Hérault

Un collectif d'éco-festivals animé par le Pays Coeur d'Hérault (34)

Tourisme, culture, loisirs

Environnement

Energie

Depuis 2011, le Pays Cœur d’Hérault accompagne les festivals qui se tiennent chaque année sur son territoire dans une démarche d’éco-responsabilité. Si des efforts supplémentaires sont demandés aux organisateurs, ils bénéficient en retour de l’effet réseau, et notamment d’actions mutualisées, donc moins coûteuses.

Chaque année depuis 2007, le Pays Cœur d’Hérault (77 communes, 80.000 habitants) rassemblait les organisateurs des vingt festivals de son territoire pour mener des actions communes de promotion. Certains d’entre eux avaient commencé à adopter des pratiques plus durables et voulaient aller plus loin. "Nous avons décidé, ensemble, de créer un collectif d’événements responsables pour favoriser les échanges", raconte Magali Léon-Philip, chargée de développement culturel au sein du pays. Le financement de ce collectif (20.000 euros pour l’animation et la production d’outils communs) est assuré par le programme européen Leader et le conseil général. Une douzaine de festivals ont adhéré à ce collectif.

Un engagement progressif et des conditions minimum nécessaires

Chaque festival a d’abord été invité à réaliser un bilan à l’aide de l’outil "d'Auto diagnostic environnemental" de l’Ademe C’est sur cette base qu’a été élaborée la "charte d’engagement responsable" (voir document joint), accompagnée d’un programme d’actions spécifiques. Précision importante : la charte a été conçue de sorte que chaque festival puisse suivre son propre rythme d’engagements selon ses moyens, à la fois financiers et humains. "Certains ont par exemple commencé par imprimer leurs affiches en papier recyclé, puis l’année suivante, ont organisé le tri des déchets", explique la chargée de développement culturel. Pour signer la charte, les festivals doivent néanmoins répondre à des conditions précises : se dérouler sur le territoire du Pays, de façon régulière et annuelle, (en dehors des fêtes nationales comme le 14 juillet), apporter une rémunération correcte aux artistes, respecter les normes de sécurité, etc. Libre à chaque festival d’ajouter des actions adaptées à leur organisation (toilettes sèches par exemple).

Des actions mutualisées qui bénéficient aux festivals adhérents au collectif

Les festivals adhérents bénéficient d’actions financées par le pays : signalétique spécifique (logo, bâches pour les entrées...), prêt gracieux de 3.000 gobelets réutilisables, dépliants de promotion, listing des producteurs locaux, partenariat avec un site Internet de covoiturage, navettes de bus entre des aires de covoiturage et les festivals, animations d’opérations de sensibilisation aux gestes éco-citoyens avec l’aide d’associations locales de protection de l’environnement, etc.
"Reste que cette démarche "responsable" représente un investissement supplémentaire en moyens humains et financiers pour les festivals... Par exemple, la gestion des verres réutilisables demande une logistique plus importante que celle des gobelets jetables. En outre, nous leur demandons de remplir des indicateurs d’évaluation assez précis", explique la chargée de développement. D’où la volonté de continuer à rechercher des pistes de financements : l’une des pistes serait de constituer un réseau départemental ou régional des éco-festivals pour mobiliser plus facilement les crédits.

Premiers enseignements : les retombées en termes d’image et les pratiques qui émergent

Une évaluation de la démarche en 2011 a permis de mieux cerner les motivations des festivals impliqués : la participation à un réseau, l’élaboration d’actions communes et la possibilité de mieux sensibiliser le public. Les actions menées pour cette première saison ont surtout concerné l’approvisionnement local de l’alimentation (la majorité des festivals), le tri des déchets et l’utilisation de vaisselle lavable. L’édition 2012 a montré de nouvelles pratiques éco-responsables notamment à travers le développement du covoiturage et d’actions de sensibilisation des festivaliers.

Lucile Vilboux / Acteur Rural pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info
 

Six grands domaines fixés par la charte d’engagement responsable
La charte fixe les objectifs généraux de la démarche dans six grands domaines : les transports (favoriser le covoiturage, les transports en commun...), l’hébergement (sélectionner des lieux éco-responsables...), la sensibilisation du public (communiquer, animer des ateliers...), l’alimentation (utiliser des produits locaux, une vaisselle durable...), la communication (limiter le tirage papier...) et les installations (éco-concevoir les prestations techniques et les décors...).

 

Contact(s)

Syndicat intercommunal de développement local du Pays Coeur d'Hérault

18 avenue Raymond Lacombe
34800 Clermont l Hérault
04 67 44 39 74
04 67 44 38 97
contact@coeur-herault.fr
Nombre d'habitants : 80000
Nombre de communes : 77
Nom de la commune la plus peuplée : Clermont L'Hérault (7757 hab.)

Bernard Fabreguettes

Vice-président délégué à la commission culture-patrimoine

Magali Léon-Philip

Chargée de développement culturel
culture@coeur-herault.fr
Haut de page