Versailles ville verte : objectif nature (78)

Publié le
par
Luc Blanchard
dans

Aménagement et foncier

Yvelines

Historiquement ville-nature, Versailles continue de se développer en s’appuyant sur ses trames vertes et bleues qui valorisent les passages urbains entre quartiers. Objectif : laisser la marque de son temps, en s’inscrivant dans le fil de l’histoire royale. 

Le plan de Versailles, dessiné par Le Nôtre en 1687, s'articule autour de trois grandes avenues qui convergent vers le château. C'est à l’extrémité de l'une d'elles, l'avenue de Sceaux, qu'a été construite la gare des Chantiers en 1849. La Société des chemins de fer de l'État pouvait y prendre ses aises, le terrain était vierge, si l'on excepte deux bassins réservoirs qui à l'époque du roi Soleil alimentaient les grandes eaux devant le château.
Au fil des années, la gare des Chantiers a connu une attractivité croissante, atteignant, en 2010, 64.000 voyageurs par jour et plus de 500 trains (ligne C du RER, lignes N et U du Transilien, TER, grandes lignes, bus urbains et interurbains, vélos).

Adieu la dalle, bonjour la nature

Au début des années 2000, la rénovation du quartier s'impose et la ville élabore un projet qui consiste à créer une dalle sur laquelle serait implantés un grand centre commercial et un multiplexe. Même si à l'époque la concurrence d'internet se fait encore peu sentir, d'autres centres commerciaux sont implantés à proximité, en particulier celui de Vélizy qui est l’un des plus grands d'Europe. Par ailleurs, le projet inquiète les 1.600 commerçants de proximité et les cinémas versaillais. Alors président de la Cité de l’architecture et du patrimoine, François de Mazières acquiert la conviction que la gravité des enjeux environnementaux a profondément changé la manière de concevoir la ville. Élu maire en 2008, une de ses mesures emblématiques est le refus de ce projet. Avec son équipe, il remet tout à plat et décide de faire autre chose. Plutôt qu'un centre commercial, il souhaite implanter des surfaces équilibrées de bureaux (qui font défaut à Versailles) et des logements, non pas sur une dalle mais au plus près de la nature. Ceci en diminuant de moitié la charge nette pour la ville, la ramenant de 47 millions d’euros (valeur 2008) aux alentours de 20 millions d’euros (valeur 2016), tout en donnant une dimension écologique au projet.

Création d’un jardin et de la promenade des étangs

La municipalité veut également marquer sa volonté de développer la trame verte et bleue. Pour ce faire, dans le quartier de la gare des Chantiers, elle profite des anciens réservoirs qui sont ouverts sur la ville et transformés en parc, en jardins ou en fermes urbaines. Le jardin et la promenade des étangs Gobert voient le jour en 2013, à proximité immédiate de la gare. D'autres vont suivre.

Le maire explique sa démarche : "Créer – ou recréer – la ville-nature me semble être la marque du XXIe siècle. Nous avons engagé une action systématique de valorisation des passages urbains entre quartiers, en privilégiant les cheminements végétalisés réservés aux piétons et aux vélos. Le propre d'une politique d'urbanisme est bien de laisser la marque de son temps, en respectant une histoire qui naturellement la dépasse." 

Construire la ville du XXIe siècle avec la nature

Pour s'assurer une position de force par rapport aux promoteurs engagés dans l'ancien projet, la ville achète les terrains (3,5 hectares) qui jouxtent la gare. À l'est, elle prévoit 24.000 m2 de bureaux et de commerces. À l'ouest, 376 logements implantés autour d'un jardin de 1.000 m2, dont 30% de logements sociaux. Un élément patrimonial fort, l'ancienne halle Sernam (3.095m2), est conservée ainsi que la pendule et la façade de la gare qui sont classées au titre des monuments historiques. 
Dans le nouveau quartier, les baies vitrées des bureaux ouvrent sur les espaces naturels environnants. Ils surplombent également l'ancienne halle Sernam, réaménagée pour accueillir le siège social de Nature & Découvertes et ses 150 salariés. L'enseigne, spécialisée depuis trente ans dans la valorisation de la nature, crée également une ferme urbaine dans l'un des anciens réservoirs du château. Dans le grand jardin se côtoient toutes sortes de légumes et d'aromates. 

Dans le quartier des Chantiers, les immeubles de bureaux sont prêts à être commercialisés et les logements presque terminés. Les derniers aménagements concernent les toitures qui, pour certaines d'entre elles, doivent accueillir des jardins partagés. Ville verte oblige. 

Commune de Versailles

Nombre d'habitants :

86000
4, avenue de Paris, RP 1144
78011 Versailles cedex

Nathalie d’Estienne d’Orves Cossé

Directrice des grands projets
Haut de page