Un fonds d'initiatives culturelles au service de l'identité intercommunale

Publié le
dans

Tourisme, culture, loisirs

Rhône

Située à cheval sur les départements de la Drôme et de l'Ardèche, la communauté de communes Rhône-Valloire mise sur la culture pour renfoncer l’identité de son territoire. Dans cet esprit, elle s'est dotée d'un fonds d'initiatives culturelles qui soutient les projets artistiques et culturels présentant un intérêt intercommunal.

En 2006 la communauté de communes Rhône-Valloire (22.000 habitants, 15 communes dont 11 dans la Drôme, et 4 en Ardèche) intègre la culture parmi ses missions d'intérêt communautaire. "Jusqu'à cette date, il n’y avait pas de politique de développement culturel sur le territoire et seules quelques actions ponctuelles étaient menées par les associations locales. Pourtant, il existait une attente forte de la population dans ce domaine. L'installation régulière de nouveaux habitants, majoritairement citadins, étaient notamment à l'origine d'une demande croissante de services culturels", indique Marjorie Hubert, directrice générale des services de la communauté de communes. L'année suivante, l'intercommunalité adopte un schéma de développement culturel qui fixe les orientations et les objectifs pour les années à venir. Parmi ces derniers, figurent notamment le soutien à la création et le développement d'actions de sensibilisation artistique au profit des habitants du territoire. Depuis, chaque année elle met en œuvre une saison culturelle baptisée "Spectacles en Rhône Valloire", et finance un fonds d’initiatives culturelles (FIC) destiné à soutenir des projets culturels présentant un intérêt intercommunal.

Des critères d’éligibilité artistiques, géographiques, participatifs…


Les associations - ou les compagnies artistiques composées de professionnels du spectacle - domiciliées sur l'une des communes de la communauté, peuvent bénéficier d'une aide financière versée par le fonds. Pour cela, le projet culturel doit répondre à plusieurs critères. Le premier étant celui de favoriser l’émergence d’une action commune mobilisant des partenaires à l’échelle du territoire intercommunal : "Le projet doit s'adresser prioritairement aux habitants du territoire et favoriser la coopération entre associations d’une partie ou de la totalité des communes. Les porteurs de projets doivent organiser une manifestation culturelle qui favorise les pratiques artistiques tout en mutualisant les actions dans plusieurs domaines artistiques ou sur plusieurs communes", précise Marjorie Hubert. Par ailleurs, la manifestation ne doit pas faire l’objet d’un financement direct de la commune concernée par le projet, à l'exception de l’appui logistique indispensable à sa réalisation : prêt de matériel, mise à disposition de locaux ou de personnel… De plus, le projet doit satisfaire au moins trois des cinq orientations fixées par le fonds : favoriser le développement de réseaux culturels et institutionnels sur le territoire intercommunal, privilégier les actions de qualité, encourager l’accès à la culture et la participation du public, inscrire le projet dans la durée et, enfin, participer au rayonnement culturel du territoire.


Une sélection en trois temps


La procédure d’attribution se déroule en plusieurs étapes. Une fois l’instruction technique par le service culture de la communauté terminée, le dossier est examiné pour avis consultatif par une commission d’attribution composée du président et de la vice-présidente en charge de la culture, de représentants d’autres collectivités et de professionnels de la culture. La décision finale est prise par le conseil communautaire.


Quatre dossiers déposés par an en moyenne

La communauté de communes a doté le fonds d’un budget annuel de 15.000 euros et examine environ quatre dossiers par an. Une association ne peut solliciter le FIC plus de deux années de suite pour une même initiative ; un projet, s’il se renouvelle chaque année, doit donc être particulièrement novateur pour pouvoir prétendre à nouveau à une subvention.
Une fois retenu, le projet bénéficie d’une aide plafonnée à 3.000 euros et à 50% du budget prévisionnel. Dans le cadre du fonds, la communauté de communes participe aux dépenses relatives au financement des actions (artistiques, communication, matériel) liées à l’aspect culturel du projet.
Parmi les projets soutenus par le FIC, on peut citer à titre d'exemple : le Cabaret Métis, une soirée qui propose une programmation musicale la plus large possible et draine depuis trois ans un public nombreux de tous horizons, avec en préambule une rencontre entre les artistes et les formations musicales du territoire. Ou le projet "1000 voix ", qui se développe sur la base d'une coopération active entre associations du territoire qui interviennent dans le domaine des enseignements musicaux. Au menu : un concert, des activités autour de la culture musicale, des interventions en relation avec les enseignants, une master class dans un collège.


Pascal Clouet / PCA pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis 

Communauté de communes Rhône Valloire

Nombre d'habitants :

20000

Nombre de communes :

14
Le creux de la Thine
26140 Albon

Gaelle Frery

chargée de mission culture

Marjorie Hubert

directrice générale des services
Haut de page