Une filière bois-énergie à base de bois déchiqueté

Publié le
dans

Aménagement et foncier

Logement

Environnement

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Mayenne

En Haute Mayenne, les chaudières à bois déchiqueté remportent un franc succès : depuis 2008, huit nouvelles installations sont entrées en service. Le développement de la filière bois-énergie a été possible grâce à la création d'une société coopérative d'intérêts collectifs (SCIC), chargée de structurer l’approvisionnement en bois déchiqueté. Ce projet, fruit d'une concertation élargie, permet de valoriser la ressource locale, de développer les énergies renouvelables et de créer une dynamique locale.  

En 2005, sur le territoire du Pays de Haute Mayenne (département de la Mayenne, 102 communes, 6 communautés de communes, 93.500 habitants), une trentaine de chaudières automatiques à bois existaient déjà chez les agriculteurs, qui les alimentaient en utilisant le bois issu de l'entretien de leurs haies. Plusieurs collectivités souhaitaient également mettre en place des telles installations. Cependant, ces projets ne pouvaient aboutir sans la structuration d'un réseau d'approvisionnement en bois déchiqueté local, combustible des futures chaudières. "’intérêt d’une telle filière est triple, puisque cela permet de développer les énergies renouvelables, et de valoriser le bois local tout en créant de l'activité et donc de nouveaux emplois au niveau local" explique Jean-Pierre Bernard-Hervé, président du Pays de Haute Mayenne et vice-président de la communauté de communes du Pays de Mayenne.

Etudier la faisabilité du projet et trouver un consensus


Une première étude, menée par la fédération départementale des Cuma, confirme le potentiel d'une telle filière. Le bocage mayennais pourrait fournir tous les ans 28.00 tonnes de bois issu de l'entretien des haies, 14.250 tonnes de bois de forêt, ainsi que 15.000 tonnes de résidus de scieries : au total, près de 60.000 tonnes seraient mobilisables chaque année en Haute Mayenne. Fort de ces perspectives, le Pays a lancé en 2005 une deuxième étude sur la faisabilité de la filière d'approvisionnement. Un comité de pilotage, regroupant collectivités locales, structures d'insertion, agriculteurs, industriels du bois, propriétaires forestiers, chambres consulaires, fédération départementale des Cuma, associations environnementales, futurs utilisateurs, a été créé pour mettre en place un réseau, et la réflexion a abouti en 2008 à la création de la société coopérative d'intérêts collectifs (SCIC) "Haute Mayenne bois énergie".

Pourquoi créer une SCIC ?


La SCIC est apparue comme l'instrument juridique adéquat, car elle permet à chacun des acteurs d'être partie prenante de la gestion de la filière, notamment en entrant au capital de la société. "Nous avons hésité entre plusieurs formes juridiques. Créer une association était inadapté car la vocation première d’une telle structure n'est pas de faire du commerce et de réaliser des bénéfices. Nous avons aussi abandonné l'idée de créer une société d'économie mixte (SEM), le Pays de Haute Mayenne ne souhaitant pas porter une nouvelle structure de manière autonome. La forme de la société anonyme n'a pas été retenue non plus, car les communes ne pouvaient pas entrer au capital d'une telle structure. C'est donc la SCIC qui s'est imposée", explique Karine Amelot, chargée de développement de la filière bois-énergie à la SCIC.
41 associés participent à son capital (13.220 euros) ; ils sont regroupés en cinq catégories : neuf fournisseurs de bois, deux salariés, neuf usagers (communes, établissements publics, structures associatives, professionnels), cinq communautés de communes et seize partenaires techniques et membres de soutien (chambres consulaires, associations environnementales…). Atlanbois, l'organisme associatif chargé de la promotion du bois-énergie en région Pays de la Loire, est également au capital. "Le Pays n'a pas pu entrer au capital de la SCIC à cause de son statut juridique. En revanche, il reste un partenaire privilégié de la structure et joue un rôle d'animateur et de conseil pour mobiliser l'ensemble des acteurs et sensibiliser les élus du territoire", précise le président. Gérée par deux salariés (une technicienne et un gérant), la SCIC a mis en place un comité d'orientation de 11 membres, issus de l'ensemble des catégories. Cette instance discute des orientations stratégiques, comme par exemple le prix du bois, et organise des concertations régulières afin d'impliquer tous les associés au développement de la filière.

Les fournisseurs de bois : industriels, agriculteurs, structures d’insertion


Entre 2008, date de sa création, et 2009, la SCIC a quintuplé le volume de bois mobilisé, passant de 400 à 2.000 tonnes. 50% sont fournis par les industriels, 30% par les agriculteurs, 15% par les structures d'insertion, le reste provenant de dons. L'ensemble de ces ressources est obtenu à partir de procédés durables : entretien des haies par les agriculteurs, valorisation du bois forestier et non du bois de construction, résidus des scieries. "Les agriculteurs ont signé une charte de bonnes pratiques avec la SCIC, en s’engageant à revendre le bois de haies. L’entretien du bocage, qui constituait une contrainte à leurs yeux, devient ainsi un moyen de valorisation", explique la chargée de développement.
L’aménagement des plates-formes de stockage adaptées au séchage du bois est financé par les collectivités (communes, communauté de communes) ou par des professionnels (associations agricoles). Le réseau devrait à terme compter six plates-formes, installées à proximité des lieux de consommation. Pour vendre le bois déchiqueté, la SCIC passe un contrat d'approvisionnement avec les consommateurs. Elle fixe les tarifs du combustible, qui reste bien inférieur au fioul : 27 euros du MWh contre 60 pour le fioul.
Les chaufferies individuelles ou collectives alimentent différents bâtiments. Celle de la commune de Saint-Hilaire-du-Maine (650 habitants) approvisionne un lotissement d'une quinzaine de maisons. En 2010, parmi les dix chaufferies opérationnelles dans le Pays de Haute Mayenne, huit sont entrées en service grâce à la structuration du réseau d'approvisionnement.

Laura Henimann / PCA, pour la rubrique Expériences du site Mairie-conseils
 

SCIC Haute Mayenne Bois Energie

La Lande RD 217
53100 Parigné-sur-Braye

Karine Amelot

Chargée de développement de la filière bois énergie

Pays de Haute Mayenne

Nombre d'habitants :

93536

Nombre de communes :

102
Place Cheverus
53100 Mayenne
communication@hautemayenne.org

Jean-Pierre Bernard-Hervé

Président, Conseiller général du canton de Mayenne-Est
Haut de page