Une note du CAE invite à "repenser la stratégie d'investissement dans l'enseignement supérieur "

Partant du constat que dans l’enseignement supérieur, le niveau de dépense publique par étudiant connaît "une baisse […] depuis les années 2010, particulièrement marquée à l’université, alors même que cet investissement génère des gains élevés", une nouvelle note du CAE élabore des propositions pour "repenser la stratégie d’investissement dans l’enseignement supérieur pour gagner en efficience et en équité".

Augmenter les moyens en licence et en master, revaloriser les bourses, ouvrir 150.000 places dans l’enseignement supérieur, améliorer l'accès au logement étudiant… voici quelques-unes des six recommandations émises dans la note du Conseil d’analyse économique (CAE), publiée le 1er décembre 2021 et qui vise à "repenser la stratégie d’investissement dans l’enseignement supérieur".  Les auteures, Gabrielle Fack (PSE) et Élise Huillery (Paris-Dauphine), estiment que la mise en œuvre de ces recommandations représente un coût budgétaire annuel compris entre 5,4 et 7,6 milliards d'euros mais aussi des "bénéfices élevés". Élise Huillery préconise un investissement "structurel" qui ne serait pas financé via un programme de relance. Concrètement, plusieurs options peuvent être envisagées, selon la chercheuse. Elle évoque le levier "des frais d’inscription" ou celui de l'impôt. Concernant les frais d'inscription, elle encourage à mettre en place un "système progressif en fonction des revenus des familles" dont la collecte se ferait à un niveau national, afin que ces frais d’inscription servent à financer les bourses et des postes d’enseignants. "Investir sur les jeunes compte parmi les dépenses publiques les plus rentables car les bénéfices associés sont très élevés", a d'ailleurs conclut Philippe Martin, président délégué du CAE, lors de la conférence de presse.

Accès au supérieur : moins de 30% des enfants issus de familles modestes contre près de 90% parmi les plus aisés

Lors de la présentation, les auteures ont tout d'abord rappelé quelques grands chiffres du contexte de l'enseignement supérieur français. "La dépense par étudiant baisse tendanciellement depuis les années 2010 et les différentes formations sont dotées de moyens très inégaux." "Les effectifs étudiants ont augmenté de 20% à l’université entre 2010 et 2020", tandis que le nombre d’enseignants diminuait de 2%." Dans ce contexte, le montant de "1,7 milliard d’euros prévus dans la loi de programmation de la recherche à l’horizon 2030 pour les formations supérieures et la recherche universitaire ne permettra pas de renforcer les taux d’encadrement des étudiants dans les filières les moins bien dotées", ont averti les auteures.

À partir de données fines sur les coûts de formation, les auteures ont ensuite "mis en évidence de grandes disparités : les coûts varient dans un rapport de 1 à 4 entre une année de licence et une année en classe préparatoire et ils varient également sensiblement entre différentes disciplines telles que les sciences dures et les sciences humaines et sociales". Selon elles, ces écarts tiennent "avant tout à la différence de taux d’encadrement et au volume d’heures consacrées aux étudiants où de faibles niveaux peuvent affecter le taux de réussite des étudiants".

Elles dénoncent par ailleurs que "malgré la massification, les inégalités d’accès aux études supérieures et aux types de formation en fonction du niveau social sont encore très importantes", puisque "moins de 30% des enfants issus de familles modestes accèdent à l’enseignement supérieur, contre près de 90% parmi les plus aisés". Ce qui fait dire aux auteures que cette "massification" n'est pas synonyme de "démocratisation" et qu'"associé à des aides socio-fiscales insuffisamment redistributives, il en résulte une dépense publique d’enseignement supérieur régressive".

Agir en amont, sur l’orientation des élèves

Dès lors, comment "améliorer l’efficience et l’équité de l’enseignement supérieur" ? Pour y répondre, les auteures formulent six recommandations. Tout d’abord, il leur apparaît "crucial" "de diminuer les disparités entre formations en augmentant l’investissement en licence et en master, ce qui permettrait d’augmenter le taux d’encadrement et les taux de réussite dans ces filières". Selon elles, agir "en amont sur l’orientation des élèves pour mieux guider les choix, par la publication des niveaux de salaire à la sortie des formations, de leur taux d’insertion professionnelles et de leur coût, en luttant contre les mécanismes d’autocensure" est également une piste à étudier. Enfin, pour améliorer l’accès à l’enseignement supérieur des élèves les plus modestes, elles recommandent "de créer des places supplémentaires, de revaloriser et d’étendre les bourses, d’accroître l’offre de logements conventionnés et de mettre en place de quotas dans les filières sélectives". Enfin, dernière recommandation, elles préconisent "d’orienter les postes et moyens supplémentaires vers les filières qui présentent le rendement relatif le plus élevé, à savoir les filières scientifiques et techniques".

Cette note "a été présentée aux cabinets du président de la République, du Premier ministre, ainsi que des ministres des Finances, de l’Enseignement supérieurs et de l’Éducation nationale", qui se sont montrés "extrêmement intéressés", a conclut Philippe Martin, président délégué du CAE. Il a rappelé que l’objectif du CAE est de "nourrir le débat public" et a invité "chacun des candidats à l’élection présidentielle à lire cette note et à s’en inspirer". 

 

Pour aller plus loin

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle