisins où elles n'étaient parfois jamais allées. Chaque événement est l'occasion de rencontres avec un instrument, un art, un texte, pour le plaisir des yeux et des oreilles. On se souvient par exemple dans les villages, des chanteurs de Mongolie accueillis dans une église. Ce genre de souvenir n'est pas réservé aux habitants des Amognes, car de plus en plus de spectateurs viennent des alentours.


Nathalie Froissart, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis.

Communauté de communes des Amognes

1, place de la République
58270 Saint Benin d'Azy

Thérèse Haug

Maire de Fertreves, déléguée communautaire aux actions culturelles
Haut de page