Une Scic de revalorisation de déchets textiles dans l'Ariège

Publié le
dans

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

Environnement

Energie

Ariège

L’implantation par Emmaüs en 2010 d’une plateforme de valorisation des déchets textiles sous forme de société coopérative d’intérêt collectif (Scic) a reçu un franc appui des collectivités territoriales, particulièrement la communauté de communes du Pays d’Olmes. Ce projet issu de la communauté Emmaüs a permis la requalification d’une friche industrielle en plein centre-ville et l’embauche de plus de vingt chômeurs.

Le projet de cette Scic de récupération de textile remonte à fin 2008 lorsqu’un appel à projets national pour la création de plateformes de valorisation de déchets textiles est lancé (lire encadré ci-dessous). Prenant appui sur des relations de confiance exceptionnelles avec les collectivités locales du Pays d’Olmes (21 communes, 16.500 habitants), Emmaüs propose d’implanter l’une de ses plateformes sur la commune de Lavelanet. Cette proposition est en phase avec le projet de territoire de la communauté de communes d’Olmes qui veut revivifier le bassin économique, notamment en revalorisant la filière textile sinistrée.

Le mûrissement du projet

Reste à vérifier la faisabilité économique de la proposition. Emmaüs s’appuie alors sur l’expertise de son partenaire le Relais, spécialisée dans la commercialisation des textiles usagés, afin de présenter aux partenaires locaux la méthodologie pour faire aboutir un tel projet. A cet effet, un voyage d’études avec les responsables de la communauté de communes est organisé pour visiter l’une des cinq plateformes françaises en fonctionnement en Bretagne. Ensuite, pendant un an, les études sont affinées, notamment les sources d’approvisionnement en matière première. Les porteurs du projet évaluent à 1.500 tonnes par an le volume de textiles usagé qui doit être récupéré sur six départements. Pour cela, ils s’assurent entre autres auprès du réseau Emmaüs, du Secours catholique, etc. de la possibilité de capter les textiles sur la zone de chalandise du projet.

La communauté de communes joue son rôle de facilitateur

En décembre 2009, Emmaüs crée Vertex, société coopérative d’intérêt collectif, et recrute pour diriger la structure une ancienne cadre bancaire, aguerrie aux principes économiques de base. Parallèlement, la communauté de communes joue son rôle de facilitateur : d’abord en mettant en relation Vertex avec les propriétaires d’un bâtiment pouvant abriter l’activité ; ensuite, en mettant à disposition, pour le démarrage, les moyens logistiques de la Communauté de communes (bureaux, locaux, etc.). Par ailleurs, une fois l’enveloppe globale du projet arrêtée (310.000 euros), les demandes d’aides de Vertex sont formulées avec le concours de la communauté de communes : l’un sur l’investissement immobilier pour 50.000 euros sur 140.000 euros (région, Europe, conseil général et communauté de communes du Pays d’Olmes) ; l’autre sur le financement de l’outil de production pour 37.000 euros sur 170.000 euros (région, conseil général).

Un bilan globalement positif

L’élu reconnaît que plusieurs difficultés ont compliqué le cheminement du projet, dont le choix juridique de la Scic, structure mal connue. Il a fallu aussi manœuvrer sur le terrain complexe des dispositifs de subvention sur lequel la communauté de communes avait d’indispensables compétences. Reste que le bilan demeure positif. En 2011, Vertex emploie 24 salariés (dont 18 en CDD d’insertion) et a dépassé ses prévisions de tonnage avec 1.900 tonnes : "Sur un territoire très fortement fragilisé par les fermetures de ses entreprises textiles, nous avons vu dans ce projet une opportunité d’offrir à une partie de notre population une chance de retrouver localement du travail, constate Marc Sanchez, le président de la communauté de communes. De plus, sans l’installation de Vertex sur 4.000 m2, la requalification d’une friche industrielle de 9.000 m2 en milieu urbain n’aurait pas vu le jour."

Michel Léon / Textes & chapos pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net
et www.localtis.info

Le principe de l’éco-contribution dans le textile
En lançant l’éco-contribution (ECO-TLC), collectée auprès des industriels qui mettent des textiles neufs sur le marché et reversée aux opérateurs de tri, entreprises classiques et d’économie sociale et solidaire, le législateur a pérennisé le principe de cette filière au travers de plateformes de revalorisation et l’a rendu viable : pour chaque tonne de textile valorisée, l’éco-organisme TLC verse une éco-contribution de 69 € à la plateforme. La France produit 700.000 tonnes de textiles usagés par an dont 20% seulement sont valorisées, et les trois quarts des 3.000 salariés de la filière sont des personnes issues de l’insertion par l’activité économique.

Contact(s)

Communauté de communes du Pays d'Olmes

32 rue Jean Jaurès
09300 Lavelanet
05 61 04 44 30
Nombre d'habitants : 16500
Nombre de communes : 21
Nom de la commune la plus peuplée : Lavelanet (7000 hab.)

Marc Sanchez

Président

Stéphane Sanchez

Service économique
s.eco@paysdolmes.org
Haut de page