Une application mobile pour encourager la pratique du vélo au quotidien

Pour favoriser la pratique du vélo, la communauté d’agglomération de Blois propose depuis 2018 à ses habitants une application mobile gratuite. Un GPS 100% vélo qui permet de mieux connaître les pratiques cyclistes et d'améliorer les aménagements grâce aux remontées des utilisateurs.

Agglopolys, la communauté d’agglomération de Blois, s'est fixé pour objectif de faire passer la part des modes doux à 30% d'ici à 2030, tout en réduisant de moitié les trajets en voiture. Un objectif qui passe par un programme d'aménagement de la voirie, des aides à l'acquisition de vélos électriques, la création d'une Maison des mobilités, et aussi une application mobile.

Un GPS 100% vélo pour un public très large

Comme dans beaucoup de territoires, il existe à Blois des associations cyclistes -comme Vélo 41- avec lesquelles la collectivité échange régulièrement. Ces associations ne représentent cependant pas la totalité des cyclistes dans l’extrême diversité de leurs pratiques et de leurs besoins. Autant d'éléments qui ont conduit l'agglomération à contracter avec la plateforme Géovélo, qui propose une application d'aide au déplacement 100% vélo. Ce navigateur GPS calcule des itinéraires adaptés au vélo, avec des possibilités d’options selon les profils de l’usager : vélo traditionnel ou électrique, privilégier les voies aménagées pour plus de sécurité, ou au contraire rechercher l'itinéraire le plus rapide au risque d'être frôlé par les voitures.

L’enjeu de données à actualiser en permanence

Le bon fonctionnement de l'application repose avant tout sur la fiabilité de données qui doivent être mises à jour en permanence. Le contrat passé entre Géovélo et Agglopolys (10.000 euros par an) permet à la collectivité d'indiquer les nouveaux aménagements et les travaux en cours. Les données fournies par la collectivité sont mises au standard OpenStreetMap (OSM) et publiées en open data sur la plateforme cartographique collaborative nationale OSM. « Le principal atout de ce partenariat est que cette plateforme est collaborative et que les usagers peuvent nous tenir informés au jour le jour de travaux ou de nouveaux aménagements », explique la chargée des mobilités actives à Agglopolys, Geneviève Emonet. En effet, selon le statut des voies, les aménagements vélo peuvent relever soit de la commune, soit de l'agglomération ou encore du département. Or ces données peuvent être récupérées aisément par Géovélo : soit directement sur les portails open data des collectivités, soient signalés par les contributeurs OSM.

Des données statistiques fines

En échange des données vélo qu’elle met à disposition en open data, Agglopolys bénéficie de données fines sur les pratiques cyclistes en cours sur ses propres infrastructures. Un élément important, car aujourd'hui les statistiques du vélo sont parcellaires et se révèlent difficilement exploitables. « Nous avons réalisé une enquête Mobilité, mais elle date de 2008 et ne peut pas être réitérée pour le moment car trop coûteuse à produire. Nous réalisons des comptages, qui sont par définition très localisés. Quant à la région, les chiffres sont intéressants mais ils demeurent à une échelle qui va au-delà de notre périmètre », relève la chargée de mission. Avec Géovélo, la collectivité peut avoir un aperçu des trajets des utilisateurs de l’application qui ont donné leur autorisation. Par ailleurs, l'application permet à l’usager de signaler un danger sur une piste cyclable ou encore un équipement manquant ou défaillant. Autant d'éléments qui alimenteront la politique vélo de la collectivité.

Cibler aussi les cyclistes du quotidien

Mise en place en 2018, l'application, gratuite pour l’usager, dénombrait plus de 30.000 utilisations en 2019 contre 11.000 un an auparavant. Sans surprise, pendant ces années, les voies desservant les points d'intérêt touristiques sortaient en tête du peloton, car les principaux utilisateurs de Géovélo sont au départ des vélotouristes. Un score qui promet d'être nettement supérieur en 2020, du fait du décollage sans précédent de la pratique du vélo ; un phénomène lié à la crise sanitaire. L'agglomération espère bien séduire les cyclistes du quotidien : l'application figure en bonne place dans le plan imprimé des pistes cyclables et dans la documentation des bénéficiaires de l'aide à l'acquisition d'un vélo électrique. « Le but est de donner une impulsion pour des pratiques qui s’inscrivent ensuite dans la durée », anticipe la chargée de projets.

Communauté d'agglomération de Blois

Nombre d'habitants :

108871

Nombre de communes :

43
1 rue Honoré-de-Balzac
41000 Blois

Geneviève Emonet

Chargée de projets mobilités actives

Didier Moelo

Vice-Président en charge des mobilités

Pour aller plus loin