Aude

Un puits canadien dans l'école de Mouthoumet

Tourisme, culture, loisirs

Environnement

Energie

Lors de la construction de l'école centrale de la communauté de communes du massif de Mouthoumet (11), la collectivité a voulu un bâtiment respectant des critères de haute qualité environnementale et a choisi d'installer un puits canadien.

La communauté de communes du massif de Mouthoumet (17 communes, 1.235 habitants) a décidé en 2002 de créer une école centrale à Mouthoumet (100 habitants), chef-lieu de canton, pour réunir les quatre-vingt-dix élèves des cinq écoles jusqu'alors dispersées dans plusieurs communes (une seule commune plus éloignée, Vignevieille, a décidé de conserver une école à classe unique pour dix élèves). Pour créer cette école, qui a ouvert en septembre 2004, la communauté a voulu innover et la construire selon des critères de haute qualité environnementale (HQE). Déjà, au départ, l'orientation des bâtiments conçus par l'architecte Pascale Deffayet a été choisie en fonction des critères HQE. Les murs de l'école ont été édifiés en briques "mono-mur", qui ont une capacité d'isolation importante tandis que la charpente a été fabriquée avec du châtaignier local. Pour assurer une économie d'énergie supplémentaire, il a été décidé d'installer un puits canadien. Ce système consiste à aspirer de l'air à l'extérieur et à le faire circuler sous terre (à environ deux mètres de profondeur) dans une tuyauterie en forme de serpentin (tuyaux de 40 cm de diamètre) avant de le rejeter par des bouches situées dans les classes et les salles. Ce passage sous terre permet un réchauffement de l'air de 6 à 8° l'hiver et un refroidissement d'une même amplitude l'été. Pour l'instant, c'est le gaz qui fournit l'énergie complémentaire nécessaire, mais dès que le département de l'Aude aura adhéré au programme " bois-énergie" (début 2007), la communauté de communes a l'intention de revoir le mode de chauffage de plusieurs bâtiments publics à Mouthoumet (école, poste, bâtiment de la communauté...)

Les élèves s'empressent d'aller contrôler la température

"Le système du puits canadien n'était pas très connu. Il a fallu que l'architecte, le bureau d'études et le plombier planchent sur la question et ils se sont révélés très compétents. La première année a été un test pour le fonctionnement de cet équipement, il a fallu apprendre à régler la soufflerie", commente Jacques Villefranque, maire d'Albières et président de la communauté de communes.
Le budget de cette réalisation comprend tout d'abord l'étude sur la HQE, réalisée par un cabinet (Adret) de la Seyne-sur-Mer. Celle-ci, d'un coût de 21.500 euros, a été subventionnée à 85% par l'Ademe et le conseil régional. La construction de l'école s'est élevée à 1,6 million d'euros et a bénéficié de subventions de l'Etat (DGE) et du conseil général de l'Aude. Le puits canadien seul a coûté 4.000 euros hors taxes. "Une construction selon les normes HQE coûte environ 10 à 15% de plus qu'une construction "classique' mais doit être amortie à peu près au bout de huit ans, explique Jacques Villefranque. L'installation du puits canadien, ainsi que le matériau choisi pour les murs va sensiblement diminuer le budget de chauffage. Les parents d'élèves et les instituteurs ont été associés à la création de cette nouvelle école, par exemple pour donner leur avis sur la dimension des classes. Le mode de construction a été par la suite expliqué aux élèves. Ils sont d'ailleurs devenus les premiers adeptes du puits canadien : à leur arrivée à l'école, ils s'empressaient d'aller contrôler la température à l'extérieur et à la sortie des bouches."

Contact(s)

Communauté de communes du massif de Mouthoumet

Rue de la Gare
11330 Mouthoumet
04 68 42 77 00
04 68 70 02 05
cdc.mouthoumet@wanadoo.fr
Nombre d'habitants : 1235
Nombre de communes : 17

Jacques Villefranque

Président
Haut de page