Vie locale / Citoyenneté - Une journée citoyenne pour changer la vie de la commune

L'Association des maires de France invite les maires à organiser dans leur commune une journée citoyenne. Une fois par an, les habitants participent à des petits chantiers d'amélioration de leur cadre de vie, se rencontrent et échangent dans une atmosphère conviviale. Inventée en 2008 à Berrwiller, en Alsace, par un maire musicien soucieux de l'harmonie dans sa commune, la journée citoyenne a depuis convaincu près de 200 autres maires.

Lorsqu'il est élu maire de la petite commune de Berrwiller (Haut-Rhin) en 2008, Fabian Jordan observe que les gens se parlent peu, n'ont pas de temps à consacrer aux autres. "Les nouveaux habitants, on n'arrivait pas bien à les intégrer", se souvient-il. Il a alors l'idée d'inviter sa population à participer à une journée citoyenne où différents petits chantiers d'amélioration du cadre de vie seraient proposés. Avec plusieurs objectifs : embellir la commune par des travaux que la collectivité n'aurait pas pu se permettre de financer, mais surtout "fédérer toutes les énergies positives", "valoriser" chacun et créer une occasion de rencontre autour d'une expérience commune. L'opération est un succès.

Une initiative "globale" qui "touche toute la population"

Huit ans plus tard, la "journée citoyenne" du 28 mai a été adoptée dans quelque 200 communes et 45 départements. Et le président de l'Association des maires de France (AMF) invite tous les maires à s'intéresser de près à cette démarche qui l'a lui-même convaincu. L'initiative doit être "déclinée sur la totalité du territoire", a plaidé François Baroin le 12 janvier 2016, lors d'un point-presse à Paris.
Selon lui, une telle démarche est "assez rare", puisqu'elle permet à la fois d'agir sur le cadre de vie, d'impliquer tous les volontaires dans un cadre sécurisé, de favoriser l'"échange de savoir-faire" et la "communication intergénérationnelle", de créer un "lien fort" entre les habitants, dans un "esprit de responsabilisation"…
"Cette initiative est complètement globale, elle touche toute la population", confirme Didier Lesueur, directeur général de l'Observatoire national de l'action sociale (Odas). Elle contribue à "définir autrement les rapports entre les habitants et les élus". A Berrwiller, 400 habitants, soit un tiers du total, rejoignent chaque année la démarche.

Le montant des marchés publics multiplié par trois grâce aux économies

Aux côtés des agents communaux et des élus, les entrepreneurs locaux sont également impliqués dans l'organisation de la journée. A Berrwiller, ils savent que la démarche est plutôt bonne pour leurs affaires : grâce aux économies générées par la réalisation collective de petits travaux, la commune dégage de l'auto-financement qui est réinvesti dans des projets de plus grande ampleur.
"Nous avons multiplié par trois le montant des marchés publics depuis 2008", se réjouit Fabian Jordan. "Ce local intergénérationnel, je ne l'aurais certainement pas fait dans ma commune de 1.200 habitants. Nous l'avons d'abord lancé avec les habitants, puis nous avons pu proposer un marché public de 300.000 euros." Sans compter que les équipements se dégradent moins vite, puisque les habitants de tout âge qui ont apporté leur contribution ont ensuite à cœur de protéger les biens de leur commune.

Un "réseau journée citoyenne" pour faciliter l'essaimage

En ces temps de diète budgétaire et de déclin de l'investissement local, un tel coup de pouce pourrait achever de convaincre les maires qui se posent encore des questions. Le président de l'AMF, lui, n'hésite plus : "A Troyes, on va le faire."
Avec le soutien de EDF et de la Banque postale et en partenariat avec l'agglomération de Mulhouse, l'Odas, qui soutient la démarche depuis ses débuts, va animer avec le maire de Berrwiller un "réseau journée citoyenne". Objectif : favoriser l'essaimage dans de bonnes conditions et partager les retours d'expériences.
La journée peut être organisée "aussi bien dans des communes que dans des quartiers", précise Fabian Jordan. En ciblant des quartiers spécifiques, des villes de taille plus importante, comme Mulhouse, et bientôt Blois, Saint-Brieuc et Perpignan, peuvent s'y engager.
Il importe, pour François Baroin, de "décliner des initiatives de cette nature". "Avec le développement de la réserve citoyenne et du service civique – dont nous nous félicitons -, cette addition-là produira des effets", conclut le président de l'AMF.

Caroline Megglé 

Journée citoyenne : mode d'emploi

Pour le maire de Berrwiller, un "gros travail de préparation en amont" est indispensable à la bonne réussite de la journée : communication auprès de tous (familles, écoles, conseils de quartier, commerçants, …), recueil des inscriptions et des idées des habitants, organisation des chantiers et des équipes, achat des matériaux, extension de l'assurance responsabilité civile de la commune aux participants… L'important étant aussi de "s'imprégner de l'état d'esprit" de la démarche qui consiste, selon Fabian Jordan, à "être à l'écoute des citoyens".
Des outils, tels que des films de témoignages et un guide pratique, sont disponibles sur le site de la journée citoyenne. On y trouve des idées de chantiers à organiser "dans des domaines variés pour que chacun y trouve son intérêt" : plantation d'arbres et de fleurs, peinture, remise en état de bordures, sensibilisation à la biodiversité… Les habitants peuvent aussi être mobilisés pour l'organisation du repas commun, le reportage photo ou encore l'encadrement des ateliers pour les enfants.

C. Me.

 

Téléchargements

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

* champs obligatoires

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle