#arcel'g@me : un jeu vidéo contre le harcèlement

Publié le
par
Cécile Perrin
dans

Citoyenneté et services au public

Tarn

Dans le Tarn, huit collégiens élus au conseil départemental des jeunes ont créé un serious game sur le harcèlement à l’école et le cyber-harcèlement. L’outil est désormais proposé dans tous les collèges de l’académie de Toulouse.

Créé en 1992, le conseil départemental des jeunes du tarn est composé de 42 collégiens de 5e, élus pour deux ans et issus des 42 collèges du territoire (31 établissements publics et 11 privés). Le dispositif est fortement soutenu par les élus départementaux et la directrice académique des services de l’Education nationale. Au sein du département, il est piloté par le service de la jeunesse et des sports et bénéficie du suivi pédagogique des Francas du Tarn.
C’est dans ce cadre qu’a été réalisé le projet de jeu vidéo contre le harcèlement entre jeunes, accessible depuis un ordinateur, un smartphone ou une tablette, sur un site internet dédié.

Un conseil des jeunes formés, accompagnés et écoutés

Des agents volontaires des services départementaux accompagnent les jeunes élus dans la réalisation de leur projet. "Les jeunes élus nous disent qu’ils se sentent écoutés et qu’on leur accorde une large marge de manœuvre, ce qui entretient l’engouement autour de cette institution", précise l’une de ces agents volontaires du département, Sandrine Carme qui a accompagné les jeunes du mandat 2014-2016 à réaliser ce jeu interactif sur le harcèlement, intitulé #arcelg@me.

Après un premier clip, explorer de nouveaux moyens

Lors du renouvellement des 42 jeunes élus en 2014, huit d’entre eux choisissent de créer la commission "Respect et lutte contre le harcèlement". Ils décident de poursuivre le travail de leurs prédécesseurs qui avaient déjà créé un clip contre le harcèlement, intitulé "T’es pas le roi, fais pas la loi".
Guidés par deux agents volontaires, les huit collégiens explorent les moyens d’action possibles : vidéo, bande dessinée, affiches ou serious games. C’est ce dernier outil qu’ils choisissent.

12 séances de travail de 4 heures, une fois par mois pendant deux ans

Fruit de l’imagination et du travail des huit jeunes, la création du jeu a nécessité 12 séances de travail de 4 heures, une fois par mois pendant deux ans (hors vacances scolaires), entre le mois de mars 2015 et l’été 2016.
Les jeunes collégiens élus ont souhaité s’adresser aux trois acteurs impliqués dans le harcèlement : la victime, le témoin et le harceleur, et ont voulu montrer comment il est possible de rompre le cercle infernal.

Appui essentiel d’une psychologue

"Pour appréhender la problématique, les jeunes élus ont rencontré très tôt dans le projet une psychologue du réseau Ados 81, souligne le coordinateur du conseil départemental des jeunes du Tarn, Karim Tassa. Un appui qui a été essentiel, puisqu’il a permis au groupe d’appréhender les mécanismes du harcèlement. Au-delà de la sensibilisation, il a également permis une analyse fine du jeu, en particulier en vue d’évaluer l’utilité et l'efficacité des différentes réponses possibles selon les situations."

Victime, témoin ou auteur : 40 scénarios à explorer

Concrètement, #arcel'g@me propose au joueur de choisir parmi quatre personnages sans savoir s’il sera victime, témoin ou auteur. Près de 40 scénarios sont alors possibles : une situation, plusieurs propositions de réactions, des illustrations qui décrivent les con-séquences du choix et la possibilité à chaque réponse de formuler de nouvelles réponses. L’objectif étant de porter un message d’espoir en montrant que des solutions positives sont possibles.

Compétences impliquées : graphiste, stagiaire multimédia et psychologue

Un graphiste, prestataire externe, a produit les illustrations, tandis que la réalisation du serious game a été confiée à un étudiant en IUT Métiers du multimédia et de l’internet, en stage au conseil départemental de mars à juin 2016.
Au final, le budget du jeu s’élève à environ 4.000 euros, comprenant le coût des prestations du graphiste, du stagiaire et de l’accompagnement pédagogique par la psychologue. Ce chiffre n’inclut pas les dépenses indirectes liées au fonctionnement du CDJ (transports des jeunes, logistique…).

Large diffusion via l’Education nationale

Début septembre 2016, une jeune collégienne élue a présenté le jeu au président du conseil départemental et à la directrice académique, qui a souhaité relayer l’outil dans tous les collèges. Sur le site internet dédié, outre le jeu lui-même, des vidéos de témoignages et des liens vers des sites ressources complètent le dispositif.
Le succès du CDJ repose sur l’écoute des jeunes : ils gardent une grande liberté d’expression, tout en étant encadrés et guidés en termes de méthode et de planning.

 

Le conseil départemental des jeunes du Tarn : 25 ans d’action et d’engagement
Depuis 1992, des propositions initiées par le conseil départemental des jeunes (CDJ) du Tarn ont été reprises par le conseil départemental "adulte" : mise en place de casiers dans les collèges pour alléger les cartables, chèque Pass’sport qui offre à chaque collégien un accès gratuit à des manifestations sportives. Le budget global alloué au CDJ est de 36.000 euros par an (transports, déplacements, repas, week-end d'intégration). Les cinq commissions organiques du mandat 2014-2016 ont toutes mené à bien leurs projets : Respect et lutte contre le harcèlement, Sport, Lutte contre la pauvreté, Handi' cap de changer ton regard et Communication. Après leur élection, les collégiens du CDJ élus au titre du mandat 2016-2018 participent à une séance plénière et un week-end d’intégration pour bien comprendre leur rôle et disposer rapidement des moyens de se lancer dans de nouveaux projets.

Conseil départemental jeunes du Tarn

Nombre d'habitants :

382000

Nombre de communes :

320
Hôtel du Département, Lices Georges Pompidou
81013 Albi Cedex 9

Isabelle Espinosa

Vice-présidente du département déléguée à la jeunesse et aux sports

Karim Tassa

Coordinateur du conseil départemental des jeunes
Haut de page