Zones inondables : le syndicat mixte des Gardons crée un dispositif d'aide aux habitants

Publié le
dans

Environnement

Energie

Aménagement et foncier

Logement

Les nouvelles politiques de prévention des risques ont rendu obligatoires des travaux de réduction de vulnérabilité pour les bâtiments situés en zone inondable. Dans le Gard, un syndicat mixte de gestion de l’eau met en place un dispositif original pour aider les propriétaires à répondre à leurs obligations.

Le syndicat mixte pour l’aménagement et la gestion équilibrée (Smage) des Gardons, fondé en 1995, regroupe aujourd’hui le département du Gard et 119 communes (soit 120.000 habitants) du bassin versant des Gardons qui s’étend de la Lozère jusqu’à la confluence avec le Rhône. Il représente en surface le tiers du département. Le syndicat intervient en matière de risque inondation, de ressource en eau et de milieu aquatique. La crue du Gardon des 8 et 9 septembre 2002 a atteint les 7.000 m3/s. La catastrophe engendrée a été le moteur d’une forte mobilisation des pouvoirs publics afin de prévenir ce risque majeur.

Le contexte réglementaire évolue, le plan de prévention des risques aussi

Cette mobilisation s’est traduite par une modernisation des actions entreprises. Dépassant la simple logique des travaux hydrauliques (digue et barrage), des axes nouveaux comme la culture du risque, la gestion de crise et la réduction de la vulnérabilité sont développé. Dans ce contexte, l’Etat a approuvé par arrêté préfectoral le plan de prévention des risques d’inondation (PPRi) Gardon amont portant sur 35 communes en 2008 (25.000 habitants) rendant obligatoires des mesures à prendre par chaque particulier habitant sur zone inondable visant à protéger les biens et les personnes.
Afin que ces obligations ne restent pas lettre morte, le Smage des Gardons a lancé un ambitieux programme d’intérêt général qui fédère les moyens financiers de l’Europe (Feder), l’Etat, l’Anah, la région Languedoc-Roussillon, le département du Gard et la communauté d’agglomération Nîmes Métropole.

Aide pour les dispositifs obligatoires de protection des habitations

Ainsi, le syndicat porte une animation auprès des habitants en zone inondable afin de les aider dans le diagnostic de leur bâtiment, définir la nature et le montant des mesures obligatoires et recommandées, trouver des entreprises compétentes et bénéficier des aides financières possibles : 40% de l’Etat, 20% du département du Gard et un complément de 20% sous condition de ressource, de l’Anah ou de Nîmes Métropole suivant les communes. Ses subventions soutiennent les particuliers dans le financement de leurs travaux dont les montants varient selon les cas de 2.000 euros à plus de 20.000 euros. Ce dispositif d’aide est une première en France en septembre 2011.
Les deux mesures phares du dispositif, parmi les onze proposées, sont la pose de batardeaux (système de planches étanches empêchant l’intrusion de l’eau dans les logements par les portes) et la création d’espace refuge, dans les combles ou sur la terrasse, pour les bâtis inondés par plus de 80 cm d’eau.
Après une phase de communication fin 2010, le Smage des Gardons met gratuitement à leur disposition, depuis février 2011, deux architectes qui vont à la rencontre des propriétaires volontaires pour un diagnostic.

Au total sur les 35 communes du plan de prévention des risques, 1.000 bâtiments sont concernés. En septembre 2011, 220 diagnostics étaient réalisés et une dizaine de dossiers de financement déposé.

Jean-Luc Varin, Agence Traverse pour la rubrique Expériences des sites www.mairieconseils.net et www.localtis.info

Syndicat mixte des Gardons

Nombre d'habitants :

120000

Nombre de communes :

119
11 place du 8 mai
30044 Nîmes cedex 9

Jacques Layre

Président

Etienne Retailleau

chargé de mission PPRI
Haut de page