Trois nouveaux départements sous restrictions, seize en "vigilance renforcée"

Le Rhône, l'Aube et la Nièvre rejoignent les départements faisant l'objet de "mesures de freinage" renforcées. Olivier Véran a confirmé ce jeudi soir que de nouvelles décisions ne seront pas prises avant que l'impact de ces mesures ne soit mesuré. Un "protocole renforcé" est en préparation pour les écoles.

Les nouvelles restrictions sanitaires ont été étendues ce jeudi 25 mars à trois départements supplémentaires : le Rhône, l'Aube et la Nièvre. L'annonce en a été faite par Olivier Véran, qui assurait seul cette semaine la traditionnelle conférence de presse du jeudi soir. Ces départements rejoignent ainsi les seize déjà placés depuis le week-end dernier sous ces mesures de "freinage renforcé". "Après concertation avec les élus et les services de l'État, il est apparu indispensable d'amplifier les mesures de protection" sur ces trois territoires, a développé le ministre de la Santé, précisant que ces mesures entreront en vigueur ce vendredi 26 mars à minuit pour une durée de quatre semaines. Des mesures désormais communes, donc, à vingt départements : fermeture d'une partie des commerces, interdiction de se déplacer au-delà de 10 km sans dérogation, interdiction des déplacements interrégionaux, demi-jauges au lycée, pas de rassemblements de plus de six personnes…

En outre, seize nouveaux départements rejoignent les rangs des départements placés en "vigilance renforcée" : Ain, Alpes-de-Haute-Provence, Ardennes, Indre-et-Loire, Isère, Jura, Loir-et-Cher, Loire, Lozère, Marne, Meuse, Orne, Savoie, Haute-Savoie, Vaucluse, Yonne. Pas de nouvelles restrictions pour eux, plutôt "des moyens supplémentaires mis en œuvre", notamment sur le "tester, alerter, protéger".

Le ministre a rappelé les chiffres témoignant d'une "situation épidémique [qui] n'est pas bonne" avec, presque partout, une accélération de la diffusion du virus et, par endroits, une hausse de 80% en une semaine et une augmentation très importante du nombre d'hospitalisations. Il a toutefois énuméré les raisons pour lesquelles le choix reste bien pour l'heure de ne pas imposer de confinement strict, en répondant à une série de "pourquoi".

Pourquoi les mesures sont-elles toujours prises à l'échelle des départements ? Parce que les situations d'un territoire à l'autre restent très hétérogènes, le Finistère par exemple étant "dix fois moins touché que la Seine-Saint-Denis". Pourquoi le couvre-feu ? "Pour éviter les rassemblements nocturnes, dîners et soirées." Pourquoi cette interdiction de réunion à plus de six personnes en extérieur sur laquelle Gérald Darmanin a insisté mardi ? Parce que même au grand air, "à quinze sur les quais par exemple", surtout si c'est pour "trinquer", le risque est là.

Et pourquoi ne pas fermer les écoles, ce que de plus en plus de voix réclament ? "Nous ne nions pas" que le virus peut aussi circuler à l'école", dit Olivier Véran, mais la fermeture serait vraiment "le dernier recours". On saura au passage qu'il travaille avec Jean-Michel Blanquer à de nouveaux "protocoles renforcés". 2.062 classes et 105 établissements sont actuellement fermés.

Et donc au final, pourquoi ne pas confiner ? Parce que cela représenterait "un niveau de contrainte extrême", "un coup d'arrêt de l'économie"… et que cela ne sera à envisager que si "toutes les autres options" devaient s'avérer insuffisantes. Mais aussi parce qu'il est "trop tôt" pour mesurer l'impact des décisions prises il y a huit jours. Cet impact devrait être perceptible "en début de semaine prochaine".

Le ministre a par ailleurs rappelé les étapes prévues en termes de vaccination, sachant qu'à partir de samedi, "toutes les personnes de plus de 70 ans" pourront se rendre en centre de vaccination ou chez leur médecin ou pharmacien. En outre, "dès demain", les infirmiers auront la possibilité de prescrire eux-mêmes une vaccination. Il a aussi insisté sur le travail accompli par les collectivités pour toucher les plus de 75 ans ne s'étant pas encore vu proposer de rendez-vous. Une campagne d'appels téléphoniques assurée par l'Assurance maladie va à ce titre être lancée pour "aller chercher les gens".

Interrogé sur la vaccination des enseignants (évoquée par Emmanuel Macron pour le mois d'avril), Olivier Véran a reconnu qu'il n'y a "pas encore de plan de vaccination pour d'autres catégories socioprofessionnelles" (on sait par exemple que les professionnels des déchets et de l'eau demandent à être prioritaires). Enfin, il a clairement critiqué l'initiative du maire de Cannes, lequel a fait savoir qu'il comptait ouvrir la vaccination à tous les Cannois de plus de 50 ans. "La vaccination des plus de 50 ans sans comorbidité ne se fera pas à Cannes" en dehors de toute décision nationale, a tranché le ministre.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle