La MSA du Languedoc pilote une structure France services itinérante (34)

Profitant de sa forte implantation dans les territoires ruraux, la Mutualité sociale agricole (MSA-sécurité sociale des agriculteurs) du Languedoc a imaginé une structure France services itinérante. 20 communes éloignées des services publics en bénéficient depuis début 2020 dans l’Hérault. Un service de plus en plus apprécié par les usagers et les élus locaux...

« À l’échelle nationale, la MSA participe au financement du réseau France services. Mais notre souhait était aussi de profiter de notre bonne implantation locale pour porter ces services là où il y a des besoins. Nous visions particulièrement les collectivités rurales isolées, qui n’avaient pas encore pu mobiliser les partenaires autour de ce type de projet », témoigne Xavier Coulon, responsable de service relation adhérent, au sein de la MSA du Languedoc. C’est dans cette optique que la MSA du Languedoc participe en 2018 à un groupe national de réflexion du réseau des MSA, puis réfléchit en interne sur la manière de prendre le relais sur son territoire. Lorsque la circulaire sort le 1er juillet 2019 pour créer le réseau France services, la MSA du Languedoc est prête pour proposer à la préfecture de l’Hérault la labellisation son projet de structure France services itinérante.

Une itinérance adaptée à la dispersion de l’habitat

Une fois son cahier des charges audité, la MSA du Languedoc obtient le label, le 1er janvier 2020. « En lien étroit avec le préfet, nous avons ensuite analysé les besoins des collectivités locales, nous permettant d’identifier la communauté de communes du Minervois au Caroux et celle du Grand Orb, éloignées des centres urbains. L’itinérance du service semblait bien répondre à la configuration dispersée de l’habitat », poursuit le responsable. La présence, au sein de la MSA, d’une équipe d’agents motivée pour circuler ainsi qu’un parc de véhicules de fonction ont grandement facilité la mise en œuvre du dispositif.

Chaque municipalité sélectionnée - avec l’aide des élus communautaires -, pour héberger les permanences, a été rencontrée afin de déterminer les conditions d’accueil : horaires, salle de permanence, connexion Internet… Les agents d’accueil de la MSA s’y sont ensuite déplacés afin de faire connaissance avec les élus et secrétaires de mairies concernés et se familiariser avec les locaux et les équipements disponibles. Avant le lancement, chaque collectivité a largement communiqué : bulletin municipal, site Internet, mailings, réseaux sociaux, presse locale, flyers dans les boîtes aux lettres, affichage en mairie… « De nombreux habitants ne sont pas connectés ou familiarisés avec les réseaux sociaux. C’est pourquoi, l’information devait aussi circuler sur des supports papier. La communication régulière auprès des associations locales et des structures qui reçoivent du public est aussi essentielle », poursuit le responsable.

20 communes desservies

Les premières tournées débutent en janvier 2020, après quelques tournées tests, en fin d’année 2019. Pour pallier d’éventuelles absences (congés, réunions…), quatre agents d’accueil de la MSA se relaient deux semaines par mois pour prendre en charge ces tournées, toujours en binôme. Ils ont, pour cela, reçu une formation du Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) pour ce qui relève des postures d’accueil, de l’accompagnement et de l’orientation du public. Elle a été complétée par une formation des neuf partenaires habituels de France services : Direction générale des finances publiques, ministère de l’Intérieur, ministère de la Justice, la Poste, Pôle emploi, l’assurance maladie et l’assurance retraite, la MSA et les Allocations familiales. Les agents ont ainsi été formés sur la nature des démarches administratives que les habitants doivent effectuer lors d’évènements de la vie : chômage, retraite, naissance… Les 20 communes desservies (10 pour chaque regroupement) reçoivent le point d’accueil France services itinérant une fois par mois. L’accueil des habitants est libre ou sur rendez-vous. Les habitants peuvent en outre joindre les agents de la MSA à d’autres moments par téléphone et par mail et, si besoin, les rencontrer sur une autre commune du circuit.

« Une réponse à des besoins immenses »

Comme pour toute structure France services, pour son fonctionnement, 30.000 euros sont versés chaque année par l’État et les neuf pilotes nationaux du dispositif. De même, les formations ont été prises en charge par l’État et le CNFPT. Malgré la crise sanitaire, plus de 400 contacts ont été pris en 2020 lors de ces tournées, soit une moyenne quotidienne de cinq personnes reçues en présentiel, majoritairement, ou par téléphone. Les entretiens durent de 10 à 20 minutes pour des démarches très diversifiées : immatriculation des véhicules, logement, Revenu de solidarité active (RSA), insertion, droits des assurés sociaux, permis de conduire… Ces différentes demandes ont amené les agents d’accueil à se mettre en lien avec différentes structures locales, autres que les neuf partenaires habituels : Maison départementale des personnes handicapées (MDPH), Agence nationale de l’habitat (Anah), commission de surendettement, complémentaires santé…

À l’occasion du bilan d’activité 2020 de la Maison, la secrétaire de mairie de Saint-Étienne-Estréchoux, expliquait que, faute de temps et de formations, elle ne pouvait pas renseigner les habitants sur les démarches administratives, pour la plupart dématérialisées. La solution France service itinérante « primordiale et rassurante » répond donc, selon elle, à « des besoins immenses ». Ce bilan a aussi permis de déterminer des axes à renforcer : la communication, l’accueil en mairie et davantage de permanences. Une tournée est actuellement en réflexion sur le Pays d’Uzès, dans le Gard.

Mutuelle sociale agricole (MSA) du Languedoc

TSA 54801
48007 Mende Cedex

Jack Gauffre

Président du comité départemental de l’Hérault des élus MSA, membre du conseil d’administration de la MSA du Languedoc

Xavier Coulon

Responsable du service relation adhérent