Une multiplicité d'actions en faveur de l'enfance et de la jeunesse qui s'appuient sur des partenariats institutionnels et associatifs

Publié le
dans

Loire

La communauté de communes du Pays de la Pacaudière (Loire) met à profit les dispositifs de partenariat et de soutien financier proposés par l'Etat pour développer un ensemble d'actions pour l'enfance et la jeunesse. En collaboration étroite avec deux associations locales, elle anime des ateliers scolaires et périscolaires, un centre de loisirs sans hébergement, un relais assistance maternelle, un conseil intercommunal de la jeunesse, une bourse aux projets jeunes, un point information jeunesse et des actions de communication en direction des familles et des jeunes.

Au départ...

La mise en oeuvre d'un contrat de pays avec le conseil régional de Rhône-Alpes est à l'origine d'une dynamique intercommunale dans le domaine de l'action sociale en faveur des enfants et des jeunes. Les élus de la communauté saisissent les occasions offertes par la direction départementale de la jeunesse et des sports (DDJS), la caisse d'allocations familiales et la Mutualité sociale agricole (MSA) pour développer leur politique intercommunale et créer différents services dans le cadre des dispositifs proposés : un contrat éducatif local, un contrat enfance et un contrat temps libre.

En cours de route...

La communauté de communes choisit de confier la maîtrise d'oeuvre des actions liées à l'enfance et à la jeunesse à l'association Jeunesse et Sports au pays de la Pacaudière, créée en 1995 en même temps que la structure intercommunale. Cette association est composée d'un collège d'élus municipaux représentant chaque commune du territoire, d'un collège de parents et d'un collège de clubs de jeunes. Ce partenariat est régi par une convention de trois ans, renouvelable par tacite reconduction, par laquelle la communauté de communes délègue à l'association la mise en oeuvre de sa politique en faveur de la jeunesse.
L'association anime les multiples actions mises en place sur le territoire intercommunal :
- les ateliers scolaires et périscolaires. Ils se déroulent dans des écoles maternelles et primaires de la communauté, avec un volume de dix heures par classe et par activité. Les activités liées aux arts plastiques se déroulent pendant le temps scolaire tandis que les initiations sportives, proposées à l'école primaire uniquement, sont programmées pendant le temps périscolaire en fonction des demandes exprimées.
- le centre de loisirs sans hébergement (CLSH). Celui-ci accueille sur deux sites les enfants de 4 à 12 ans et les adolescents pendant les vacances de la Toussaint, de Pâques et durant l'été. En 2002, pendant ses 39 jours d'ouverture, le CLSH a enregistré près de 2.800 participations en recevant 500 enfants ou jeunes. Son animation est assurée par vingt et un animateurs employés à temps partiel et les deux aides-éducateurs du collège.
- le conseil intercommunal de la jeunesse, organisé en quatre commissions : la commission humanitaire qui soutient une école au Maroc ; la commission Sport qui organise un raid sportif et culturel et a réalisé une étude de faisabilité pour un équipement de type "agorespace" ;  la commission Culture, co-organisatrice d'un festival de musique sur le territoire ; la commission Information/Communication, responsable du comité de rédaction de la Gazette des jeunes et du magazine Flash info jeunes.
- une bourse aux projets jeunes. Elle permet de soutenir techniquement et financièrement des projets montés par les jeunes eux-mêmes : séjour de ski, théâtre, séances de cinéma, festival de musique... Les actions soutenues sont menées au sein de la structure inter-clubs qui regroupe tous les clubs de jeunes du territoire.
- le poiL'association Familles rurales, quant à elle, est gestionnaire d'un relais assistantes maternelles créé en septembre 2002 dans le cadre de contrats enfance et en partenariat avec la communauté de communes de la Côte roannaise. Les temps de permanence et d'atelier d'éveil sont répartis entre les deux communautés de communes au prorata du nombre d'assistantes maternelles et d'enfants de chaque territoire.

Les moyens mobilisés et les partenaires...

