Avec "Ma connexion internet", l'Arcep joue la carte de la transparence des débits

L’Arcep a publié la version finale de son moteur de recherche cartographique sur les offres internet fixes. Une publication accompagnée de tutoriels pour aider les collectivités à exploiter les données sources. 

Après deux ans de travaux, l’Arcep a publié début avril 2021 la version finale du service Ma connexion internet. Comme son nom l’indique, le site propose une information exhaustive sur les offres et débits de connexion internet – le mobile ayant son propre site – pour une adresse postale déterminée, en métropole comme en outre-mer. 

Informations statistiques ou à l’adresse

Pour chaque adresse, le site liste les opérateurs disponibles ; les technologies présentes : réseau filaire (fibre, câble, ou cuivre (DSL)) ou réseau hertzien (4G fixe, HD et THD radio, satellite) et les débits maximums pouvant être obtenus. Ces informations sont aussi affichables sous forme de cartes de couverture à l’échelle de la commune, du département ou de la région. Pour une commune on peut par exemple visualiser la part des logements ayant accès à au moins 30 Mbit/s, seuil définissant le "bon débit" gouvernemental. Un onglet facilite par ailleurs la bascule vers cartefibre.arcep.fr pour connaitre le statut de son logement en matière de fibre à domicile (raccordé, raccordable…) et la planification des déploiements FTTH en zone RIP.

Mise à jour bientôt trimestrielle

"L’information donnée par 'Ma connexion internet' ne correspond pas à la réalité du terrain, et certaines données sont incomplètes" met en garde l’autorité dans son rapport annuel sur les territoires connectés. Si les fichiers IPE (Informations préalables enrichies) des opérateurs d’infrastructure fournissent des informations géolocalisées sur le volet FTTH, les autres données sont purement déclaratives avec des incertitudes tant sur l’adresse que sur les débits effectivement disponibles. Par ailleurs, les données de la plateforme ne sont mises à jour que tous les six mois. L’Arcep promet cependant des améliorations à venir. Les mises a jour devraient ainsi devenir trimestrielles d’ici la fin de l’année. Elle travaille également sur la création "d’un référentiel de locaux et de bâtiments le plus complet possible sur l’ensemble du territoire" même si "le chantier demeure complexe et sort assez largement du périmètre des missions du régulateur", précise l’Autorité dans la documentation technique associée au site. Il est vrai que le sujet est étroitement lié à celui de la base adresse nationale (BAN) et de ses déclinaisons locales (voir notre article du 3 décembre 2020). 

Tutoriel d’utilisation des données ouvertes

Les données par immeuble comme les statistiques communales et départementales sont disponibles en téléchargement sur le portail gouvernemental data.gouv.fr. À la demande des réutilisateurs, les données mises à disposition se sont enrichies de la liste tous les opérateurs locaux présents à l'adresse. On notera également que l’algorithme utilisé pour redresser les données et brouiller certains champs confidentiels a été publié sur la plateforme Github. Enfin, ultime effort de pédagogie, l’Arcep propose des tutoriels pour aider les collectivités à créer des cartes ou à intégrer les données à leur SIG.

 

Voir aussi

Abonnez-vous à Localtis !

Recevez le détail de notre édition quotidienne ou notre synthèse hebdomadaire sur l’actualité des politiques publiques. Merci de confirmer votre abonnement dans le mail que vous recevrez suite à votre inscription.

Découvrir Localtis

Choix du format

 

Pour en savoir plus sur le traitement de vos données nous vous invitons à consulter notre Politique de protection des données à caractère personnelle