Un quartier de Lyon se chauffe au bois

Publié le
dans

Environnement

Energie

Rhône

Construit au début des années soixante, le quartier de Lyon La Duchère compte 5.300 logements. Il est doté d'une chaufferie centrale qui s'est mise à l'heure de la biomasse. Un choix économique et environnemental.

La chaufferie centrale de La Duchère comportait initialement trois générateurs fioul lourd et un générateur charbon de 20 MW qui a lui seul produisait 80% de la production de chaleur. Cette installation vieillissante devait être rénovée et repensée pour répondre à différents objectifs : mise en conformité des installations, baisse des émissions polluantes, amélioration de la qualité de vie et de confort des habitants. La solution retenue, au terme des études, fut la destruction des installations existantes et leur remplacement par deux chaudières biomasse de 7 MW chacune et trois chaudières auxiliaires de 13 MW. Le bois est le combustible principal, il permet d'assurer 80% des besoins, l'appoint se faisant par le gaz naturel (19%) et le secours par le fioul domestique (1%). Cette réalisation permet d'éviter le rejet de 25.100 tonnes de CO2 par an (soit l'équivalent du rejet de 11.000 véhicules /an) et de diminuer la pollution atmosphérique de 87% des émissions antérieures, et de réaliser de substantielles économies.

Un investissement rentable et la filière bois de l'agglomération valorisée

La construction de la nouvelle chaufferie centrale a coûté 15.250.000 euros TTC, financés par la ville de Lyon (62,7% de l'investissement), l'Ademe, le Feder et la région Rhône-Alpes. Le budget a été calculé avec un emprunt sur 24 ans et l'investissement de la ville de Lyon est complètement amorti. Outre les subventions dont la ville a bénéficiées au titre des économies d'énergie, un autre élément favorable a été la décision européenne de porter le taux de TVA à 5,5% pour les chauffages urbains utilisant plus de 60% d'énergie renouvelable. Ainsi, alors que les charges de chauffage pour les abonnés avaient progressé de 30% en deux ans du fait de la flambée des prix pétroliers, la nouvelle chaufferie a permis de réduire ces mêmes charges de façon importante de 10%.
Il faut également prendre en compte le fait que la nouvelle chaufferie permet de valoriser la filière bois de l'agglomération lyonnaise. Jusqu'à présent, l'absence de débouchés locaux conduisait à vendre en Italie les palettes et caisseries broyées à très bas prix.

La mise en route a nécessité de multiples réglages

Le bois utilisé par la nouvelle chaufferie centrale provient de plusieurs sources : la récupération forestière, l'élagage (la ville de Lyon produit ainsi 3.500 tonnes de bois par an), l'industrie et en particulier les parqueteries et les scieries qui sont nombreuses en Savoie. Le potentiel de la région Rhône-Alpes est évalué à 200.000 tonnes qu'il faut rapprocher des 14.500 tonnes consommées annuellement par la chaufferie de La Duchère. La ville de Lyon gagne ainsi sur tous les tableaux. Elle valorise ses ressources locales, réduit ses émissions de gaz à effet de serre et permet aux habitants de faire des économies.
Joël Bizot, adjoint au directeur de la construction de la ville de Lyon, précise toutefois que la mise en route de la chaufferie a nécessité de multiples réglages : "Il est plus difficile de régler une chaufferie au bois qu'une chaufferie au gaz. En effet, la chaudière n'est qu'un élément du process. Il faut également maîtriser l'alimentation des convoyeurs en biomasse, l'évacuation des cendres, la récupération des poussières dans les fumées... Ce sont de multiples contrôles qu'il a fallu effectuer. Aujourd'hui, tout est au point, la chaufferie fonctionne de façon entièrement automatique et nous avons la satisfaction de posséder la plus importante chaufferie à bois nouvelle génération de France. Il faut se dépêcher de le dire car avec l'engouement que suscite cette technologie, nous risquons d'être rapidement devancés."

Luc Blanchard, pour la rubrique Expériences des sites de Mairie-conseils et Localtis

Mairie de Lyon

1, place de la Comédie
69001 Lyon

Joël Bizot

Directeur adjoint à la direction de la construction
Haut de page