Bas-Rhin

Une centrale géothermique expérimentale pleine de promesses

Environnement

Energie

Richement dotée en ressources géologiques, la région de Soultz-sous-Forêts (Bas-Rhin) a été sélectionnée comme site pilote d'une expérimentation prometteuse : la première centrale géothermique profonde y a été inaugurée le 13 juin 2008. Même si le projet est encore en phase expérimentale, les espoirs sont nombreux. Les communautés de communes du Soultzerland et de Sauer-Pechelbronn travaillent sur les applications économiques de la chaleur géothermale.

Depuis 1987, des équipes scientifiques internationales travaillent sur le site de Soultz-sous-Forêts - à proximité de la frontière allemande -, afin de convertir en électricité la chaleur des roches situées à 5.000 mètres de profondeur. Regroupés en 1996 au sein du groupement européen d'intérêt économique (GEIE) "Exploitation minière de la chaleur", les partenaires scientifiques et économiques mutualisent leurs compétences pour mettre en oeuvre un procédé de production d'électricité à partir de la chaleur des roches. "Les premières installations industrielles sont encore en phase d'expérimentation et avant de parler d'applications énergétiques réelles, le site de Soultz-sous-Forêt reste un laboratoire européen de recherche et d'applications scientifiques," souligne Pierre Mammosser, vice-président de la communauté de communes du Soultzerland et maire de Soultz-sous-Forêt. "Installée le 13 décembre 2007, la première turbine de production a injecté ses premiers kilowattheures dans le réseau d'électricité de Strasbourg lors de l'inauguration du site le 13 juin 2008." Avec une production de 1,5 mégawatt, la centrale géothermique pourrait alimenter en électricité une commune de 1.500 habitants. 

 

Repérer des activités ayant un besoin constant de chaleur tout au long de l'année

Le site d'exploitation géothermique fait l'objet, depuis de nombreuses années, d'un intérêt soutenu des deux intercommunalités du Soultzerland (6.700 habitants) et de Sauer-Pechelbronn (17.000 habitants) sur le territoire desquelles il est situé. Le 5 novembre 2005, elles signent avec le GEIE une déclaration d'intention pour bénéficier de la chaleur issue du sous-sol. Même si la vocation du projet pilote est davantage scientifique et que le GEIE ne s'intéresse pas encore concrètement aux potentialités économiques, l'intercommunalité y réfléchit déjà depuis quelques temps : "Nous avons fait appel à un consultant pour mener des études de faisabilité et d'opportunité, afin d'utiliser directement la chaleur résiduelle et de repérer le type d'activité qui a un besoin constant de chaleur tout au long de l'année", explique Charles Graf, président de la communauté de communes du Soultzerland et maire de Retschwillers. "Le développement d'activités horticoles avec l'implantation de serres sur près de cinq hectares est envisagé. Des études en cours d'élaboration devraient déterminer la faisabilité d'un tel projet." Les projets d'applications industrielles et domestiques sont plus complexes à mettre en place : "L'idée serait de suivre l'exemple de l'entreprise Roquette à Beinheim pour sécher le maïs, indique Pierre Mammosser. Mais les besoins d'investissement sont beaucoup trop importants et les perspectives de rentabilité encore incertaines : pour le forage de deux nouveaux puits, nous aurions besoin de 6 millions d'euros." Ainsi, à l'origine, le nouveau parc d'activité de Soultz-sous-Forêts devait accueillir des entreprises très consommatrices d'énergie. "Un établissement d'accueil de personnes handicapées de 4.000 m2 va toutefois bientôt s'installer à un kilomètre de l'unité de production et les promoteurs semblent intéressés par l'énergie géothermique. Mais une contrainte s'impose : que faire de l'énergie en été lorsqu'on ne chauffe pas ?", souligne Pierre Mammosser. Ces difficultés ne semblent pourtant pas décourager les optimismes : pour l'élaboration du nouveau PLU, l'intercommunalité réfléchit aujourd'hui aux zones potentiellement intéressantes pour utiliser la chaleur géothermique. 

 

Quinze laboratoires de recherche et plus d'une centaine d'entreprises impliqués

Le projet de recherche a bénéficié de financements européens et de partenariats industriels et scientifiques : 80 millions d'euros investis - dont 25 millions d'euros versés par l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) -, quinze laboratoires de recherche et plus d'une centaine d'entreprises impliqués. En 2001 notamment, le BRGM - institution de référence pour les sciences de la terre - a produit un rapport sur l'historique du projet et sur ses potentialités. En juin 2008, il a signé un accord avec l'Ademe pour le développement de la géothermie. Parmi les partenaires industriels séduits par les énergies renouvelables, figure notamment EDF : "Intéressée par le potentiel de l'énergie géothermique, EDF pourrait soutenir notre démarche. Mais comme c'est le cas pour le développement et la commercialisation de l'électricité photovoltaïque, il y a toute une négociation future autour des risques et du prix de rachat au kilowattheure", rappelle Pierre Mammosser. En dépit de ces incertitudes, le territoire de l'intercommunalité constitue, grâce à ses ressources géologiques, un lieu d'expérimentation unique pour le développement des énergies renouvelables. Les deux communautés ont donc choisi d'anticiper en s'organisant pour bénéficier des retombées futures de ce qui constitue aujourd'hui le programme le plus avancé au monde pour la géothermie profonde.

 

Laura Henimann / PCA, pour la rubrique Expériences des sites Mairie-conseils et Localtis

Contact(s)

Communauté de communes du Soultzerland

4 rue de l'école
67250 Hohwiller
03 88 05 61 10
03 88 05 61 12
cdc.soultzerland@wanadoo.fr

Charles Graf

Président

Pierre Mammosser

Vice-président
pierre.mammosser@wanadoo.fr
Haut de page