Au moment de la création de l'association Jeunesse et Sports, un animateur a été immédiatement embauché pour permettre le lancement des actions. Actuellement, l'équipe permanente est composée d'un animateur-coordonnateur et d'un animateur recruté dans le cadre du programme nouveaux services-emplois jeunes. Des animateurs sont par ailleurs embauchés ponctuellement pour l'animation du CLSH.
Un comité de pilotage a été constitué pour suivre la mise en oeuvre des actions. Il réunit le vice-président de la communauté responsable de la politique liée à la jeunesse et des représentants de l'Education nationale, de la caisse d'allocations familiales, de la MSA, de la DDJS et du conseil général. Les clubs de jeunes organisés en association sont aussi associés à chaque réunion du comité de pilotage.
Toutes les actions développées s'inscrivent dans le cadre du contrat enfance ou du contrat temps libre signés entre la communauté de communes et la caisse d'allocations familiales, ou encore du contrat éducatif local signé avec la Direction départementale de la jeunesse et des sports. En 2002, les dépenses engendrées par ces actions ont atteint un total de 491.000 euros. La politique liée à l'enfance et la jeunesse représente 15% du budget global de la communauté de communes.
Les principaux partenaires techniques et financiers sont la DDJS, la Caisse d'allocations familiales et la MSA. Les différentes actions sont également développées en lien étroit avec l'Education nationale. D'autres appuis émanent également du conseil général de la Loire qui apporte une aide aux postes, et des communes qui mettent leurs locaux à disposition de la communauté.

Pour quels résultats...

Le fait que la communauté de communes prenne des compétences en matière de politique liée à l'enfance et à la jeunesse a été moteur pour toutes les autres actions menées sur le territoire. Par ailleurs, la communauté de communes héberge l'association dans ses locaux, ce qui permet une certaine proximité de fonctionnement. La communauté a cherché à mettre des atouts de son côté :
- un représentant de chaque commune est associé à la mise en oeuvre de cette politique ;
- les contrats signés avec les services de l'Etat offrent un cadre de concertation entre les différents partenaires concernés ;
- il existe une bonne coordination des différentes actions et une transversalité dans la démarche de la communauté sur son territoire.
"Nous menons une politique de proximité, mais on ne peut pas être présent à tous les niveaux. Notre souhait est de responsabiliser davantage les parents en les impliquant nt information jeunesse. Celui-ci a notamment mis en place une formation débouchant sur la délivrance d'une attestation de formation aux premiers secours.
- l'information et la communication en direction des familles et des jeunes. Elle s'appuie sur deux outils : la Gazette des jeunes, magazine devenu au fil du temps le journal de l'action intercommunale liée à l'enfance et la jeunesse, et les pochettes d'information Familles sur les activités du CLSH et les renseignements pratiques le concernant, qui paraissent deux fois par an, au rythme de fonctionnement du centre de loisirs.
dans la mise en oeuvre des actions, ce qui est complexe quand on est dans un rapport d'offreur à demandeur de services."
Cependant, il est difficile d'impliquer toutes les communes car les activités sont regroupées dans les bourgs-centres et les communes éloignées comptent moins de jeunes. De plus, le territoire est vaste, l'information circule plutôt difficilement, les subventions de l'Etat diminuent : "On essaye de maintenir l'existant."

Et aujourd'hui ?

La communauté développe actuellement une démarche de qualité autour des activités du CLSH et des actions menées auprès des jeunes. Cette démarche fait l'objet d'une convention avec la caisse d'allocations familiales et la DDJS et se fonde sur des objectifs précis à atteindre : la qualité de l'accueil des enfants âgés de 4 à 6 ans, l'amélioration des transports, le travail en réseau.
Par ailleurs, une réflexion est menée pour réduire les coûts des transports. Les élus souhaitent en effet maintenir l'offre existante malgré une baisse des crédits liés au contrat éducatif local (de 20% en 2002 et encore de 20% en 2003). De ce fait, l'association Jeunesse et Sports recherche d'autres modes de financement de ses actions.

Martine Fayot, consultante

Communauté de communes du Pays de la Pacaudière

Nombre d'habitants :

4403

Nombre de communes :

9
Route de la Gare - Les Minières
42310 Le Crozet
contact@cc-payspacaudiere.fr

Monsieur Raphelot

directeur de l'association Jeunesse et Sports
Haut de page