Haute-Saône

Avec la Ferme saônoise, producteurs et artisans des métiers de bouche relancent le commerce

Développement économique

Tourisme, culture, loisirs

La communauté de communes Agir Ensemble, en Haute-Saône, a mis à disposition d'un groupe d'agriculteurs un bâtiment pour le stockage, la transformation et la vente directe de produits agricoles locaux. La Ferme saônoise accueille chaque semaine près de trois cents visiteurs.

La Ferme saônoise est née d'une association de six agriculteurs La Marandine  qui vendaient leurs produits au marché de Vesoul. Ils travaillaient à la mise en place d'un réseau de producteurs et réfléchissaient à la création d'un point de vente directe qui soit aussi un lieu de stockage. Peu avant 2000, ils se sont tournés vers la communauté de communes Agir Ensemble (composée depuis 2003 de 13 communes et 4.148 habitants) pour être aidés dans la recherche d'un lieu d'implantation. La communauté a alors constitué un comité de pilotage (réunissant chambre d'agriculture, chambre de commerce et d'industrie, services vétérinaires, préfecture, conseil régional, conseil général, élus des communes...) pour étudier la faisabilité d'un commerce de bouche sur le territoire et a recensé les bâtiments disponibles sur plusieurs communes. Cest un ancien corps de ferme, à Bougnon, qui a été retenu et sur lequel la commune a exercé son droit de préemption avant de le mettre à disposition de la communauté. Dans le même temps, une partie des agriculteurs de La Marandine se sont constitués en une SARL La Ferme saônoise et se sont engagés dans une formation de commercialisation. La SARL est constituée aujourd'hui de six associés et vingt-neuf producteurs.

En moyenne 280 clients sur trois jours d'ouverture au public hebdomadaire

Le rez-de-chaussée du bâtiment a été réhabilité pour accueillir la Ferme saônoise (les étages ont été transformés en logements), comprenant une zone de vente de 120 m2, un bureau, trois chambres frigorifiques, une réserve sèche, une cave, trois espaces de transformation et deux sanitaires. La communauté de communes a pris en charge le coût des travaux : 295.000 euros, financés à 80% par des subventions, essentiellement la dotation de développement rural et des fonds européens (Feder) et loue à la SARL le bâtiment pour une somme symbolique (4.632 euros annuels).
La Ferme saônoise a ouvert en avril 2002. Les producteurs y vendent de la viande (bœuf, porc, agneau, volaille...), des laitages, des légumes, des fruits, du vin, du foie gras, du fromage de brebis, des truffes... Le point de vente est ouvert trois jours par semaine (jeudi, vendredi, samedi) et fréquenté en moyenne par 280 clients sur les trois jours qui viennent pour 80% d'un rayon de 7km (bassin de Vesoul). Quatre adhérents de la SARL ont également créé un GEIC (groupement d'employeurs) pour embaucher un boucher à temps complet, puis deux salariés à temps partiel (15h) pour la vente, la boucherie et le nettoyage. L'essentiel de la vente est assurée par les agriculteurs (c'est le principe de la vente directe qui a pour but de récréer un lien direct entre producteur et consommateur) qui sont dédommagés pour cela. Le chiffre d'affaire de la SARL a été de 418.000 euros en 2005. Par ailleurs, cette nouvelle activité a permis la création d'une nouvelle exploitation et l'équivalent de deux emplois temps plein sur l'ensemble des exploitations.

Un commerce dans un village où il n'y avait plus de services... 

"Pour la communauté de communes, le grand mérite de cette initiative est d'avoir réintroduit un commerce dans un village où il n'y en avait plus. Globalement, les communes de la communauté, hormis Amance (757 habitants) et Polaincourt et Clairefontaine (907 habitants) disposent de peu ou pas de services à la population. Les autres communes sont desservies par des commerces itinérants, précise Karen Lévy, agent de développement à la communauté. La Ferme saônoise est devenue un lieu de vie pour les habitants. Cette réalisation a aussi permis de rendre lisible, envers les habitants, une action de la communauté." Pour Jacques Parmentier, maire de Bougnon et président de la communauté, l'exemplarité de l'initiative tient au fait qu'elle est portée non par les élus mais par les initiateurs de la Ferme saônoise : "Si l'on crée un bâtiment et que l'on cherche à mettre des personnes dedans, ce n'est pas la même chose. Pour ce genre d'entreprise, il faut des gens motivés et compétents. Ils étaient là. Ils avaient besoin d'un lieu pour travailler ensemble, c'est ce que leur a apporté la communauté de communes. Mais c'est une équipe autonome qui porte l'affaire et qui s'autogère. Le mérite de la communauté, c'est d'avoir réagi rapidement, on n'a pas demandé cinq ans pour réfléchir... Mais nous avons pris les précautions nécessaires : mettre tout le monde autour de la table avec un comité de pilotage, aller voir des initiatives similaires dans d'autres régions... Le bâtiment que nous avons décidé de préempter devait être vendu puis rasé pour être transformé en parking... Maintenant nous avons quelque chose de plus : un lieu de convivialité au sein du village avec des artisans sur place. Et puis la Ferme saônoise a été créée dans la période de l'après vache folle, qui fait que les gens accordent de l'importance à la notion de traçabilité, elle satisfait aussi ceux qui veulent retrouver le goût de "quand ils étaient petits" et ceux qui pensent enfin que c'est politiquement une bonne solution." Jacques Parmentier rappelle aussi qu'une initiative comparable est à l'origine d'Agir Ensemble : il y a onze ans, quatre communes avait créé un Sivu pour permettre à trois jeunes fondeurs d'art de s'installer dans un nouveau bâtiment. Le Sivu s'est transformé en communauté de communes l'année suivante.

Contact(s)

Communauté de communes Agir Ensemble

3, rue de l'école
70170 Bougnon
0384916815
c.c.agirensemble@wanadoo.fr
Nombre d'habitants : 4148
Nombre de communes : 13

Karen Levy

Agent de développement

Territoires Conseils

Des services dédiés à l’accompagnement des projets de développement communaux et intercommunaux.

Haut de page