Un parc d'activités durable, entre terre et mer

Publié le
dans

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Environnement

Energie

Côtes-d'Armor

Comme le disent ses édiles, la presqu'île de Lézardrieux (Côtes-d'Armor) est une symphonie terre-mer. Pour donner une nouvelle impulsion économique à ce territoire préservé mais enclavé, la communauté de communes crée un parc d'activités alliant nouvelles technologies, respect de l'environnement et facilités d'accueil pour les entreprises.

Située à la pointe du Trégor, la presqu'île de Lézardrieux se découpe entre deux estuaires. A sa pointe, le sillon de Talbert, premier site remarquable de Bretagne,  incruste dans la mer, sur trois kilomètres, une étroite bande de sable et de galets. Sur le plan économique, le territoire souffre d'un grand enclavement mais bénéficie d'une forte activité touristique, agricole (choux-fleurs, artichauts et cocos paimpolais AOC) et ostréicole. Matière première de cette côte, les algues sont aussi une source d'activité, notamment à travers la présence du Ceva, Centre expert européen de l'algue. Depuis 2001, la communauté de communes de la presqu'île de Lézardrieux (sept communes et 8.300 habitants) mobilise ses moyens pour accueillir de nouveaux créateurs d'activités. "Notre territoire vieillit un peu plus chaque année et cette tendance est renforcée par la présence des résidences secondaires qui représentent plus de la moitié des habitations dans certaines communes. Les jeunes diplômés ne trouvent pas leur place ici", explique Alain Gouronnec, maire de Lanmodez et président  de la communauté.

 

Un service public multimédia pour que les entreprises échangent, sans se déplacer

Pour apporter à la presqu'île le dynamisme économique qui lui fait défaut, les élus ont décidé la création d'un parc d'activités sur 20 hectares situés de part et d'autre de la nationale Paimpol-Lannion. Au nord du parc, sur trois hectares, sept lots sont à vendre à prix coûtant (20 euros le m2). Un espace Entreprises, sorte de pépinière, y est ouvert depuis l'été 2008 et  fait déjà le plein en accueillant trois entreprises dont l'une est spécialisée dans l'utilisation des rejets de la mer comme substrat de plantation des légumes. Les entreprises sont hébergées pour deux ans maximum, pour un loyer modique la première année. "La commission qui choisit les entreprises réunit des élus, les chambres consulaires et des agences de développement. Elle a les compétences pour évaluer la viabilité des projets et conseiller  les entreprises", souligne Alain Gouronnec. L'espace Entreprises comprend en outre un espace multimédia que la communauté a voulu performant et ouvert : "Nous l'appelons service public multimédia, car il s'agit de mettre à la disposition des professionnels des outils  (visioconférence, service de reproduction, haut débit, fibre optique...), qui permettent aux entreprises d'échanger avec d'autres territoires, et cela sans se déplacer, ce qui correspond à l'esprit  du Grenelle de l'environnement." La visioconférence a par exemple permis à un ingénieur du Ceva de donner un cours magistral à des étudiants de l'université de Nantes.

 

17 hectares labellisée Qualiparc par le conseil régional

Sur la partie sud du parc d'activités, de 17 hectares, sont installés une grande entreprise spécialisée dans le froid (50 employés) et plusieurs artisans. Sur ce site, la maison de développement, zone d'activités administratives, comprend déjà les bureaux de l'intercommunalité, divers services (le syndicat des eaux par exemple) et une maison de la petite enfance qui ouvrira ses portes en avril 2009. Cette partie du parc bénéficie du label Qualiparc, attribué par le conseil régional de Bretagne, qui impose un cahier des charges en termes d'aménagements paysagers, d'intégration dans l'environnement, de protection de l'eau... Le parc d'activités de Kerantour a nécessité un investissement d'1,5 million d'euros (requalification de paysages, VRD), auxquels il faut ajouter 450.000 euros pour l'espace Entreprises (subventionné à 50% par l'Etat (DDR) et l'Europe (Leader + développement du numérique) et 1,6 million pour la maison de développement. Parallèlement à cet investissement important, les actions menées par la communauté (création d'un office de tourisme, soutien aux commerces de proximité...) visent de la même manière un développement économique durable de la presqu'île, valorisant, sans leur nuire, ses beautés naturelles.

 

Maryline Trassard, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Communauté de communes de Lézardrieux

Maison de développement - Parc d'activités de Kerantour
22740 Pleudaniel

Alain Gouronnec

Président
Haut de page