Un programme d'éducation à l'environnement pour les écoles primaires

Publié le
dans

Environnement

Energie

Organisation territoriale, élus et institutions

Finistère

En 1996, la communauté de communes du Pays d'Iroise s'engage dans un travail préparatoire à l'élaboration de sa charte d'environnement. Cette tâche est confiée à une chargée de mission en relation avec des élus concernés par la problématique environnementale. L'éducation à l'environnement, et principalement son volet scolaire, est identifiée comme une action forte et prioritaire, pour "prendre les choses à la base avec les plus jeunes". Le programme scolaire qui est établi sert de moteur à l'établissement du reste de la charte. Celle-ci est signée en 1999.

Dans son objectif 7, la communauté de communes du Pays d'Iroise (Finistère) entend sensibiliser et éduquer à la préservation de l'environnement, notamment en développant des actions pédagogiques dans les établissements scolaires. Elle se donne comme mission de coordonner et mettre en réseau les acteurs de l'éducation à l'environnement et de concevoir et diffuser des outils pédagogiques d'interprétation de sites naturels.

L'originalité du programme : des animations dans les écoles

Dans un premier temps, les associations du territoire s'inquiètent à l'idée que la communauté de communes prenne en charge des animations d'éducation à l'environnement ; elles craignent une concurrence. La communauté de communes choisit de les associer à l'élaboration du programme et les charge de conduire les animations. La possibilité offerte aux établissements scolaires de bénéficier des animations présente un caractère original. L'objectif principal du technicien chargé du projet est de faire connaître le programme en le présentant dans toutes les écoles primaires, les collèges et les lycées étant concernés plus ponctuellement. Trois thématiques sont développées : l'éveil à la nature, l'action éco-citoyenne et la découverte du patrimoine naturel. Au début de l'année scolaire, un courrier est envoyé aux chefs d'établissement pour leur faire part ou leur rappeler cette offre d'animation, dont le coût est intégralement pris en charge par la communauté. Chaque classe peut bénéficier d'un cycle d'animation par an. Les choix des établissements sont recueillis par le technicien chargé du programme grâce à un système de fiche navette qui sert aussi de fiche d'évaluation. En fonction de la nature de la demande, la communauté fait appel à des associations partenaires avec lesquelles elle passe une convention pour réaliser les animations.
Lors de la phase d'élaboration du programme, des tables rondes ont réuni des élus, des représentants de l'Education nationale et des associations du champ de l'éducation à l'environnement (foyers ruraux, Bretagne vivante, Eaux et Rivières de Bretagne), qui ont contribué à définir des modalités pédagogiques et à mettre en avant l'intérêt de la pédagogie de projet. Ces associations étaient alors implantées sur le territoire, mais aujourd'hui, une seule d'entre elle est toujours partie prenante du programme.

Une action pérenne malgré quelques freins

La conception de l'opération à l'échelle communautaire a permis de travailler de manière homogène sur l'ensemble du territoire. Isolément, les communes n'auraient pas eu les moyens financiers de mener à bien une telle action et il leur aurait fallu former les enseignants. Cette action est reconduite tous les ans depuis 1999. Après une montée en puissance pendant quatre ans, le nombre d'animations s'est stabilisé autour de 2.000. Depuis deux ans, les parents d'élèves sont tenus informés des actions proposées et les maires sont destinataires du programme. Le programme est également diffusé dans le magazine communautaire et la presse locale.
L'action se poursuit en dépit de certains freins : les emplois du temps scolaires sont chargés et les enseignants sont sollicités par d'autres offres pédagogiques. Par ailleurs, certains élus, heureusement peu nombreux, ne voient pas d'un bon oeil l'intervention d'associations engagées dans la protection de l'environnement et mettent en cause l'impartialité de leur intervention. A court terme, la communauté de communes souhaite poursuivre cette action en faisant coïncider les animations avec les compétences communautaires en matière d'environnement. A moyen terme, le programme devra s'adapter aux enjeux environnementaux globaux, tel le réchauffement climatique.

 

Erwan Person, chargé de communication au Centre permanent d'initiatives pour l'environnement de la Vallée de l'Elorn

 

Le conseil des élus

"Il faut constituer un groupe de travail large, compétent et représentatif. Le fait que les associations conventionnées possèdent un ou plusieurs agréments publics a permis de crédibiliser l'action. La création d'un poste spécifique a aussi facilité la réalisation du programme d'éducation à l'environnement : l'action est ainsi personnalisée et les enseignants disposent d'un référent permanent."

Communauté de communes du Pays d'Iroise

Nombre d'habitants :

40000

Nombre de communes :

20
Immeuble de l'Archipel, Zone de Kerdrioual
29290 Lanrivoaré

Bernard Collobert

Vice-président

Yann Jacob

Technicien en charge de la charte environnement
Haut de page